DES MEMBRES DU BUREAU MUNICIPAL QUI S’ABSENTENT VOLONTAIREMENT, BOURSES, EMPLOIS ET MISSION AUX AUTRES, AU DÉTRIMENT DES HOMMES DE KHALIFA : Soham Wardini face à sa première rébellion


Derrière le semblant de calme qui règne à l’intérieur de la grande bâtisse, c’est un véritable vent de rébellion qui souffle sur la Ville de Dakar. Depuis quelque temps en effet, Soham El Wardini éprouve énormément de difficultés à faire son travail. Il lui arrive même, comme lors de la dernière session du Conseil municipal, à avoir des difficultés à atteindre le quorum pour démarrer les sessions du Conseil municipal. La faute à certains «socialistes» ou qui se présentent comme des «proches de Khalifa Sall». Certains, qui lui tiennent tête dans le cadre de cette rébellion silencieuse, refusent de sortir de leurs bureaux.
Khalifa Sall a-t-il fait un mauvais casting, en choisissant Soham El Wardini pour assurer la continuité de la gestion de la mairie de la ville de Dakar ? Si beaucoup de conseillers municipaux présentés comme «proches de Khalifa Sall» étaient enthousiasmés à l’idée de voir la dame à la tête de l’institution municipale, il semble que les choses sont différentes maintenant et qu’ils pensent le contraire aujourd’hui. Entre Soham El Wardini et beaucoup de conseillers municipaux présentés comme «proches de Khalifa Sall», le courant ne passe plus. La dernière sortie du maire de la Médina, dénonçant sa façon de manager, n’est rien, comparée à ce que rapportent les sources de «Les Échos». C’est une fronde qui est en train de se dessiner, ce, à la suite de beaucoup de décisions qui ont été prises par le maire sans consultation au préalable avec les «hommes de Khalifa Sall». Beaucoup de ses adjoints et présidents de commissions ne sont plus emballés par sa façon de faire. 
De confidences obtenues auprès de sources proches de l’institution municipale, c’est une véritable guerre froide à la Ville de Dakar, entre la patronne des lieux et ceux qui ne respirent que par l’ancien maire de Dakar. Outre les problèmes de management, il est reproché à Soham Wardini d’écarter les hommes de Khalifa Sall au profit de ses propres ambitions pour la Ville de Dakar. Selon des indiscrétions, elle serait en étroite collaboration avec «d’autres hommes». Tout ce que Khalifa Sall avait bâti comme consensus pour la gestion de la municipalité, dit-on, s’est envolé.
Même pour réunir le Conseil municipal, maintenant, c’est un véritable problème. Les maires de Taxawu Senegaal pour la plupart ne viennent même plus aux sessions du Conseil municipal. Sur la centaine de conseillers jadis qui répondaient aux convocations de l’Institution, c’est à peine si on parvient à rassembler maintenant la moitié. C’est difficilement, d’après nos informations, que les conseillers répondent à son invitation. Au dernier Conseil municipal, seuls cinquante-cinq (55) conseillers avaient fait le déplacement, sur la centaine qui avait l’habitude de répondre quand Khalifa Sall était là. Depuis quelque temps, d’ailleurs, c’est au bout de multiples appels téléphoniques que le quorum est atteint.

Boycott des membres du bureau
Pour la dernière session du Conseil municipal, les gens parlent même d’irrégularités qu’auraient commises le maire, avec le soutien du préfet. La fois passée, selon nos interlocuteurs, n’eût été l’entorse au règlement validée par le préfet, le Conseil municipal ne devait pas se tenir. Pour qu’il y ait conseil, il faut au moins la présence de la moitié des membres du bureau plus un ; or, à la dernière session du conseil, sur les six qui composent le bureau municipal, c’est seulement deux présidents de commissions qui avaient répondu présent. Tout le reste était aux abonnés absents. Me Augustin Senghor, Woré Diaw, Bamba Fall, une certaine Alima Ndoye… étaient tous absents. Seuls Mbacké Seck, Jean-Baptiste Diouf et quelques autres étaient présents. Pour les autres, on dit que certains étaient dans leurs bureaux, mais ils n’ont pas voulu venir à la réunion. «Ils ont boycotté Soham Wardini», assure notre source.

La distribution des rôles et autres missions
Autre problème de fond que les «hommes de Khalifa Sall» reprochent à la mairesse Wardini, c’est la distribution des rôles. Pour les missions à l’étranger, les bourses et les emplois, Soham Wardini préfère, accusent-ils, faire confiance à d’autres que les Khalifistes. «Ses hommes à elle», indiquent nos sources. Et ce sont presque les mêmes qui sont envoyés à toutes les missions à l’étranger pour le compte de la ville de Dakar. Aminata Diallo a été écartée (Ndlr : en fait, elle a démissionné de son poste de chef de cabinet pour mettre à l’aise la nouvelle mairesse). Moussa Taye est aussi cité parmi ceux qui ne sont plus influents à la mairie. De même que Bira Kane Ndiaye, jusque-là Directeur de cabinet de Khalifa Sall.

Gestion du dossier de grâce de Khalifa Sall
Il y a aussi la gestion du dossier de la libération de Khalifa Sall. Beaucoup en effet ne lui pardonnent pas que ce soit la presse qui les informe des initiatives qu’elle est en train de prendre pour la libération de Khalifa Sall. «Soham Wardini nous demande de ne pas parler à la presse, de venir dans son bureau si nous avons quelque chose à dire. Dans le dossier de Khalifa Sall, quand elle allait voir la presse, est-ce qu’elle nous a consultés ?  Nous a-t-elle saisis quand elle s’épanchait dans la presse pour rendre compte des discussions qu’elle a eues avec le président de la République sur l’affaire Khalifa Sall ? nous parlerons à la presse à chaque fois que nous sentirons le besoin de le faire», commente une source proche de l’institution municipale.

Gawlo.net (Avec Les Échos)

Previous Accident de Badiouré / Comment les blessés ont été difficilement secourus...
Next Se disant victime de violence : Un ingénieur va porter plainte contre des agents de la gendarmerie de la Foire