MATERNITÉ : L’obésité, un obstacle à la procréation


Des études ont montré que des femmes obèses ayant un Indice de masse corporelle (Imc) supérieur à 30 peuvent éprouver des difficultés à donner naissance. Le Pr Abdoulaye Lèye, endocrinologue au centre hospitalier de Pikine, recommande la pratique régulière d’une activité physique pour prévenir l’obésité.

Les journées de l’Internat de la Faculté de médecine de l’Ucad ont été mises à profit par des universitaires pour alerter sur les conséquences de l’obésité. L’endocrinologue au centre hospitalier de Pikine, Abdoulaye Lèye, en se basant sur des études, a affirmé qu’une femme obèse ayant un Indice de masse (Imc) supérieur à 30 a souvent des difficultés pour mettre au monde des enfants. ” Elles présentent des troubles de la fertilité”, a soutenu l’enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il a cependant assuré que cela peut être réglé par un retour du poids à la normale. “C’est pour cette raison que les personnes obèses ne doivent pas négliger le sport. Il faut prendre en charge cette obésité, de façon durable, pour améliorer la qualité de vie de la femme et lui permettre d’avoir des enfants”, a préconisé le Pr Lèye. L’universitaire animait, le 27 avril dernier, à la faculté de médecine de l’Ucad, une conférence portant sur “Syndrome métabolique : des origines épi-génétiques et ultra-utérines aux phénotypes morbides, sous-développement et mode de vie au banc des accusés”. Cette réflexion entrait dans le cadre des journées de l’Internat. Devant un parterre d’étudiants et d’enseignants, le conférencier a insisté sur la prévention comme solution afin de maîtriser les syndromes métaboliques. Ces derniers, a-t-il expliqué, sont les différentes réactions chimiques qui permettent à l’organisme d’utiliser ce dont il dispose comme ressource pour maintenir ses organes en vie. La préservation de cette fonction passe par une alimentation équilibrée par une alimentation équilibrée, la lutte contre le stress et la pratique régulière du sport. “Sinon, l’intervention chirurgicale sera la dernière solution pour sauver la personne obèse”, a averti Abdoulaye Lèye. Il a avancé que le syndrome métabolique est un fléau mondial parce que une association de pathologies comme le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité abdominale, la cholestérolémie, entre autres. “Ce sont toutes ces maladies qui déterminent le syndrome métabolique”, a-t-il informé. Ces affections constituent la première cause de mortalité dans les structures de santé. “Il faut une intervention globale, car le potentiel génétique que présente une personne est modifié par les phénomènes environnementaux qui peuvent agir pendant la conception agir pendant la conception de la vie humaine. IL faut que la femme enceinte mène des activités pour préserver sa santé et celle de son enfant”, a préconisé l’endocrinologue.
Séance de présentation des ouvrages du Pr Abdoulaye Lèye

La conférence a été suivie par la présentation de l’ouvrage du Pr Abdoulaye Lèye sur “Endocrinologie, métabolisme, nutrition” constitué de deux tomes. Le premier tome traite du programme d’enseignement de la médecine en endocrinologie métabolisme et le second est consacré aux pathologies métaboliques nutritionnelles. Les données sur l’alimentation de base y sont aussi abordées, notamment la nutrition préventive ou thérapeutique.

Gawlo.net (Avec Le Soleil)

Previous Pour n’avoir pas reçu les 500 millions promis : Talla Sylla très amère contre le Président Macky
Next Le ministre et les 8 voitures de fonction