Funérailles de Président du HCCt : Macky Sall honore Ousmane Tanor Dieng


La République s’est déplacée hier à l’Aéroport Blaise Diagne de Diass, pour rendre un dernier hommage à Ousmane Tanor Dieng. La cérémonie s’est tenue sous la présidence du chef de l’Etat, qui a prononcé à l’endroit du défunt un discours pour magnifier son beau compagnonnage avec ce dernier. A part les officiels de l’Etat, le Président Macky Sall avait ses côtés le Président malien Ibrahim Boubacar Keita, qui a fait le déplacement pour venir honorer son ami et frère socialiste.
La dépouille du secrétaire général du Parti socialiste a atterri, hier, à l’Aéroport Blaise Diagne, vers les coups de 15h. Elle a été accueillie par le chef de l’Etat, avec à ses côtés une forte délégation composée des autorités étatiques. En plus des officiels sénégalais, il y avait aussi la présence du Président malien Ibrahim Boubacar Keita, le secrétaire général de l’Internationale socialiste et la présidente de l’Assemblée nationale gambienne.
Les témoignages sont unanimes, le Sénégal a perdu un grand républicain, un homme courtois et très discret. Le chef de l’Etat a remercié le Président Ibrahima Boubacar Keita qui a tenu à venir communier en cette douloureuse circonstance qui frappe la nation sénégalaise. «Notre frère le Président Ibrahim Boubacar Keita m’a chargé de témoigner que Ousmane Tanor Dieng fut un homme de bien, il fut un homme généreux, un homme discipliné, courtois, un homme d’une dimension exceptionnelle», a déclaré le Président Macky Sall.

«Le Sénégal a perdu un serviteur infatigable de l’Etat»
Pour le chef de l’Etat, ce jour est triste, parce que le Sénégal vient de perdre un de ses plus illustres fils. «Le Sénégal a perdu un serviteur infatigable de l’Etat qui ignorait congés et jour de repos, un homme politique de première classe, auréolé de vertus cardinales», témoigne le Président Sall. D’après Macky Sall, par sa profession, Ousmane Tanor Dieng était d’abord un diplomate de carrière chevronné, aux analyses lucides, au verbe mesuré et à la plume raffinée. D’ailleurs, le Président Léopold Sédar Senghor l’avait appelé à ses côtés en 1978 parce qu’il cherchait un diplomate qui sache écrire».
Poursuivant, le Président Macky Sall assure que Tanor a fait plus que relever le défi, puisque sous les magistères des présidents Senghor et Abdou Diouf, il gravira tous les échelons, en se forgeant patiemment un parcours exceptionnel d’homme d’État rompu aux plus hautes servitudes de la République, travailleur méthodique, sobre et discret. «Tanor avait de la tenue et de la retenue, parce qu’il était conscient des règles d’éthique et de la gravité des charges qui incombent aux serviteurs de l’Etat et de la République. Du début à la fin, sa carrière administrative résonne aujourd’hui comme une formidable leçon de déontologie post-mortem pour tout agent public soucieux du bien-être  commun», affirme-t-il, avant de lancer : «Ousmane Tanor Dieng était aussi un homme politique de grande valeur. Je retiens de l’illustre défunt sa grande courtoisie, sa sérénité pour tous les instants et sa dignité jamais prise à défaut, dans le pouvoir comme dans l’opposition. Il avait une haute idée de la politique et de l’adversité».

«Tanor était un partenaire ouvert, fiable et honnête»
A en croire le Président Sall, le président du Hcct était animé par la force inébranlable de  l’idéal et de la conviction. «Il était par dessus tout un républicain hors norme. J’ai toujours apprécié chez lui le sens aiguisé du dialogue argumenté et apaisé, pour le compromis qui ne signifie compromission. Tanor était un homme de son temps qui comprenait parfaitement l’essence de l’action publique», souligne-t-il. 

«Je suis véritablement bouleversé par sa mort. Je perds en lui un allié fidèle et loyal, un conseiller avisé de l’ombre»
Le chef de l’Etat de témoigner qu’à titre personnel Ousmane Tanor Dieng a toujours été d’une agréable compagnie. De celles qui vous marquent et vous laissent une impression indélébile de sentiments mêlés d’affection et de respect. «Quand il a senti que le destin allait s’accomplir, Tanor a encore trouvé la force et la sérénité de puiser dans ses dernières ressources pour m’envoyer un ultime message par son fils. Je suis véritablement bouleversé par sa mort. Je perds en lui un allié fidèle et loyal, un conseiller avisé de l’ombre», atteste le Président Macky Sall.


Leçon d’une mort…
Du décès de Ousmane Tanor Dieng, Macky Sall en tire une leçon de vie. «La mort interpelle et avertit les vivants, sur le sens et la portée de leurs actes, elle rappelle aux croyants que nous sommes une vérité évidente par elle-même, tout est vanité ici-bas et chacun attend son tour d’être seul face au Seul. Aussi, Macky Sall a décidé de l’immortaliser. «Pour honorer et perpétuer ta mémoire, une des sphères ministérielles les plus modernes dans la nouvelle ville de Diamniadio portera désormais ton nom, pour que chaque jour qui se lève offre ton souvenir lumineux en viatique pour les générations actuelles et futures. Pour nous, ta mort sera toujours une belle leçon de vie». Et de conclure : «tu vivras toujours dans nos cœurs».

Gawlo.net (Avec Les Échos)

Previous La faim poursuit sa progression
Next La voiture de Becaye prend feu au retour de l'enterrement d'Ousmane Tanor Dieng