Me El Hadji Amadou Sall raille le nouveau slogan de Macky Sall : “Le ”fast tract”, c’est juste pour frimer”


Wade se fout royalement du statut du chef de l’opposition. C’est l’avis de Me El Hadji Amadou Sall qui, par ailleurs, n’est pas emballé par le «fast tract» du Président Macky Sall.

«Si aller plus vite c’est se tromper de numéro de téléphone en appelant un président de la République à la place d’un chef de l’opposition et créer une bourde diplomatique, je préfère aller d’un pas de sénateur.» Telle est la conviction de Me El Hadji Amadou Sall qui fait allusion à l’appel du Palais présidentiel à Alpha Condé pour demander Cellou Dalein Diallo. Le responsable libéral considère que le Président Macky Sall «confond vitesse et précipitation» dans son nouveau slogan comme mode de gouvernance : le «fast tract». Me Sall qui ne trouve «pas mauvaise» la restructuration du ministère de l’Économie, des finances et du plan n’est cependant «pas emballé par la magie des mots». «Pourquoi parler anglais ? On pouvait parler de rapidité. Le fast tract, c’est juste pour frimer. Un gouvernement n’est pas là pour frimer. Ça ne fait pas sérieux», a déclaré l’ancien ministre de la Justice hier au cours du «Grand jury» de la Rfm.
Ce membre du Comité directeur du Pds déplore la démarche «solitaire» du président de la République sur la question de la suppression du poste de Premier ministre. L’ancien garde des Sceaux surfe sur une litanie d’interrogations : «Il ne semble pas normal, sur une question aussi importante, qu’il n’y ait pas de consensus parce que les conséquences sont graves. S’il n’y a pas de gouvernement, comment l’Assemblée nationale peut exercer son contrôle et dissoudre un gouvernement dont le chef est le chef de l’État ? Cela veut dire que l’Assemblée nationale peut destituer un président de la République par une procédure d’impeachment (procédure de destitution du Président aux États-Unis, Ndlr). C’est trop grave», a dénoncé ce proche de Me Wade. Avant d’ajouter : «Admettons qu’en 2022 le Pds gagne les élections législatives, qu’est-ce qu’on fait si le poste de Premier ministre est supprimé ? Il est possible que le pays soit totalement bloqué. Il y aura un arbitre. Qui le sera ? Ce sera la porte ouverte à toutes les aventures.»

«Wade se fout royalement du statut du chef de l’opposition»
Par ailleurs, «Wade se fout royalement du statut du chef de l’opposition», selon Me Sall. Il se demande pourquoi de 2012 à 2017, au moment où le Pds fut 2ème lors de toutes les élections, cette question n’a jamais été agitée. «Soit on désigne celui qui est 2ème à l’élection présidentielle, soit le chef du parti arrivé 2ème aux Législatives. Dans tous les cas, c’est le Pds et cela devait revenir à Me Abdoulaye Wade. Personne n’en a voulu. Maintenant qu’on ne participe pas à une élection, on se précipite pour évoquer le statut du chef de l’opposition», s’est-il étonné.
Me El Hadji Amadou Sall a aussi indiqué que le Pds n’exclut pas de participer au dialogue politique annoncé par Macky Sall. Cependant, nuance-t-il, le parti n’y sera que si et seulement si les questions tournent autour du fichier électoral, du parrainage, de l’exercice des droits et libertés, du statut du chef de l’opposition…

Gawlo.net (Le Quotidien)

Me Amadou Sall sur les raisons du déménagement de Wade et le mode “Fast Track”

« Wade s’en fout d’être chef de l’opposition ou pas. Désignez qui vous voulez ! Le Fast-track, c’est juste pour frimer…« , a réagi Me Amadou Sall. L’avocat était l’invité de l’émission « Grand Jury » sur la Rfm. Pour lui, ce statut du chef de l’opposition « vise à liquider politiquement Wade et le Pds« . L’avocat a aussi été interpellé sur la suppression du poste de PM et l’élection présidentielle de 2019 mais aussi sur le « Fast track ».

« Maintenant, qu’on ne participe pas à une élection, on veut se précipiter pour créer un chef de l’opposition. Ce n’est pas parce qu’on a pas participé à une élection qu’on est mort », fait-il savoir à quel point la « stratégie Sall » l’écœure. Aussi, Me Amadou Sall s’étonne que durant les sept (7) du président Macky Sall  que l’ « institutionnalisation » de ce statut de Chef de l’opposition n’ait jamais été achevée et qu’elle n’ait jamais fait l’objet d’une procédure sérieuse.

Me Sall a aussi donné son avis sur le « Fast track » du président Macky Sall. Pour lui, « si aller plus vite c’est se tromper de numéro de téléphone et appeler un Président de la République à la place d’un chef de l’opposition, alors là! D’ailleurs, pourquoi parler anglais? Pour frimer? Un gouvernement ne devrait pas frimer« .

« Wade a eu raison sur tout le monde…« , dira-t-il de l’élection Présidentielle et sur la suppression du poste de Premier ministre. Il poursuit : « Il n’y a pas de consensus sur le fichier. Il n’y a pas de consensus sur la loi sur le parrainage. Dans son camp, personne ne parle. Pourquoi vous ne parlez pas du silence de Moustapha Niasse. Ce silence inquiétant de Macky Sall, du silence complice de Moustapha Niasse et du silence suspect de Tenir Dieng? Nous savons exactement comment cette élection a été truquée. Des experts y travaillent. »

Non sans révéler la publication, dans les jours à venir, d’un rapport pour révéler, à la face du monde ce qu’il qualifie de « manège utilisé » par Macky Sall pour gagner les élections.


Previous Université Gaston Berger
Next Prix du pain