KHADY MBAYE: CHARMEUSE DE SERPENTS


Le pas feutré, Khady Mbaye, 30 ans, est rapide comme un serpent. Sa petite taille et son corps  frêle lui facilite ses mouvements. Khady est charmeuse de serpent. Au Sénégal elle fait partie des rares femmes de cette “caste”. Et pourtant ce job de mec n’enlève rien à sa féminité. ” J’exerce ce métier que j’ai hérité de me”s parents. C’est une tradition chez nous. N’empêche, j’aime prendre soin  de moi et si je ne révèle pas ce métier, personne ne pourra le deviner en me voyant”, lance-t-elle de sa voix sifflante. Ce n’est pas un métier facile, surtout quand on est femme. Moi, c’est mon boulot. Et j’en mesure la portée et les risques”, sourit-elle. Pour la “professionnelle”, les cobras et les vipères sont les reptiles les plus dangereux, parce qu’ils sont toujours sur la défensive. Aussi conseille-t-elle à ceux qui s’amusent à les dresser de faire attention à ne pas y laisser leur vie. “Si une personne meurt aussitôt après morsure d’un serpent, c’est parce que l’animal est un esprit malveillant. Il y a des gens aux desseins sombres qui envoient des serpents pour tuer des êtres humains”, confit-elle. D’ailleurs, j’entends souvent de prétendus charmeurs de serpents dire que les dents du reptile ont été arrachées. Ce sont des inepties. Les serpent ne supportent pas les blessures. Ils meurent dès qu’on enlève leurs dents”, renseigne-t-elle. Plus connu sous le nom de 3yayou diane”, vit avec les serpents dans sa maison. Un fait qui révulse son époux, mais l’homme chauffeur de transport a fini par s’y habituer. Mais je le rassure et lui demande de les éviter, car il ne s’y connait pas. Ce n’est pas par gaité de cœur que je l’ai garde chez moi, mais on ne peut pas les renvoyer dans la brousse, de peur qu’ils mordent d’autres personnes. Car l’activité doit être un moyen d’adorer Dieu et non une fin pour se faire de l’argent sur le dos de malheureuses victimes.

Previous Parking Supermarché casino-liberté : les riverains en guerre contre un marché anarchique
Next LES LARMES DES RETRAITES DE L’IPRES