Macky Sall à l’œil son frère Aliou Sall


« Je l’ai à l’œil, s’il commet une faute, il sera sanctionné comme les autres! » Cette phrase a été prononcée par le chef de l’État, parlant de son frère. A l’occasion de son face-à-face avec la presse, dans la soirée du 31 décembre, le président a justifié la nomination d’Aliou Sall à la tête de la Caisse de dépôts et de consignations (CDC), alors qu’il avait juré que jamais un décret présidentiel ne sera pris en faveur de celui-ci pour un quelconque poste au sein de l’État. Explication pour explication, le président Macky Sall est également revenu sur le nombre de fois où il a demandé à son frère de renoncer. « Quand je suis arrivé au pouvoir, il était fonctionnaire au ministère des Finances, je lui ai dit qu’il ne pouvait pas travailler pour l’État, je lui ai demandé de s’éloigner de moi du fait du traumatisme que le Sénégal avait connu. Il a démissionné et est allé dans le privé. Quand il y a eu du pétrole, on a dit que je lui ai donné une faveur alors que c’est l’ancien régime qui lui avait signé sa licence. Je lui ai encore demandé de démissionner. Quand il a voulu être député, les gens spéculaient, disant que je voulais faire de lui le président de l’Assemblée nationale. Je lui ai demandé de renoncer. Il y a eu de la grogne chez ses partisans, mais je lui ai dit que s’il veut m’aider, il faut qu’il fasse ce que je lui demande. Il a accepté ! Il est ensuite allé se battre dans sa base à Guédiawaye et a gagné. Devais-je continuer à le priver de tout parce que c’est mon frère, en dépit de sa légitimité populaire ? »

Yerim post

Previous Mame Adama Guèye parle demain
Next Port de Dakar : les débarquements en hausse