Un ancien ministre plaide pour la liberté de Adama Gaye


LIBERTÉ PROVISOIRE POUR ADAMA GAYE…

Par Aliou Sow

Des Italiens et Allemands impliqués dans l’affaire des 1 036 kg de cocaïne ont vite obtenu la liberté provisoire. Ah les veinards ! Très « chanceux » quand même.

Refus de cette même liberté provisoire pour notre compatriote bien établi chez nous, Monsieur Adama GAYE, qui se bat pour des causes nationales avec des méthodes parfois contestables mais avec une pertinence rarement égalée dans son argumentation.

Adama n’a tué personne. GAYE ne prépare aucun soulèvement armé. Adama n’a pas déclaré une candidature à une élection présidentielle, ce qui normalement n’est pas une infraction. GAYE n’est pas trempé dans une affaire de drogue.

Le grand Adama s’est servi de son clavier comme une arme empoisonnée et a largué des bombes parfois non conventionnelles, mais il reste une personnalité brillante, rayonnante, respectée au niveau international qui peut beaucoup apporter à son « ami », le Président de la République, Macky SALL.

Honnêtement, je préfère l’utilisation de ses idées, de ses réseaux, de son expérience et de la haute idée qu’il a de lui-même au service de la mise en oeuvre du PSE que l’éprouver ou l’humilier par la contrainte physique et psychologique par vengeance ou désir de le faire taire ou de le calmer.

On ne fait que le radicaliser et le rendre plus populaire.

Le pouvoir doit reconnaître que des pans entiers du peuple sont indignés pour diverses raisons et sont assez réceptifs de tous les excès manifestés à tort ou raison contre le régime.

Être en colère est aussi un droit. Quand on lit Grand Adama, on sent qu’il est en colère.  Contre qui et pour quelles raisons ? That’s the question. Chacun a sa manière d’exprimer ses convictions, ses colères, sa volonté et ses désirs. Loloula!

Dans l’adversité politique, pour avoir été (je le suis toujours d’ailleurs) insulté, calomnie et jugé par des moins que rien et de grands minables moralisateurs prétentieux, je ne saurai jamais cautionner de telles pratiques orientées même contre mes pires ennemis encore moins à l’endroit de ceux qui incarnent les institutions de la République. Je ne défends pas les méthodes du sieur GAYE, mais je souhaite sa liberté immédiate comme nos « parents » européens. Je ne parle pas « droit » et je ne pense même pas être loin de la loi en la matière. Je parle en Sénégalais qui veut le même privilège pour un illustre compatriote que celui accordé à de très beaux cousins étrangers.

À Adama et aux autres, à la place des invectives et des injures contre les tenants du pouvoir, il est bien possible de démontrer par des arguments contre leurs carences, nullité, immoralité et illégitimité d’incarner la confiance du peuple, si c’est le cas avéré, l’urgence de les balayer par la voie démocratique sans négliger les mobilisations d’envergure pour leur empêcher légalement la commission de forfaitures et autres crimes.

Franchement, j’ai mal d’apprendre que des Européens supposés impliqués dans une affaire de drogue d’une si grande ampleur, cette drogue destructrice de jeunes et de vieux, d’hommes et de femmes, peuvent profiter d’une liberté encadrée au moment où Adama GAYE qui n’a fait que reconnaître une partie des écrits à lui reprochés continue sa traversée du désert carcéral. C’est frustrant quand-même.

En quoi Adama est-il une menace très grave contre l’Etat et son chef ? Lui, qui a toujours affirmé que s’il parle Macky tombe alors que Macky est toujours en poste en dépit de leur inimitié continue connue de tous. Il est en prison et le pays n’a pas pris feu et aucun soulèvement contre les institutions n’est encore noté. Doyna way!

Bayilen Grand bi aller manger son « thiere tamkharit » chez lui avec des slogans du genre « thiere toye sankou » et même la possibilité de faire un « tajabone » virulent contre le régime.  Et la vie continue.

PS : La randonnée présidentielle de présentation de condoléances ne saurait être irréprochable légitimement si le chef suprême des Armées ne rend pas visite à la famille de feu l’adjudant-chef Tamsir SANE mort dans l’exercice de ses nobles fonctions de commandant de brigade.

Aliou SOW

Ancien ministre

Previous Pour dénoncer sa détention «arbitraire» : Adama Gaye en grève de la faim
Next Histoire générale du Sénégal : La famille Ndieguene de Thiès note une « contre-vérité» sur El Hadji Amadou Sakhir Ndieguene