CAN 2019-FACE A L’ALGERIE : Les équations d’Aliou Cissé


A quelques heures d’en découdre avec l’Algérie en match comptant pour la finale de la CAN 2019, Aliou Cissé peaufine sa stratégie en vue de cette rencontre importante qui pourrait sacrer le Sénégal pour la première fois de son histoire. La suspension de Kalidou Koulibaly ainsi que l’inefficacité de ses attaquants de pointe vont apporter des équations pour le sélectionneur national qui sera attendu au tournant dans cette finale.

L’équipe nationale du Sénégal croisera le fer avec celle de l’Algérie ce vendredi, l’apothéose de la Coupe d’Afrique des Nations de football 2019.
C’est une belle finale qui s’annonce entre l’Algérie et le Sénégal, deux équipes sûres de leurs forces, menées par des stars comme Sadio Mané d’un côté et Ryad Mahrez de l’autre. Le Sénégal a l’occasion de remporter sa toute première CAN, tandis que les Fennecs pourraient glaner la seconde de leur histoire après le titre en 1990. Alors, qui l’emportera ? Réponse ce vendredi dans une rencontre où toute erreur risque de se payer cash. Aliou Cissé va devoir chercher le juste milieu pour concocter une équipe compétitive cela d’autant plus qu’ils retrouvent un adversaire que le Sénégal a croisé lors du premier tour. La première Nation africaine au classement mondial de la FIFA s’est inclinée (1-0) dans un match où elle
a été étouffée par une généreuse et combative équipe algérienne. La rencontre de ce vendredi face aux coéquipiers de Ryad Mahrez sera tout sauf une partie de plaisir pour la bande à Sadio Mané. Après cette qualification historique en finale 17 ans après l’unique de 2002, les « Lions » espèrent décrocher cette première étoile sénégalaise en remportant ce duel face aux « Fennecs». Un rêve ancré dans la tête du technicien aux
dreadlocks depuis des années. « C’est un rêve qui date depuis plus de 20 ans. En 2002, j’étais le capitaine, tout prêt du trophée. J’avais loupé le pénalty. Dieu fait que nous sommes encore en finale. J’espère que ce sera la bonne. C’est un match décisif. C’est à nous de l’aborder avec
beaucoup de sérénité et de calme. Il n’y a aucune pression qui nous tétanise » indique-t-il dans un entretien exclusif avec TV5 monde. Conscient de l’enjeu de ce match, Aliou Cissé réfléchit surement au meilleur onze de départ possible. Le technicien aux dreadlocks aura toutefois des choix
forts à faire entre trouver le système adéquat pour faire déjouer les hommes de Djamel Belmadi, comment jouer sans Kalidou Koulibaly mais aussi l’inefficacité de ces attaquants de pointe.

Prendre sa revanchesur l’Algérie et Belmadi
Depuis le début de cette 32ème édition, Aliou Cissé est resté fidèle à son 4-3-3. Un système qui donne la liberté à un joueur comme Idrissa Gana Gueye mais aussi donne un certain équilibre à une équipe sénégalaise qui détient le monopole du ballon sans pour autant être rapide dans les transmissions. Le sélectionneur national devra remédier à cette tare qui avait pénalisé les « Lions » lors du duel perdu devant l’Algérie (0-1) en match comptant pour la 2ème journée. « C’est un plaisir de rencontrer Djamel. Il est en train de faire un très bon boulot avec les Fennecs. . A mon actif, je suis à ma deuxième Can et une Coupe du monde. Nous sommes en finale contre une belle équipe algérienne. J’espère que le football africain gagnera » assure-t-il. Le capitaine du Sénégal lors de la CAN 2002 va devoir se creuser la tête pour trouver la bonne formule qui va empêcher les “Fennecs ” de dérouler leur jeu basé sur des attaques placées. Belmadi avait réussi à faire déjouer le Sénégal en utilisant un plan anti Koulibaly, en empêchant la relance du roc de Naples et en isolant au maximum Sadio Mané. Le tout combiné à de l’impact physique et à une roublardise gagnante. Vendredi, il ne devrait pas y avoir de plan anti-Koulibaly du moment où le défenseur sénégalais est suspendu pour cumul de cartons. A moins que la CAF le gracie après la lettre de la Fédération sénégalaise de football (Fsf). Les « Lions » devront répondre présents sur l’impact et Cissé devra gagner la bataille tactique. Aliou Cissé pourrait s’inspirer sur le match de la Côte d’Ivoire qui avec un pressing haut et une combativité à tout instant, a été l’adversaire qui a le plus inquiété les « Fennecs ». Il faudra les éloigner le plus possible de la surface d’autant plus qu’ils ont de bons tireurs.Une densification au milieu en bloquant la doublette Guédioura Bennacer mais aussi de l’impact et de l’intensité seront aussi attendus.

Salif Sané pour remplacer Koulibaly
L’autre équation reste la composition de la charnière centrale qui débutera contre les « Fennecs » ce vendredi. Aliou Cissé a perdu en demi-finale le patron de sa défense, Kalidou Koulibaly. Averti sur l’action du pénalty de la Tunisie en demi-finale, le colosse du Napoli (Italie) sera sus-
pendu pour la finale pour avoir récolté son deuxième avertissement après celui contre l’Ouganda en huitième de finale. Une suspension qui hante l’équipe nationale qui va être privée de sa rampe de lancement. Une absence de taille puisqu’il s’agit d’un de celui qui a disputé en intégralité l’ensemble des matches des « Lions » dans cette CAN 2019. Il n’existe que deux solutions de rechange. Comme candidat potentiel dans l’axe, Salif Sané devrait sauf surprise être titularisé pour dépanner. Il va retrouver un poste qu’il n’a plus joué depuis le premier match contre
la Tanzanie où il est sorti sur blessure après 22 minutes de jeu. Out pour le reste du premier tour, il est entré en jeu contre le Bénin et la Tunisie mais a joué comme sentinelle devant la défense. Face à des Algériens très forts devant, il devra hausser son niveau pour ne pas être à l’abri
d’une mauvaise surprise. L’autre option reste le jeune Pape Abou Cissé. Le joueur de l’Olympiakos présente l’avantage d’être un défenseur central
de métier. Seul hic, il ne compte aucune minute de jeu en CAN puisqu’il en est à sa première compétition avec les seniors. Un pari risqué dans une rencontre si importante. La charnière centrale qui sera titularisée devra s’appliquer et gérer avec brio la première relance sénégalaise. Un des garants d’une bonne animation de l’équipe. En effet à dé-
faut de cela, les attaques sont moins réfléchies et le risque de rendre le ballon à l’adversaire plus important. On en reviendra à l’importance de la paire Gueye-Saivet en soutien et couverture.

Le réveil attendu des attaquants de pointe Concernant les autres secteurs du jeu, Aliou Cissé ne devrait pas avoir trop d’inquiétudes puisque tous les joueurs sont aptes. Aliou Cissé devra faire le meilleur choix possible pour mettre en place un trio capable de déstabiliser l’arrière garde algérienne et amorcer le premier pressing. Pour cette finale, les attaques ne doivent également pas seulement dépendre des accélérations et de la réussite de Mané ou Ismaila Sarr dans leurs dribbles que d’une construction collective pour ne tomber dans un piège. Cela implique alors une bonne présence de l’attaquant de pointe. Un secteur jusqu’ici inefficace avec aucun but marqué parmi les trois joueurs présentant ce profil. Mbaye Niang sera aligné à la pointe de cette attaque sauf surprise. « Mbaye n’a pas marqué de buts mais, il fait un travail exceptionnel sur le fond de l’attaque. Il permet de libérer Ismaila Sarr et Sadio Mané. Je suis satisfait de son travail. S’il me marque deux buts en finale, ce sera encore mieux. Dans le système que nous sommes en train de jouer, son rôle est primordial » indique Aliou Cissé qui garde toujours confiance à son attaquant qui est toujours muet. L’attaquant du Stade Rennais devra retrouver l’efficacité mais aussi être plus combatif face à une charnière centrale algérienne toujours prête à aller au combat. Il sera d’un apport primordial d’autant plus que les « Lions » essaieront de démarrer fort la partie. A défaut de mener au score, il faudra neutraliser cette équipe algérienne le plus longtemps possible pour leur retourner la pression, eux qui ont un public très exigeant. Les hommes d’Aliou Cissé devront répondre présents et rester concentrés pendant 90 voire 120 minutes qui détermineront du vainqueur de cette 32ème édition de la CAN.

Gawlo.net ( Avec le Témoin )

Previous REPORT DES LOCALES PASTEF DÉNONCE UNE DÉCISION « ILLÉGALE, ILLÉGITIME ET CONTRAIRE A LA DÉMOCRATIE DANS UN ÉTAT DE DROIT »
Next SENSIBILISATION ET CONCERTATION POUR L’APPLICATION DES INTERDITS DU KHALIFE DES MOURIDES