Mame Maty Mbengue basketteuse la plus titrée d’Afrique sur la finale entre Sénégal et le Nigéria


Entretien: Comment vous avez vécu cette demi-finale à suspense jusqu’à l’ultime seconde?
M.M.B : On l’a échappé belle. Et c’était très dur au point qu’on n’avait pas reconnu l’équipe. Mais heureusement qu’elles sont revenues dans le match à partir du troisième quart temps pour gagner sur le fil. Mais pour moi ce genre de match ne pose pas de problème puisqu’on est à les vivre. Ce qui était important c’était de croire en soi et de se dire qu’on peut le gagner à force d’y croire. C’est ce que les filles ont fait. Elles ont corrigé leurs erreurs, retrouver leur adresse et faire montre de beaucoup de courage pour revenir de très loin.
Encore un début de match difficile pour le Sénégal. Qu’est ce qui peut l’expliquer?
Quand on organise une compétition c’est d’abord pour la gagner. Et plus vous avancez dans la compétition la pression monte. En jouant le Mozambique, j’ai l’impression que nous l’avons un peu sous-estimé au départ. En pensant déjà au Nigeria avant de la jouer.
Justement vous évoquez le Nigeria qui a une très grande équipe. Pensez- vous que le Sénégal a les moyens de le battre?
Le Nigeria est une grande équipe mais le Sénégal ne l’est pas moins. Nous allons vers un match qui ne sera pas facile. Tout est problème de coaching et de mental. Sur ce registre je fais confiance à Cheikh Sarr et à nos joueuses qui en plus de leur talent ont l’expérience des finales, en tout cas pour certaines.
Quelles sont les forces de l’équipe du Nigéria ?
Je préfère parler de notre équipe. C’est une finale qu’on peut gagner si on privilégie le collectif en jouant avec les grandes tailles qui peuvent nous être d’un grand apport. Le reste c’est la concentration jusqu’à l’ultime seconde.
Comment jugez-vous l’apport d’Astou Traoré qui malgré son âge reste une pièce maitresse de l’équipe?
C’est toujours avec un grand plaisir que je parle d’elle. C’est une sœur que je respecte beaucoup pour sa classe sur le terrain et en dehors. Elle est brave, sérieuse et a su bien gérer sa carrière. C’est le pion essentiel de l’équipe. En tout cas je suis fière de l’avoir accueillie en équipe nationale avec les Awa Gueye, Coumba Cissé et autres. Et tout ce respect elle me le rend très bien. On a vu une forte présence des anciennes à Dakar Arena.
Comment vous vous organisez pour vous rendre à Dakar Arena ?
A vrai dire je viens avec la délégation de mon service que je remercie de m’avoir fait honneur. Après vingt ans de carrière je m’occupe de ma famille et de mes activités professionnelles tout en restant très collée à l’équipe en la soutenant à chaque fois de besoin en tant que patriote et ancienne basketteuse. Je ne sais pas s’il y a des anciennes dans le comité d’organisation. C’aurait été une bonne chose de les impliquer. Mais tout ceci est du ressort de la fédération qui doit apprécier. Je souhaite bonne chance à tout le monde et vivement pour le 12em sacre.

Previous Hommage à Doudou Ndiaye Rose : L'État du Sénégal brille par son absence
Next Jacques Diouf : Levée du corps mercredi à Paris, arrivée de la dépouille à Dakar jeudi et enterrement à Saint-Louis