Tout ça pour ça

Tout ça pour ça

“Wiri wiri jaari ndari”. C’est bizarre ce que les hommes et femmes politiques sunugaliens aiment prendre les chemins les plus alambiqués pour finalement aller au banquet du pouvoir. Pourtant, il y a le chemin le plus court qu’ont choisi très tôt Ousmane Tanor Dieng du PS, Niasse Coumba Abdalah de l’AFP ainsi que certains ténors du PDS qui s’étaient attablés, très tôt, en attendant que le repas soit servi. Pendant ce temps quelques figures de proue de l’opposition s’étaient singularisés par une radicalité du genre: “on ne mangera pas de cette soupe-là”! “dégueulasse”! Certains ont même balancé: “plutôt être fusillé que d’aller à la soupe mackyste”. Mais leur radicalité d’antant n’était en fait que la simple surenchère pour faire monter l’enjeu au cas où, comme cela advient après, ils doivent négocier avec le chef cuisinier de la majorité. Constatez maintenant avec quelle dextérité politique, tous retournent leur veste pour être dignes du banquet “apériste” ou “yaakaariste” (de BBY). Et décomptez un peu le ballet au Palais pour avoir droit à un ticket restaurant à l’heure où le service démarre. En tout cas, on en sait qui, mais OTD, lui, doit jubiler en passant en se disant que celle qui lui jetait l’opprobre d’avoir fait choisir au PS le candidat de BBY, chef de l’Etat et de l’APR, vient le conforter et le rejoindre au banquet de la majorité.

Al KHam (Vox Populi)

Categories: CHRONIQUE

About Author