Conseiller en communication et directeur de l’École des hautes Études en information et en Communication (Heic Dakar), Dr Momar Thiam a passé à la loupe le fond et la forme de la communication du procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye. pour l’expert en communication, la communication du procureur ressemblait à celle d’un  homme politique qui s’adressait a des opposants.

« C’est l’État qui s’affiche à travers la personne du procureur »

“L’affaire du reportage de la BBC constitue aujourd’hui une affaire d’ordre public puisque c’est un grande média qui a fait un reportage sur une question d’intérêt national à savoir le pétrole et le gaz qui implique a tort ou a raison Alioune Sall, Frank Timis, et l’État a travers le président de la République Macky Sall car c’est lui qui avait signé le décret. Et donc forcément c’est une affaire d’ordre public.  Et donc le procureur est dans son rôle.

En résumé, il est le garant de l’intérêt public. A  ce niveau, convoquer une conférence de presse entre dans un schéma communicationnel  pour dire au public quelle est la marche a suivre pour sauvegarder ses intérêts dans ces affaire qui n’ont été plus ou moins mis sur la place publique par un grand média. Et si vous avez regardé sa conférence de presse, vous verrez que c’est le conseillé  en communication  du ministère de la justice qui a pris la parole  pour camper le décor avant que le procureur de la République n’engage le débat. Donc la on est dans les formes. Et en général, c’est comme ça que ça se fait.

 Ensuite le procureur de la République en prenant la parole, a bien fait comprendre que dans ce travail il n’est pas seul puisque du point de vu même de la communication  il est entouré de ses collaborateur mais notamment le délégué au procureur, et les autres substituts. Et c’est donc  l’Etat qui s’affiche a travers la justice et a travers la personne du procureur. Et c’est un symbole qui est fort en termes de communication.

 Fallou Séné, Rapport Ofnac : Les contre feux du procureur 

Et toujours dans la forme, ce qui est d’une flagrance notoire, c’est que le procureur de la République a convoqué  une conférence de presse suite au grand débat sur le pétrole et le gaz suscité par le reportage de la BBC. Mais une fois qu’il a pris la parole il a tenu à souligner  qu’il avait trois affaires dont il voudrait parler notamment sur l’enquête de l’Ofnac sur le Coud, l’affaire Fallou Séne, mais également sur le reportage de la BBC. Et en terme de communication on est en droit de se demander est  ce que l’occasion de communiquer autour de l’ affaire Petro Tim telle que ça a été relaté par la BBC et repris par la presse, la société civile et l’opposition a été l’occasion qui a été saisi pour faire la lumière aussi sur l’avancement des enquêtes et le travail du procureur au niveau des du Coud et de Fallou Séné. Et a partir de ce moment, on est tout a fait fondé et légitime de   se dire  qu’en faisant de la sorte, il crée un peu des contre feux. Et c’est des astuces en communication pour créer des pares feux.  Et il a mis presque 15 Minutes pour parler’ de l’affaire du Coud  sur le rapport de l’Ofnac et 10 minutes sur l’affaire de Fallou Séne.

Les allusions malencontreuses du procureur

Et sur le fonds, ce qui attire mon, attention, c’est les expressions qu’utilisent les le procureur alors qu’il  doit défendre l’intérêt public et lire le droit. Mais quand on voit un procureur qui commence son intervention par des termes tels que   « connaisseurs, « analystes, et « experts du pétrole », on peut dire que  c’est des allusions qui sont malencontreuses. Et on a même l’impression qu’il avait un tout petit peu de moquerie dans ses propos alors qu’un procureur de la République est d’habitude plus concis et plus carré.  En termes d’éléments de langage, il va toujours chercher des termes qui collent au droit et à la bienséance car j’ai l’impression que de bonne ou de mauvaise foi sans caricaturer que c’était un homme politique qui s’adressait a des opposants. Et il va plus loin quand il parle  des connaisseurs, des experts qui ont des cabinets dans les médias.  

Quand j’ai vu les réactions des opposants qui le taxent de procureur du Président Macky Sall  on n’est plus ou mois fondé à  dire qu’ils sont dans leur rôle en le taxant de la sorte parce qu’il a prêté le flanc. Et même dans son discours, il a fait un aveu  de taille quand il dit que la balle est dans le camp du procureur. Alors pourquoi attendre tout ce temps pour le faire. Et cet aveu de taille veut dire aussi que le parquet était à la traine.

Et je pense que le procureur gagnera à se mettre en face de la presse pour  dire exactement ce qui va être fait.