Ingénieur minier, responsable du Mouvement Actions Sociales pour un Sénégal Émergent (MASSE), membre de la coalition Benno Bokk Yaakaar, Mamadou Makhtar Diouf a son mot à dire sur la polémique soulevée par la vidéo de la BBC. Il estime que la malédiction du pétrole n’existe pas et qu’elle se crée.

La vidéo diffusée par la BBC continue de défrayer la chronique dans le pays. Et au-delà de cet aspect, certains craignent la problématique de la malédiction du pétrole au Sénégal. L’ingénieur minier Mamadou Makhtar Diouf, responsable du Mouvement Actions Sociales pour un Sénégal Émergent (MASSE), membre de la coalition Benno Bokk Yaakaar, considère que «la malédiction du pétrole n’existe pas, elle se crée ». Et partout où il y en a, ce sont des personnes qui l’ont créé. Au Sénégal, indique-t-il, des leviers sont manipulés pour donner de l’ampleur au documentaire de la BBC qui, ne devait en vérité servir que d’étincelle qui donne la lumière». Malheureusement , se désole-t-il, certains Sénégalais sont actionnés pour semer le désordre dans le pays. «Mais, le peuple sénégalais est assez mûr et l’Etat du Sénégal assez responsable, pour tout remettre à sa place», indique-t-il avant de souligner par ailleurs que ce sont ceux qui s’agitent aujourd’hui sont ceux qui occupaient hier les réseaux sociaux pour dire que Macky Sall est le mauvais candidat.

Pourtant, les Sénégalais ne les avaient pas suivis. «Aujourd’hui, leur agitation s’explique par le simple fait qu’ils ne se sont pas encore réveillés de leur tsunami électoral. C’est pourquoi, ils cherchent par tous les moyens à remettre en selle leurs sinistres projets. Un média étranger a été utilisé pour semer la discorde dans le pays, au moment où les acteurs politiques et sociaux se sont retrouvés autour d’une table, pour trouver ensemble la voie à emprunter pour des lendemains meilleurs. L’enquête la BBC est tendancieuse d’autant plus que pour parler d’un présumé problème de corruption dans un pays, on n’a vraiment pas besoin d’étaler d’abord la pauvreté des populations», dit Mamadou Makhtar Diouf.

Jusqu’à preuve du contraire, soutient-il, la diffusion du documentaire répond à d’autres objectifs. Raison pour laquelle, il recommande que cette affaire soit clarifiée et la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire. «Beaucoup de contrevérités sont racontées, mais la moindre des choses que le président de la République pouvait faire, c’est de valider parce que ce n’est pas tous les jours qu’on voit des entreprises courir le risque d’investir dans ce domaine et il est bien placé pour le savoir. L’essentiel maintenant est de retrouver la sérénité et de laisser le chef de l’Etat mettre en œuvre le nouveau code minier, qui va régler tous les points soulevés».

S’agissant de son mouvement, Mamadou Makhtar Diouf renseigne que depuis sa création, le MASSE occupe la place qui est la sienne, grâce à différentes actions qu’il mène. Et d’ajouter : «lors de la dernière élection présidentielle, nous avons effectué un travail de proximité qui a pesé sur la victoire du candidat Macky Sall». Selon lui, il y avait cependant des difficultés pour coordonner avec la coalition Benno Bokk Yaakaar de Thiès et c’est pourquoi le mouvement a pris sa propre voie, pour apporter sa contribution à la réélection du Président Macky Sall. Mais le MASSE s’active également dans les activités sociales. C’est ainsi qu’il a initié des activités génératrices pour les couches vulnérables comme les handicapés, les enfants, les femmes, mais aussi en apportant un soutien dans le cadre de l’orientation, le financement ou les études de projets.

Il est également intervenu en faveur des femmes, notamment à travers des formations en teinture, de production de savon, la formation en micro jardinage. Il s’y ajoute l’organisation de journées de don de sang, des offres de fournitures, etc.

Gawlo.net (Avec L’As)