CE WADE-LA !


Mais où est donc Karim Meïssa Wade, le candidat du Parti Démocratique Sénégalais ? Plutôt que de l’entendre ou le voir descendre sur le terrain, c’est la voix du père qui résonne. Il gesticule, menace, provoque des effets de manche sans que rien ne se produise. « Qui m’aime me suive », aurait dit le général Wade paraphrasant Philippe VI de Valois (1328-1350) pendant sa guerre contre les Flamands. On prétend également que c’est Cyrus, le fondateur de l’Empire perse, qui aurait adressé ces paroles à ses troupes. Mais rapporté à l’actualité sénégalaise, il se trouve que le Général est loin du pays, précisément à Versailles et le fils bien aimé en train de se prélasser à Doha. Karim ou le déluge… On connaissait Me Wade avec beaucoup plus de réalisme, beaucoup plus de panache, beaucoup plus de génie et d’éclat. Mais pour ce coup-là, la bête politique qu’il a toujours été l’a déserté. On aurait bien aimé que le fils et le père soient au front pour conduire leurs troupes dispersées, lasses d’attendre leur candidat. Mais plutôt que d’être présent physiquement, Me Wade nous promet l’insurrection avec de loufoques propositions comme la mise en place immédiate d’une commission nationale de transition démocratique, revoir le code électoral pour l’expurger de tous les ajouts, remettre aux électeurs leurs cartes injustement confisquées entre autres actions pour empêcher le déroulement des élections. ET quoi encore ? Et à ce jeu nocif, il risque d’être le seul sur le terrain de la contestation. Aucun candidat n’ayant opté pour le boycott. Et ce n’est pas lui ou ce qui reste du PDS qui arrêtera la campagne. De grands gaillards qui disent attendre un vieillard pour bruler le pays. Ce qu’ils n’ont pas réussi depuis qu’ils s’exercent à leur foucade. Le réalisme politique aurait été que Me Wade soutienne Idrissa Seck. Et à ce jeu, plutôt que d’aider à une alternance, il fait l’affaire de celui qui a fait exiler son fils M’enfin ! Ce Wade d’hier, il lui a manqué ce souffle de génie qui a fait sa réputation de bête politique.

Gawlo.net : Kaccor Bi (Le Témoin)

Previous La mise en garde de "Gorgui" contre Idy, Sonko, Madické
Next Ousmane Sonko répond à Macky Sall