ATTAQUE A MAIN ARMÉE A JAXAAY 2 PRES DE LA SEDIMA : Le pick-up Dk 9583 AT des braqueurs retrouvé et abandonné au bord d’un cimetière au quartier Déni Malick Guèye de sébikotane

ATTAQUE A MAIN ARMÉE A JAXAAY 2 PRES DE LA SEDIMA : Le pick-up Dk 9583 AT  des braqueurs retrouvé et abandonné au bord d’un cimetière au quartier Déni Malick Guèye de sébikotane

Le véhicule du redoutable «commando» des 11 gangsters encagoulés a été retrouvé et abandonné aux abords d’un cimetière, sis au quartier Déni Malick Guèye de Sébikotane. Il s’agit d’un pick-up de couleur blanche immatriculé Dk 9583 AT, qui a servi de moyen de transport aux malfaiteurs, lors du braquage à main armée de la station d’essence Shell de Jaxaay 2, située vers la sortie de ladite commune, à proximité de l’usine de la Sedima. C’était durant la nuit du mardi dernier, vers les coups de 04h du matin (voir édition d’hier).

Les limiers de la Sûreté Urbaine (Su) de Dakar, qui ont hérité de l’enquête sur le spectaculaire braquage à main armée de la station d’essence Shell de Jaxaay, ont mis la main sur le véhicule pick-up Dk 9583 AT des brigands en fuite. Ceci a été rendu possible grâce à la synergie d’actions et d’efforts des forces de sécurité et de défense du pays. Mais surtout à la précieuse collaboration des pandores de la brigade territoriale de gendarmerie de Diamniadio.

Des messages radio et avis de recherche du pick-up lancés à toutes les unités de police et de gendarmerie

Après le forfait des braqueurs, soufflent nos sources, des employés de la station d’essence avaient pu relever le numéro d’immatriculation du véhicule type pick-up (Dk 9583 AT) et l’avaient signalé aux limiers de Jaxaay, qui procédaient aux constats d’usage des faits et aux auditions sommaires. Mais plus outillés avec des moyens matériels hyper sophistiqués, les flics de la Su de Dakar ont hérité de l’enquête. Ils disposent des premiers éléments d’enquête sur le braquage, activent leur arsenal et lancent des messages radio et des avis de recherche du véhicule pick-up déjà identifié à toutes les unités de police et de gendarmerie.

Les pandores de Diamniadio retrouvent le véhicule des gangsters et alertent les flics de la SU de Dakar

Au petit matin du mardi, rapportent nos informateurs, des habitants du quartier Déni Malick Guèye de Sébikotane constatent la présence suspecte d’un véhicule type pick-up, aux alentours de leur cimetière, s’approchent sans le toucher et commencent à se triturer les méninges de toutes sortes de questions. Certains évoquent la thèse de pratiques mystiques et pointent du doigt des individus malintentionnés dans le village. Tandis que d’autres croient plutôt à l’idée d’abandon de véhicule volé par un groupe de malfaiteurs. La nouvelle fait alors vite le tour des habitations et devient le principal sujet de discussions des populations de la localité. Mais, vu que personne ne vient récupérer le véhicule, les habitants alertent les pandores la brigade territoriale de Diamniadio. Ces derniers se rendent sur les lieux, vers 17h, constatent les faits et vérifient le véhicule, qui répond exactement au signalement du recherché pick-up des braqueurs de la station d’essence Shell. Ainsi, ils sacrifient d’abord aux formalités d’usage en sécurisant le périmètre de la bagnole avant d’alerter les flics de la Sûreté Urbaine de Dakar. Qui débarquent, récupèrent le véhicule et l’amènent avec eux pour des motifs de prélèvement d’indices et de traque aux objets susceptibles de les mener droit vers les malfaiteurs en fuite.

Le véhicule Pick-up a été volé par les gangsters, le propriétaire de la bagnole retrouvé et cuisiné

Après la découverte du véhicule, les flics se sont rendu compte que la voiture en question a été volée par le «commando»qui a utilisé le pick-up comme moyen de transport pour commettre le forfait. Ils ont ensuite conduit la bagnole durant la même nuit de leur opération jusqu’aux alentours du cimetière du quartier Déni Malick Guèye, vers la commune de Diamniadio, avant de l’abandonner sur les lieux et se fondre dans la nature. Mais, au cours de l’enquête, les limiers ont pu retrouver le propriétaire du véhicule pick-up, qui a sacrifié au rituel exercice  des questions-réponses des enquêteurs. Qui sont toujours en train d’examiner minutieusement les coins et recoins de la bagnole, aux fins de retrouver des indices abandonnés inconsciemment dans le véhicule par les malfaiteurs.

AFFAIRE DU BRAQUAGE A JAXAAY 2 VERS 4H PRES LA SEDIMA :
Et s’il s’agissait du «commando» du redoutable braqueur écroué Banda Dabo ?

Au regard du modus operandi du «commando» de 11 braqueurs de la station d’essence Shell, sis à Jaxaay, près de l’usine Sedima, l’on est tenté de croire que c’est la même bande qui avait attaqué le siège de Ecobank à Yeumbeul Sud et emporté le coffre-fort contenant 111 millions Cfa, avant de le vider et de l’abandonner dans la bande des filaos de la cité Gadaye de Guédiawaye. Tout comme l’arme à feu de service du vigile de garde (pistolet automatique brûlé) ainsi que le véhicule double-cabine volé à un agent d’un ministère domicilié à Keur Massar.

Des brigands encagoulés avaient également utilisé la même méthode et tenté de dévaliser une boutique multi-service à Golf Sud. Mais ils avaient été freinés dans leur élan par des éléments de la police de Golf Sud . Et il s’en était suivi des échanges de coups de feu de part et d’autre. Ainsi, un des éléments du même gang, identifié plus tard sous le nom de Banda Dabo, blessé par balle, avait été rattrapé par les flics, alors qu’il avait mis du temps à ressortir des locaux de la boutique de transfert d’argent et courait comme un dératé pour tenter de rejoindre le véhicule type 4×4 L200 de ses compagnons, qui avait démarré en trombe, en quittant les lieux. Et comme les braqueurs d’Ecobank de Yeumbeul, ils avaient abandonné, durant la même nuit du braquage avorté de l’agence multi-service, près de la pharmacie sise à Golf Sud, le véhicule L200 double-cabine de couleur blanche, sans plaque d’immatriculation. C’était le mardi 12 septembre 2017, vers 17h.

Un ex-compagnon d’Ino et d’Alex arrêté en 2017, suite à un braquage raté d’une agence multiservice à Golf Sud

Face aux flics de la Su de Dakar, qui avaient à l’époque hérité de l’enquête de leurs collègues de Golf Sud, il était ressorti que le braqueur Banda Dabo, né en 1959, à Boussoungi en Casamance, a participé à plusieurs cambriolages et vols à main armée dans beaucoup d’agences d’établissements financiers du pays. Il fut également l’ex-chef de groupe des amis d’Ino et d’Alex, entre autres. Mais, ils se sont séparés, au fil du temps, suite à un clash. Cela a poussé Ino et son compagnon de guerre Alex à monter leur propre groupe avec d’autres sanguinaires malfaiteurs. Banda Dabo a également monté plusieurs gangs et recruté de jeunes brigands, qui sont devenus par la force des choses des braqueurs professionnels. Il est dépeint comme un vrai caïd doublé de spécialiste des opérations de cambriolage et braquage à main armée. Il est également présenté comme un «sergent-recruteur» et formateur de jeunes brigands.
Selon toujours nos sources, Banda opère depuis 1996 ou 1998 dans le milieu interlope du pays. Mais, vu son âge avancé, (58 ans), il a perdu de sa fraîcheur physique, mais il devient la tête pensante ou le cerveau des opérations de ses éléments. «Banda Dabo n’est plus très actif sur le terrain. Il se contente de donner des ordres ou des instructions à ses lieutenants quand ces derniers opèrent ou doivent aller à la pêche. C’est un gros morceau, un as du braquage des banques et grands magasins qui est entre les mains de la police», ont soutenu nos informateurs.

Banda Dabo, en liberté provisoire, condamné à perpétuité par contumace

Alassane Sy dit Alex, présenté comme un des chefs de cette bande, a été condamné aux travaux forcés à perpétuité avec 13 autres de ses coaccusés. Il s’agit de Cheikh Bâ, Banda Dabo, Fodé Cissé, Demba Ndiaye, Alassane Sy, Ameth dit Ifra Sow, Oumar Ndary Sow, Idrissa Kâ, Mamadou Sané dit Fily, Djiby Bâ, Papa Ndiaye, Oumar Guèye, Sadio Diallo et Cheikh Bâ dit Ousmane Peulh. Les trois derniers nommés, qui avaient bénéficié d’une liberté provisoire, n’ont pas comparu et ont été condamnés par contumace. La Cour a aussi prononcé 13 acquittements et condamné quatre personnes à des peines à temps de 8 ans contre Ameth Diop et Mamadou Makhtar Sow et 5 ans avec sursis contre Yérim Anta Mbaye et Mame Cheikh Lô. La Cour a aussi accordé à l’Etat le franc symbolique et à Mme Brunet, qui s’est constituée partie civile, la somme de 2.400.000 francs Cfa.
Le gangster muet sur l’identité de ses coauteurs braqueurs en fuite 
Durant son face à face avec les enquêteurs, soufflent nos informateurs proches du dossier, Banda Dabo est resté muet comme une carpe sur l’identité et l’adresse de ses compères en fuite. Le malfaiteur a refusé systématiquement de dénoncer ses compagnons et a presque envoyé promener les teigneux enquêteurs policiers. «Ne vous fatiguez pas ! Faites ce que vous voulez de moi ! Je suis même prêt à vous ordonner de me taper et de me torturer. Même si la loi l’interdit. Mais, je ne vous dirais absolument rien sur mes compagnons en fuite. Je sais que les carottes sont cuites pour moi», aurait-il soutenu devant nos sources. Autant de raisons qui devraient orienter les enquêteurs sur le récent braquage à Jaxaay vers la piste du «commando» du braqueur en série écroué, Banda Dabo.

Gawlo.net (Les Échos)

Tags: BRAQUAGE

About Author