Le gouvernement invité à venir en aide aux agriculteurs et aux éleveurs


Le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (CONGAD) invite le gouvernement à venir en aide aux agriculteurs et aux éleveurs face à l’installation tardive de l’hivernage dans plusieurs endroits du pays.   ’’Les agriculteurs et éleveurs du Sénégal traversent en ce moment une période grave qui mérite l’attention du gouvernement, en vue de trouver des voies et moyens de leur venir en aide’’, indique le CONGAD dans un communiqué reçu à l’APS.   Notant ‘’une installation tardive de l’hivernage sur l’ensemble du territoire national’’, la structure souligne qu’à titre d’exemple, ‘’les données de l’Agence nationale de l’Aviation civile et de la Météorologie (ANACIM) indiquent que dans des régions comme Kédougou et Ziguinchor, l’hivernage a démarré avec 10 jours de retard ; dans celles du centre, les retards enregistrés varient entre 20 et 30 jours’’.    ’’Il nous a été donné de constater que la situation pluviométrique est déficitaire dans le pays sauf au sud-est ; les jeunes plants ont connu un stress, ce qui a valu aux paysans des resemis sans succès ; l’état d’embonpoint des animaux se dégrade, entraînant une perte jamais imaginée depuis plusieurs décennies’’, rapporte le CONGAD.   Face à cette situation, le Conseil propose au gouvernement de ‘’mener une campagne de sensibilisation à l’endroit des éleveurs, en vue d’éviter l’élagage des arbres pour faire face au déficit fourrager’’.   Le CONGAD invite les autorités à ‘’appuyer les éleveurs en aliments de bétail ; fournir aux agriculteurs suffisamment de variétés de semences à cycle court ; faire des aménagements supplémentaires dans la vallée du fleuve Sénégal pour favoriser les cultures irriguées et les cultures fourragères ; mener une étude sur le rafraichissement de nos côtes et son impact sur notre agriculture’’.   Le Conseil appelle toutes les organisations de producteurs à ‘’se mobiliser pour une évaluation sans état d’âme de la situation qui va prévaloir ; mettre en place dans chaque village du centre-ouest et du nord-est des cellules d’alerte et de crise pour parer au pire’’.

Il faut aussi ‘’promouvoir une synergie afin de concevoir et mettre en œuvre un plan d’action d’urgence avec un dispositif de communication en dehors de toute démagogie au seul bénéfice du pays ; se mobiliser et sensibiliser l’opinion publique nationale et internationale sur la situation qui prévaut dans notre pays’’.    Selon le CONCAD, ‘’la situation est grave et la minimiser relèverait d’un esprit dépressif et de mauvaise foi’’.   Le retard des pluies constaté un peu partout au Sénégal ne va pas considérablement affecter l’hivernage, a assuré vendredi à Ziguinchor (sud) le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural Moussa Baldé.   ’’Il y a certes un retard dans l’installation de l’hivernage. Mais nous espérons que ce retard ne va pas considérablement affecter l’hivernage parce que des zones sont en train d’être arrosées’’, a fait remarquer le ministre de l’Agriculture.   Moussa Baldé était en visite à Ziguinchor où il est invité par ‘’Djenkou Fouladhou’’, une association qui regroupe l’ensemble des ethnies ressortissants du Fouladhou qui organise ce week-end une conférence sur ‘’L’utilisation des biofertilisants dans l’agriculture et l’environnement’’.
  Interpelé sur les préoccupations des paysans liées au retard dans l’installation de l’hivernage, le ministre de l’Agriculture a assuré qu’un ‘’dispositif est déjà mis en place par l’Etat pour observer la situation dans le but de mieux accompagner les agriculteurs’’.   ’’Il ne faut surtout pas parler de période de soudure. Nous n’en sommes pas encore là. La soudure, si soudure il y aura, ce sera après les récoltes. Les agriculteurs ont l’habitude de garder des réserves en vivres jusqu’aux prochaines récoltes’’, a insisté le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural.

Previous Migrants : l'Espagne propose d'accueillir l'Open Arms à Algesiras
Next Finale Afrobasket 2019 : Otis Hughley Jr, sélectionneur Nigeria: « On n’a jamais douté car on était sûr de notre force »