Hamza, fils d’Oussama Ben Laden est mort


La mort de Hamza Ben Laden, fils préféré d’Oussama Ben Laden, représenterait une perte limitée pour le réseau Al-Qaïda, si elle est confirmée, car il semblait encore peu actif dans les tentatives de résurgence de l’organisation pionnière du jihad global, estiment des experts interrogés par l’AFP. Son décès, annoncé par des responsables américains à des médias mais pas encore confirmé officiellement, laisserait la direction d’Al-Qaïda intacte sous la direction de l’égyptien Ayman Al-Zawahiri. “Il semble qu’Al-Qaïda n’ait fait que le placer au centre de sa mission de propagande, pendant qu’il se familiarisait avec les bases du commandement d’Al Qaïda”, a estimé Barak Mendelsohn, professeur associé à l’université Haverford, en Pennsylvanie. “Mais son accession à des tâches opérationnelles significatives reste incertaine”, a-t-il ajouté. Présenté comme l’héritier du fondateur d’Al-Qaïda, Hamza Ben Laden aurait été tué dans un raid aérien, selon le New York Times, mais les circonstances de son décès comme le rôle joué par les États-Unis restent imprécises. Il serait mort au cours des deux dernières années et aurait séjourné en Afghanistan dans un passé récent. Pour l’ONU et le gouvernement américain, Hamza Ben Laden était une personnalité dangereuse, susceptible de participer à la reconstruction d’une organisation affaiblie par la guerre contre le terrorisme menée par les États-Unis après le 11-Septembre et plus récemment concurrencée par le groupe État islamique (EI). Washington avait offert en février une récompense pouvant atteindre un million de dollars pour toute information permettant de le retrouver. Le comité des sanctions de l’ONU contre le groupe État islamique (EI) et Al-Qaïda avait de son côté ajouté le nom de “Hamza Oussama Muhammad Ben Laden”, né le 9 mai 1989 à Djeddah (Arabie Saoudite), à la liste des personnes soumises à un gel international de leurs avoirs et à une interdiction de voyager. “Il a été désigné” (en août 2015) par le chef actuel d’Al-Qaïda, l’égyptien Ayman al-Zawahiri, “comme étant officiellement membre d’Al-Qaïda” et “est considéré comme son successeur le plus probable”, avait ajouté l’ONU, également en février de cette année.

Al-Qaïda n’a fait aucun commentaire sur l’annonce du décès du fils d’Oussama Ben Laden.

“Il faut attendre l’éloge funèbre d’Al-Qaïda. Il est très, très rare qu’Al-Qaïda ne fasse pas l’éloge d’un dirigeant disparu”, a estimé Katherine Zimmerman, experte sur le terrorisme à l’American Entreprise Institutes. La mort de Hamza Ben Laden, fils préféré d’Oussama Ben Laden, représenterait une perte limitée pour le réseau Al-Qaïda, si elle est confirmée, car il semblait encore peu actif dans les tentatives de résurgence de l’organisation pionnière du jihad global, estiment des experts interrogés par l’AFP. Son décès, annoncé par des responsables américains à des médias mais pas encore confirmé officiellement, laisserait la direction d’Al-Qaïda intacte sous la direction de l’Egyptien Ayman Al-Zawahiri. “Il semble qu’Al-Qaïda n’ait fait que le placer au centre de sa mission de propagande, pendant qu’il se familiarisait avec les bases du commandement d’Al Qaïda”, a estimé Barak Mendelsohn, professeur associé à l’université Haverford, en Pennsylvanie.

“Mais son accession à des tâches opérationnelles significatives reste incertaine”, a-t-il ajouté.

Présenté comme l’héritier du fondateur d’Al-Qaïda, Hamza Ben Laden aurait été tué dans un raid aérien, selon le New York Times, mais les circonstances de son décès comme le rôle joué par les États-Unis restent imprécises. Il serait mort au cours des deux dernières années et aurait séjourné en Afghanistan dans un passé récent.  Pour l’ONU et le gouvernement américain, Hamza Ben Laden était une personnalité dangereuse, susceptible de participer à la reconstruction d’une organisation affaiblie par la guerre contre le terrorisme menée par les États-Unis après le 11-Septembre et plus récemment concurrencée par le groupe État islamique (EI).

Previous NON A LA VENTE DE L'ECOLE AMADOU ASSANE NDOYE !!!
Next Retour au service militaire obligatoire, pour mieux cultiver le sens du patriotisme : L'invite faite par Cheikh Kanté à Mimi Touré et Cie