ALIOU CISSE SÉLECTIONNEUR NATIONAL : «Le Sénégal n’a peur d’aucune équipe»


Le sélectionneur national, Aliou Cissé parle d’un groupe C équilibré. Sur le site emedia, le patron de la Tanière affiche ses ambitions et souligne que le Sénégal n’a peur d’aucune équipe.

«J’ai envie de dire que c’est une poule plutôt équilibrée. Comme vous le savez, en Afrique, il n’y a plus de petite équipe», a d’emblée laissé entendre Aliou Cissé, qui indique que le Sénégal va vers une compétition très compliquée, très difficile, avec un niveau très élevé. Donc, il ne faudra, selon Cissé, sous-estimer aucune équipe. Il faudra se préparer et bien aborder la compétition.

«Un groupe équilibré, mais le Sénégal et l’Algérie sont les favoris»

Parlant de l’Algérie, le sélectionneur indique que c’est une grosse équipe. «Aujourd’hui, ils sont en train de se bonifier avec l’arrivée de Djamel Belmadi que je connais. C’est un ami à moi, on a grandi dans le même quartier à Paris. Donc, ce sera une belle bataille. Le Sénégal et l’Algérie seront les favoris de cette poule, mais il ne faudra pas sous-estimer le Kenya et la Tanzanie», explique-t-il. A la question de savoir s’il connaissait les qualités des deux autres équipes du groupe, le Kenya et la Tanzanie, Cissé répond par l’affirmative, mais, prévient-t-il : «nous ne sous-estimons personne, mais le Sénégal n’a peur d’aucune équipe aujourd’hui». Dans ce sens, Aliou Cissé, qui espère réaliser une belle Can, affirme que «pour gagner cette Can, il va falloir battre tout le monde. Cela commencera par la Tanzanie le 23 juin». Il poursuit : «on n’est pas dans cette philosophie de peur et de crainte. Nous sommes dans une philosophie positive. Aujourd’hui, l’ennemi du Sénégal, c’est le Sénégal. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes et arrêter de parler des adversaires. Ce qui m’intéresse, c’est mon équipe, c’est ma stratégie, ce qu’on veut faire sur le terrain et bien le faire».

«Aujourd’hui, l’ennemi du Sénégal, c’est le Sénégal»

En réponse à Hervé Renard, l’entraineur du Maroc qui rêve d’une finale Sénégal-Maroc, Aliou Cissé indique qu’il n’a pas d’équipe à choisir. A l’en croire, «tout se passera sur le terrain. Si nous devons rencontrer le Nigeria, nous le rencontrerons. Itou pour la Côte d’Ivoire ou un autre pays. Avant de parler de finale, il faut sortir d’abord de sa poule. On verra après ce qui se passera au niveau des matchs définitifs qui se joueront par élimination directe». La Can se déroulera en été, un moment où les joueurs, pour leur grande majorité, auront joué une saison entière en Europe. Un risque de surcharge que redoute Aliou Cissé. «La préparation sera importante. Il faudra leur donner un temps de récupération avant de démarrer les entraînements avec eux. Pour moi, l’essentiel, c’est qu’ils arrivent en bonne santé et qu’ils arrivent à pouvoir jouer les matchs convenablement. Les fins de saison sont toujours compliquées (…). Je crois que si l’équipe du Sénégal est au complet et que nos joueurs arrivent en bonne santé, on arrivera à exister dans cette compétition qui sera très relevée», dit-il. «Il faut aller à la Can avec beaucoup d’humilité» Pour la Can, Aliou Cissé, qui en sera à sa deuxième participation sur le banc, assure qu’il faudra y aller avec beaucoup d’humilité. Mais il reste persuadé que le Sénégal aura son mot à dire dans cette compétition. Pour la préparation, le sélectionneur national continuera la supervision. «On va se battre, on va essayer de capter des informations de gauche à droite pour pouvoir mieux préparer nos rencontres», dit-il.

Gawlo.net (Les Échos)

Previous GAMOU ANNUEL DE SOUIMA : Racine Sy boudé par les ministres, un gamou «folklorisé»
Next Pas de crainte pour les ministres d'État de la présidence