MOUHAMADOU MAKHTAR CISSÉ LORS DE SA CÉRÉMONIE DE SARGAL : «Diriger une entreprise, c’est juste tirer le meilleur de vos hommes»


«Diriger une entreprise, ce n’est pas un concours de vertus pour porter des jugements sur les uns et les autres, quels que soient leurs défauts, c’est juste tirer le meilleur de vos hommes». Voilà le secret de la réussite de Mouhamadou Makhtar Cissé. Il l’a dit avant-hier lors d’un sargal que le personnel a organisé en son honneur après les excellents résultats qu’il a réalisés à la tête de la Senelec. Son successeur Pape Mademba Bitèye qui a pris bonne note de ce conseil, a promis de consolider les acquis légués par les pionniers et de sauvegarder les prérequis conçus à leur tour par les continuateurs et concrétiser les préconisations définies par leurs prédécesseurs. 


Avant-hier,mardi, les cadres de Senelec ont fait un «sargal» à leur Directeur sortant, Mouhamadou Makhtar Cissé, actuel ministre du Pétrole et des Énergies. Lors de cette cérémonie où toute la crème de la boite était présente, ce dernier a félicité son successeur Pape Massamba Bitèye pour sa nomination, avant de remercier le Président Macky Sall. «Nos destins nous ont placés à ces responsabilités mais, le Président Macky Sall en est l’instrument. Je suis tellement chevillé loyauté, fidélité, que souvent, j’évite d’évoquer cette notion. Si nous sommes à ces positions, alors que nous ne sommes pas forcément les plus méritants et les mieux formés, c’est parce que, quelque part, il y a l’arbitraire du destin et ce destin porte sa signature», dit-il. 



«Quand j’arrivais ici, c’était un autre climat. Mais en 4 ans, nous avons réussi des pas importants»


Après avoir saluté l’exemplarité et la compétence des cadres de la Senelec, Makhtar Cissé est revenu sur quelques réalisations qu’il a faites lorsqu’il était à la tête de la Senelec. «Quand j’arrivais ici, c’était un autre climat. Mais en 4 ans, nous avons réussi des pas importants. Au niveau de la production, nous avons restauré certaines capacités, amélioré d’autres, mis en place un mix pour diversifier. Pour la cinquième année consécutive, cette entreprise est bénéficiaire. C’est des chiffres qui parlent», explique-t-il.
Makhtar Cissé a rendu un vibrant hommage aux agents qui travaillent dans le réseau, transport comme distribution, mais également au niveau de la production. «Quand il y avait une panne, tout le monde était mobilisé au dispatching. Et ils n’avaient de cesse tant que l’électricité n’était pas rétablie. Cet esprit de volontariat, ce patriotisme d’entreprise m’ont beaucoup marqué durant mon séjour, mes débuts en tout cas à la Senelec», déclare-t-il. 


«Les meilleures solutions, c’est des solutions du milieu»

Aussi, s’est-il interrogé sur la raison pour laquelle le Sénégal ne pourrait pas produire de l’électricité : «Au nom de quelle fatalité ne serions-nous pas capables de produire de l’électricité pour 15 millions de Sénégalais ? Beaucoup de choses ont été faites, mais rien de nouveau n’a été inventé. On a juste essayé de mettre en place une organisation, en partant d’un principe simple que la vie marche sur le déséquilibre. C’est un binôme tout le temps. Les meilleures solutions, c’est des solutions du milieu. Et dans une entreprise, cela s’appelle rechercher le compromis», explique le nouveau ministre du Pétrole et des Énergies. Qui poursuit : «le meilleur Directeur général, le meilleur ministre, le meilleur manager, c’est celui qui apprend à rester humain», souligne-t-il. 



«La seule phrase que j’ai vue quelque part et qui m’a choqué…»



Makhtar Cissé est convaincu que Senelec peut être meilleure que celle qu’il va laisser à Pape Mademba Bitèye. «Il y a de la marge, à condition que vous, agents, vous continuiez à vous mobiliser autour de votre Directeur général et à constituer un bouclier pour lui». Sur les avantages qu’ont les cadres de Senelec, Makhtar Cissé lâche : «au nom de quelle logique managériale, quand une société marche et pour ses profits, ses agents n’en profiteraient pas ? Je ne comprends pas», tonne-t-il. Toutefois, Makhtar Cissé a fait une critique : «la seule phrase que j’ai vue quelque part et qui m’a choqué, c’est quand on dit que la Senelec ne peut pas faire la promotion de l’économie de l’énergie. Dans un pays sous-développé, dans un pays en construction, quelles que puissent être nos ressources, la première source d’énergie doit être l’économie d’énergie. Donc ça, c’est vraiment être hors du temps, être hors de la rationalité que de tenir un certain discours. Moi j’accepte tout, mais une certaine mauvaise foi n’a pas sa place dans un espace civilisé, où tout est permis, où on peut discuter de tout. Il n’y a pas de dictature à la Senelec», peste-t-il. 


Pape Mademba Bitèye : «nous allons nous inscrire dans la continuité»


Son successeur, le nouveau Directeur de la Senelec, Pape Mademba Bitèye a vivement remercié Maimouna Ndoye Seck. Parce que, dit-il, c’est en 2013 qu’elle l’a appelé pour lui demander de venir travailler avec elle. Aussi, Mademba Bitèye a évoqué et magnifié les avancées significatives réalisées par Senelec, sous le magistère de Makhtar Cissé. «C’est le lieu de rendre hommage à votre leadership frappé du sceau de la compétence, du patriotisme et de l’application rigoureuse des principes de qualité et d’effectivité», dira Mademba Bitèye, qui rassure son prédécesseur «nous allons nous inscrire dans la continuité, dans le cadre de cette mission sacerdotale, de profiter de cette occasion pour lancer un appel soutenu à tout le monde pour pérenniser le travail d’équipe. Nous allons écouter tout le monde, nous allons travailler avec les compétents et les motivés», souligne-t-il. 

Gawlo.net (Avec Les Échos) 

Previous 3ème édition du forum école entreprise : BEM pose le débat de la transformation digitale et l’employabilité
Next DÉTHIÉ FALL : «Macky Sall n’a pas eu de victoire. Ce qu’il a fait, c’est encadrer une victoire technique»