VERSION DE Me KHOUREYCHI BA: Toute l’histoire de la lettre de Guy Marius Sagna


Convoqué dans le bureau du Directeur de la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss, Guy Marius Sagna a nié être l’auteur de la correspondance et soutenu ne l’avoir pas fait sortir. Une version corroborée par ses conseils Mes Khoureychi Bâ et Moussa Sarr. Mais curieusement, les faits relayés dans ce cri du cœur, sont d’une exactitude troublante par rapport aux récriminations de l’activiste.Si Guy Marius Sagna n’a pas rédigé, ni fait sortir la lettre dont on lui attribue la paternité, comment la correspondance explosive a-t-elle atterri dans la presse? La question a été posée à Me Khoureysi Bâ, un des conseils de l’activiste, joint au téléphone: «Dès son arrestation, il a voulu adopter cette forme de lutte en écrivant des lettres. Au premier jour de sa détention, il a été humilié et dès le lendemain, il a pensé qu’il pouvait écrire une lettre et informer le public de ce qu’il subissait. je l’en ai dissuadé. Il m’a rétorqué que des détenus écrivent et ça sort. Je lui ai répondu que s’ils pensent à des hommes politiques, ils ont des messages que leurs collaborateurs prennent et relaient. Cela ne gêne personne. Mais quand on subit des sévices en prison et qu’on veut en parler, l’interlocuteur privilégié est le Directeur de la prison».C’est ainsi, poursuit l’avocat, que son client a entrepris de s’adresser au Directeur. Il a parlé au chef de cour qui lui a dit qu’en tant que détenu, il ne peut pas écrire directement au directeur. Il doit passer par un détenu qui est à la bibliothèque et qui est habilité à écrire à leur place. Il est allé voir son codétenu avec le projet de lettre qu’il avait et ce dernier lui a conseillé de déchirer la correspondance. Et ce dernier a ajouté que si la missive parvient au Directeur, il aura des problèmes, rapporte l’avocat. D’ailleurs, trois détenus qui se sont lancés dans cette voie, ont été sanctionnés.
«Peut-être que ce sont des visiteurs…»
Poursuivant, Me Bâ explique qu’après cette mise en garde, le détenu lui a suggéré de demander une audience au régisseur pour lui dire de vive voix ce qu’il subissait. Guy Marius Sagna a suivi ce conseil. Et dans l’attente de l’audience, il y a une semaine, un substitut du Procureur s’est présenté à la prison, a visité toutes les chambres et écouté les doléances des détenus. Arrivé à la chambre 36 où Guy Marius Sagna est détenu, ce dernier a été invité à parler. Au début, il n’a pas voulu prendre la parole, mais les autres détenus ont insisté et là, il a vidé son sac. Ce qu’il a dit, c’est à près ce qui est sur la lettre. Le substitut du Procureur l’a félicité de son patriotisme, après avoir constaté que ses remarques étaient destinées à l’intérêt général. «Guy Marius m’a dit n’avoir pas sorti de lettre. Je le crois. L’administration pénitentiaire n’a qu’à faire une enquête, procéder à des fouilles, elle verra les tenants et aboutissants de cette lettre, si elle existe. Peut-être que ce sont des visiteurs qui l’ont rédigée sur la base de ce que Guy Marius leur a dit», soutient Me Bâ, circonspect.

Gawlo.net (L’As)

Previous REPORTAGE TABASKI: Éleveurs du dimanche, acteurs nouveaux du marché
Next RÉSULTATS ÉCONOMIQUES ET CASTING DU PRÉSIDENT: Les tops et les flops