Élèves-policiers en formation à l’école de police et flics retraités en renfort sur le terrain, pour les besoins du renseignement politique : Macky Sall se «blinde»

Élèves-policiers en formation à l’école de police et flics retraités en renfort sur le terrain, pour les besoins du renseignement politique  : Macky Sall se «blinde»

Avis sans frais aux adeptes d’actes de vandalisme ou de combats de rue ! En effet, selon les informations en possession de SourceA, dans la perspective de la Présidentielle du 24 février 2019, le régime en place s’est attaché les services des élèves-policiers encore en formation à l’École de Police.Ce, à titre de Renseignement politique, pour désamorcer tout acte de violence que pourrait perpétrer l’opposition, visiblement, décidée à en découdre avec le Pouvoir de Macky Sall.Mais ce n’est pas tout. Parce que, d’après toujours les confidences faites à SourceA, le chef de l’État, qui prend, très au sérieux ses adversaires d’en-face, même s’il feint d’afficher le contraire, a, discrètement, pour une durée déterminée, «recyclé», dans le cadre du Renseignement politique, d’anciens flics, qui ayant atteint l’âge de la retraite, avaient raccroché les crampons, depuis.
Les jeunes de l’opposition, qui pourraient être tentés de poser des actes de nature à semer des convulsions graves pour la stabilité du pays, devraient y réfléchir par deux fois, avant de s’adonner à ce jeu. Pour cause, SourceA a appris qu’en plus des éléments des Renseignement généraux disséminés à travers Dakar, capitale sénégalaise, considérée comme la région, où le risque de troubles électoraux et pré-électoraux est le plus élevé, le régime de Macky Sall a lâché sur le terrain les élèves-policiers toujours en formation à l’École nationale de Police. Selon les informations en possession de SourceA, ce sont des dizaines de flics en herbe, qui, en civil, sont, depuis des jours, dans les rues, notamment les points susceptibles d’être très chauds, dans la perspective de la Présidentielle du 24 février 2019.D’ailleurs, d’après certaines indiscrétions, les éléments des Renseignements généraux, ainsi que ces élèves-policiers sont à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dans les États-majors politiques, y compris chez les leaders dont les candidatures à la Présidentielle ont été recalées par le Conseil constitutionnel à Sandaga, à Dufoncé, entre autres points.
Les Anciens du Renseignement, qui ayant atteint l’âge de la retraite, avaient raccroché les «crampons», sont, discrètement, «recyclés» par Macky Sall dans le Renseignement politique, pour une période déterminée.
Autre preuve manifeste que Macky Sall et son régime ne badinent pas, alors pas du tout avec la sécurité, notamment en direction de la Présidentielle du 24 février prochain : SourceA a appris que le chef de l’État a, dans un passé encore récent, procédé à un recyclage des Anciens du Renseignement, qui ayant atteint l’âge de la retraite, avaient raccroché les crampons.D’après toujours les infos en possession de SourceA, ils sont utilisés, discrètement, dans le Renseignement politique. Commentaire d’un proche du dispositif de ce maillage sécuritaire. Pour avoir fréquenté les libéraux, Macky Sall doit connaître ce dont ils sont capables, quand il s’agit de livrer un combat de rue.

Ces Agents-là ont-ils joué un quelconque rôle dans la vitesse avec laquelle les proches de Khalifa Sall ont été alpagués?
Alors, cette meute d’Agents des Renseignements a-t-elle contribué à précipiter l’arrestation des six proches du député-maire de Dakar déchu? La question garde tout son pesant d’or. En effet, c’est à la vitesse de l’éclair que tous ces jeunes ont été alpagués. On se souvient que, c’est à l’aube de mardi passé qu’El Hadji Habib Mboup, responsable des jeunes khalifistes de Mermoz, Pape Konaré et Arona Sall ont été cueillis par les éléments de la Division des investigations criminelles.
C’est, également, dans un délai relativement court que les policiers ont mis la main sur les jeunes de la banlieue dakaroise, qui a failli s’embrasser, puis sombrer dans une violence inouï, durant la nuit du lundi 14 au mardi 15 janvier 2019, vers 1h du matin». Les jeunes de l’opposition, organisés en bandes, avaient tenté d’exécuter une vaste opération, savamment concoctée, de saccage et de mise à feu des édifices publics des Communes de Yeumbeul (Nord et Sud). Mais mal leur en avait pris, parce qu’ils ignoraient que les limiers de la localité étaient au courant de tout. Pour les avoir pistés et pris en filature. Alors, les adeptes des combats de rue sont avertis !


Gawlo.net (SourceA)

Categories: A LA UNE, ACTUALITÉS
Tags: Macky, Sall

About Author