Goordjigueen, dépigmentation, financement de la soirée… : Ouzin Keita clôt enfin le débat


Ouzin Keita a parlé à coeur ouvert dans les colonnes de L’Observateur. Le chanteur comédien a tout déballé dans ce journal visité par Limametti.com.

On vous prête une relation avec Pape Mbaye ?

Je ne connais même pas Pape Mbaye. Certes, on s’est rencontrés dans plusieurs mariages, mais je n’ai jamais échangé avec lui. Il parlais seulement à Ndeye Gueye et rien de plus.

Où habitez-vous ? Vivez-vous seul ?

J’habite à Ouest-Foire où je vis dans un appartement.

Comment faites-vous pour subvenir à vos besoins?

J’y arrive grâce à l’aide de beaucoup de personnes. Beaucoup de mes amis aussi me viennent en aide.

Pensez-vous pouvoir percer dans la musique ?

J’ai le talent, le courage, mais aussi l’audace. Moi, Ouzin Keita, quiconque tente de m’empêcher de réussir dans ce métier ou de me nuire, le Tout Puissant et mon génie lui feront regretter.

D’après des rumeurs, un de vos oncles vous a jeté hors de la maison, car il prétendait que vous étiez un « goordjigueen ». Est-ce exact ?

Il me voyait danser et au Sénégal, un garçon qui danse n’a pas bonne presse. Si un garçon danse, on le traite de « goordjigueen » et pour la femme, on a tendance à dire qu’elle est de moeurs légères. Et c’est la raison pour laquelle mon oncle ne voulait pas que je danse. Mais je me suis battu avec lui afin de réaliser mon rêve.

Cet oncle argue t’avoir une fois vu porter un sting et faire des attouchements à un de ses cousins ?

Ce n’est pas vrai. Ce ne sont que des ragots. Des fois, il arrive que certaines personnes essayent de te faire du mal en colportant des rumeurs à ton égard.

Dans ce même registre, vos tantes prétendent que vous vous dépigmentez?

Non. Je ne me dépigmente pas. Je n’ai jamais eu une peau noire. Des fois, je vais faire des séances de hammam. Je dors sous la climatisation. Je me lave aussi avec de bons gels pour revigorer ma peau et des produits qui enlèvent les cicatrices. En France, j’utilisais comme lait de corps la gamme Françoise Bedon Carotte. Mais là, je ne l’utilise plus avec la chaleur. Il m’arrive de me laver avec des savons à la carotte et c’est mon choix. Moi, je n’appelle pas ça se dépigmenter.

Vous travaillez toujours avec votre producteur après le fiasco de la soirée ?

Oui. Nous sommes en très bons termes. On s’entend régulièrement. Il est toujours mon producteur.

Qui a financé votre soirée d’anniversaire ?

C’est Djiby Diop, mon producteur, qui a pris en charge la totalité des frais.

Avez-vous réalisé des bénéfices ?

Je ne préfère pas me prononcer la dessus.

Cette soirée est-elle la dernière ?

Non. Je suis prêt à franchir une autre étape de ma carrière.

Previous Cissé Lo se lâche et promet de déballer les noms des autorités trafiquants de drogue au Procureur
Next Tenues efféminées – Ouzin Keita enfonce encore son tailleur