MACKY À BORD D’AIR SÉNÉGAL SA : Voyage en aller simple


Pour pousser les Sénégalais à privilégier leur pavillon national par rapport aux autres compagnies aériennes, le chef de l’État a voulu donner l’exemple en voyageant sur Paris à bord d’Air Sénégal Sa. Mais ce n’était qu’un coup de com’, puisque même s’il n’est vraiment pas déçu du vol aller, il va retrouver son “palais volant au retour.

Macky en opération marketing. Comme évoqué dans la presse, photos à l’appui, il s’est rendu dans la capitale française, Paris, en avion de ligne. Par cette innovation, le chef de l’État veut montrer qu’il est le premier représentant économique du Sénégal à emprunter ce pavillon national qui vient déployer ses ailes sur cette ligne très rentable au départ de Dakar. Ce changement de paradigme est à saluer à sa juste caleur. Mais, Macky Sall peut faire plus. En effet, il gagnerait à imposer à ses ministres devant se rendre dans les destinations desservies par le porte-étendard sénégalais à voyager avec Air Sénégal, comme en France. Sans quoi, ce voyage, avec en soutes des espèces sonnantes et trébuchantes pour la compagnie, ne serait qu’un maladroit coup de com’. Et les passagers pris pour les dindons de la farce. Car, on ne peut pas inciter les Sénégalais qui voyagent à la préférence nationale et voir le gouvernement se bousculer sur les dessertes d’Air France. Une situation qui risque de se passer, surtout que sa première décision interdisant les ministres à voyager en première classe, en dehors d’un nombre restreint, n’a pas été suivie d’effet. Pis, le voir reprendre son avion de commandement, déjà stationné dans la capitale française, au vol retour montre qu’il a tenté de venir à la rescousse de cette compagnie qui multiplie les couacs depuis son lancement. Ce qui a fini par le pousser à éjecter du cockpit son commandant de bord, Philip Bohn et son co-pilote Jérome Maillet. Si voyager en aller simple à bord d’Air Sénégal est symbolique en termes de marketing pour la compagnie nationale, Macky Sall a bien fait de n’avoir pas suivi ceux qui voulaient qu’il pousse la sobriété plus loin en voyageant en classe économique. Une opération qui serait démagogique et risquée. Car, n’importe qui aurait pu lui demander de lui céder le passage pour aller se soulager aux toilettes. Et, ne connaissant pas tous les passagers qui avaient déjà réservé leurs billets à cette date, on aurait pu l’embarquer avec des gens peu convenables qui pourraient l’apostropher et scander des choses par rapport aux dernières élections.

Gawlo.net (Avec Walf Quotidien)

Previous Amadou Dia Bâ s’ouvre les portes du Cio
Next FIN DU MONOPOLE D'ITOC DANS LA FOURNITURE DU BRUT À LA SOCIÉTÉ AFRICAINE DE RAFFINAGE : 2019 pas "Mubarack" pour Baba