Kenya : un « mort » se présente à ses propres funérailles à Homa Bay


Les habitants du village de Godmiaha dans le comté d’Homa Bay, ont été envahis par la peur lorsqu’un homme de 38 ans qu’ils croyaient mort s’est présenté à ses propres funérailles pour confirmer qu’il est bel et bien vivant.

Kennedy Olwa avait disparu il y a une vingtaine d’années et lorsque la police a appris qu’il était mort d’une maladie non déclarée et que sa dépouille a été transportée à la morgue de l’hôpital du comté de Homa Bay, elle a informé la famille et cette dernière s’est rapidement rendue à la morgue pour récupérer le corps et l’enterrer.

Le chef de Ramba, Joseph Ndege, a confié à Daily Nation que la famille avait bien été informée du décès de leur fils, après quoi quelques personnes ont été envoyées à la morgue pour savoir si la personne qui avait été amenée par la police était M. Olwa.

Arrivés à la morgue, les membres de la famille étaient convaincus que le corps était celui de leur fils. Ils ont fait l’annonce du décès, y compris par radio, et ont commencé à faire les préparatifs funéraires.

A l’insu de ses proches, Olwa, qui travaillait comme pêcheur à Mbita Town après sa disparition a également reçu des nouvelles de sa mort diffusées par les stations de radio locales.

Selon le chef de la région, Olwa a rappelé chez lui pour informer la famille qu’il est toujours en vie pour mettre fin aux préparatifs funéraires inutiles et coûteux.

Mais personne n’a cru que l’interlocuteur était leur fils, la même personne qu’ils s’apprêtaient à enterrer. Quelques membres de la famille se sont précipités à Mbita Town pour en savoir plus. Entre temps, les arrangements funéraires se sont poursuivis comme prévu.

Quelques heures plus tard, les parents qui étaient allés à la rencontre du présumé défunt sont revenus à la maison avec lui et ont découvert que la cérémonie funèbre était en cours.

Grande était la surprise lorsqu’ils l’ont vu. Ils se sont rendus compte que le corps qu’ils avaient récupéré à la morgue appartenait à d’autres personnes.

Previous Cas Khalifa Sall : Atépa écrit à sa « chère sœur », la Première Dame
Next Le “sabar” d’hommes en pagne qui révolte les internautes sénégalaisLe “sabar” d’hommes en pagne qui révolte les internautes sénégalais