C’est l’une des plus grandes mesures prises sur le Président Sall, depuis son arrivée au pouvoir pour la sécurisation des routes. Une question longtemps demeurée sans réponse et qui charrie un long fleuve de malheurs, allant de la perte de vies humaines à des drames sociaux suite à des blessures profondes et même la mutilation de membres. Après avoir posé un acte majeur en présidant une réunion sur les autoroutes, le Gouvernement. En réunion du Conseil des ministres, avant-hier, il a donné des instructions fermes au ministre en charge des Infrastructures, en rapport avec les ministres des Finances et de l’Économie pour qu’ils “prennent toutes les dispositions utiles afin d’asseoir une exploitation optimale du patrimoine autoroutier non concédé”. Les directives données par le chef de l’État tiennent du fait que le problème de la sécurisation des routes est lié au défaut d’exploitation de certains axes autoroutiers. Ces disposions auxquelles e Président appelle son équipe à prendre, ne peuvent être dissociées de la nécessité d’équiper les forces se sécurité, surtout la Gendarmerie. La question de la sécurisation des routes, étant comme une sciences dans les pays qui l’ont réussie, l’expertise nécessaire ne fait pas défaut au Sénégal. La réussite de cette mission dépend essentiellement de l’équipement des forces de sécurité de matériels adéquats et de la logistique appropriée. Une offre qui existe au Sénégal. Il reste maintenant à savoir si les directives du chef de l’État ne souffriront pas de lenteurs connues dans le fonctionnement de l’Administration.

Gawlo.net (Avec L’Obs)