LES PIQUES DE L’AS DE CE WEEK-END

LES PIQUES DE L’AS DE CE WEEK-END

EN PERSPECTIVE DE FÉVRIER 2019 : Macky Sall met en place une task force de 15 avocats

Le candidat Macky Sall a constitué depuis hier , vendredi 28 décembre 2018, une task force juridique en choisissant 15 avocats. Le pool est dirigé par Me Ousmane Sèye. Les conseils seront chargés de tout ce qui est volet judiciaire durant et après la campagne électorale. Ils s’occuperont de tout le contentieux né des prochaines joutes électorales. En dehors de Me Sèye, il y a Me Moustapha Mbaye, président du Conseil départemental de Saint-Louis, membre du Parti socialiste, Me Bocar Thiam, porte parole adjoint du Ps, le tonitruant Me Baboucar Cissé, Me Ousmane Thiam (président de l’Association des jeunes avocats Sénégalais (Ajas), Me Baba Diop, Me Anta Mbaye (épouse de Me Abdou Djaly Kane), Mes Antoine Mbengue, Ousseynou Ngom, Abdou Gningue, Babacar Deh, etc. «Nous allons encadrer juridiquement notre candidat Macky Sall, nous allons nous charger d’introduire des demandes, de l’accompagner durant toute la campagne électorale», a soutenu Me Ousmane Sèye.

 Hadjibou Soumaré recalé à la présidentielle 2019
Grosse désillusion pour Hadjibou Soumaré ! Son dossier de parrainage a été purement et simplement rejeté hier par le Conseil constitutionnel. C’est le mandataire national de la coalition lui même qui a fait la révélation. Face à la presse, hier aux environs de 21 heures, Mapenda Diaw Mbaye a fustigé des «pratiques nébuleuses» au sein du Conseil constitutionnel. Il déplore ainsi le fait qu’on ait rejeté leur dossier sans donner de détails supplémentaires. «Il n’y a pas eu une possibilité pour nous de savoir les raisons du rejet de notre dossier . Le contrôle doit s’adosser au fichier», a-t-il soutenu en informant que les «7 sages» leur ont donné rendez-vous ce mercredi à 10 heures pour récupérer le procès-verbal. Toutefois, les responsables de la coalition «Hadjibou2019» promettent de mener le combat jusqu’au bout pour que la candidature de leur leader passe. «Nous allons faire face à cette forfaiture.On ne comprend pas ce que mijote le Conseil constitutionnel»,fulmine le porte-parole de la coalition Mamadou Guèye. Ce dernier ajoute que son leader a rempli tous les critères pour être candidat. Et s’agissant des parrainages, il estime que sa coalition a des signatures en réserve qui dépassent de très loin le nombre de signatures requis. «On ne se laissera pas faire.Notre candidature dérange, mais elle sera là», a-t-il conclu.

Le candidat Ibrahima Thiam cale pour 7000 signatures 
Le candidat du mouvement «Un autre avenir», Ibrahima Thiam n’a pu déposer ses fiches de parrains au Conseil constitutionnel, faute de signatures suffisantes. Cependant, avec ses 51.000 signatures collectées soit un gap de 7000 signatures, il refuse de participer ou de rallier les coalitions et les partis en lice. A ses militants, il n’a pas non plus donné de consignes de vote. Cependant, s’il n’est pas arrivé à réunir autant de signatures, c’est parce que, dit-il, les règles du parrainage ont été biaisées. Et, le seul responsable, accuse-t-il, estlePrésident Macky Sall pour avoir réussi la monétisation des signatures. En effet, il entrevoit à travers le parrainage, une «manipulation stratégique» du chef de l’Etat pour briguer un second mandat. Cela dit, il soutient que son absence à la prochaine élection présidentielle n’aura aucune conséquence sur son engagement politique.

Oumar Sarr méprise Boun Abdallah Dionne
Interpellé sur les qualificatifs du Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne contre certains libéraux qu’il considère comme des «sauvage », Oumar Sarr a répondu par le mépris. Face à l’insistance d’un journaliste, le coordonnateur national du Parti Démocratique Sénégalais (Pds) a répondu d’un ton ironique : «Lui (Mohammad Boun AbdallahDionne), c’est un bon civilisé.» Sur que le chef du gouvernement saura décrypter le message.

Des gilets jaunes à la marche de l’opposition
Des militants de Pastef se sont faits remarquer hier, lors de la marche organisée par le Front National de Résistance (FNR) de l’opposition. Très inspirés, les partisans d’Ousmane Sonko, venus de Thiès-la rebelle, ont eu l’inspiration de mettre des gilets jaunes. Ce qui a attiré l’attention de tout le monde sur eux. Peutêtre qu’ils aurontl’effet escompté en métropole !

Bataille de positionnement entre Khalifistes et Karimistes
La rivalité «Khalifa-Karim» prend de l’ampleur au fur et à mesure que les manifestations de l’opposition se tiennent. Hier encore, leurs souteneurs ont rivalisé d’ardeur, chacun voulant se positionner devant l’autre. Les partisans de «l’exilé de Doha» et du «pensionnaire deRebeuss» ne se ratent pas et n’hésitent pas à échanger de petits mots, les uns plus désobligeants que les autres. Ce, malgré l’appel au calme de certains responsables d’un camp comme de l’autre tel que Mamadou Lamine Massaly, Toussaint Manga, Seydina Issa Laye Samb des jeunesses Khalifistes, Clédor Sène et Kourouma du Grand Parti. Finalement, on a assisté à une course de vitesse en lieu et place d’une marche.

And Gueusseum suspend son mot d’ordre de grève
L’Alliance des syndicats autonomes de la santé et de l’action sociale (Asas) a répondu favorablement à l’appel du chef de l’État qui veut qu’elle suspende son mouvement d’humeur. En effet, en réunion d’évaluation élargie aux présidents des assemblées générales de région, and Gueusseum a décidé souverainement de suspendre ses plans d’action afin de mettre à l’aise la plus haute autorité du pays pour l’ouverture des négociations sur le régime indemnitaire et l’application des accords résiduels. A cet effet, indique le président de And Gueusseum Mballo Dia Thiam, les mots d’ordre de grève sont suspendus de même que le boycott de la vaccination. Par ailleurs, les responsables syndicaux se sont félicités du respect des mots d’ordre et de la mobilisation sans faille des agents, malgré les menaces et les intimidations du ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Abdoulaye Diouf Sarr.

Le Burkinabé Maxime Sou, M. 100% invité par Macky Sall
Pour la deuxième édition du Grand Prix du Chef de l’État pour l’Enseignant, le ministère de l’Éducation nationale a invité le meilleur enseignant du Burkina Faso, Axime Sou, alias M. 100%. Cet enseignant dans une école primaire à Bobo Dioulasso s’est distingué par ses bons résultats obtenus à l’entrée en sixième avec des classes pléthoriques dont le nombre peut atteindre les 120 élèves. On l’appelle même Monsieur 100%. Maxime Sou été nominé pour le prix du meilleur enseignant au monde qui se tiendra en mars 2019 à Dubaï.

Mimi Touré est grand-mère !
L’envoyée spéciale du Président Macky Sall, Aminata Touré et non moins ancien Premier ministre est grand-mère. En effet, sa fille, qui vit au Canada a accouché d’une fille, a-t-on, appris de source sûre.A56 ans, donc, Mimi Touré intègre le cercle prestigieux des «Mam» ou grand-mère. «L’As» félicite Aminata Touré qui voit sa descendance s’agrandir ainsi et souhaite longue vie et parfaite santé à sa petite fille.

Zahra Iyane Thiam Diop, ministre conseiller
Le ministre conseiller du président de la République, Zahra Iyane Thiam a étalé le bilan du septennat de Macky Sall à l’occasion d’un point de presse. Elle est revenue sur les tensions en 2012 et l’accession de Macky Sall au pouvoir. Pour Zahra Iyane Thiam, le chef de l’État a beaucoup fait dans le social durant son premier mandat. Entre autres mesures prises, elle cite la baisse des prix des denrées de première nécessité, la stabilisation de l’inflation, la baisse de l’impôt sur les salaires, la baisse du loyer etc. Il s’y ajoute, dit-elle, la Couverture maladie universelle (CMU), le Plan Sésame, les bourses de sécurité familiale, la gratuité des soins pour les enfants. C’est sous le règne de Macky Sall, selon Mme Diop, qu’il y a eu la diversification des sources d’énergie avec l’arrivée du solaire et de l’éolien. A l’en croire, l’électrification rurale est devenue une réalité avec plus de 2800 villages électrifiés. Elle a loué aussi les résultats du Plan Sénégal Emergent (Pse) et la création de la nouvelle ville de Diamniadio. Non sans oublier les financements de la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER) aux femmes et aux jeunes pour un coût de 30 milliards FCFA.

Les travaux du Pont sur le fleuve Gambie terminés le 10 janvier
Les travaux portant sur la construction du pont sur le fleuve Gambie à Farafagné vont prendre fin au plus tard le 10 janvier prochain, selon le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement. «L’entreprise AREZKI, chargée des travaux, a informé que tout le matériel et les matériaux de revêtement sont sur place et s’engage à terminer lesdits travaux au plus tard le 10 janvier 2019», lit-on dans un communiqué parvenu à l’Aps. Le ministre Abdoulaye Daouda Diallo s’est rendu jeudi à Farafagné, en Gambie, pour visiter les travaux du pont, en compagnie du directeur général de l’Ageroute, Ibrahima Ndiaye, et de ses techniciens. A l’issue de cette visite, Abdoulaye Daouda Diallo a noté avec une très grande satisfaction l’achèvement de l’essentiel des travaux du pont pour lequel il reste juste la pose du tapis d’enrobé et la signalisation. Il ajoute que pour bien illustrer l’achèvement du pont, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement   a traversé le fleuve Gambie en empruntant de bout en bout le pont qui permet notamment de faciliter les déplacements entre la partie sud du Sénégal et le nord de la Gambie. Après la visite des travaux, le ministre avec sa délégation se sont rendus à Banjul, la capitale gambienne, pour tenir une réunion avec son homologue gambien, Bay Lamine Diop, renseigne le texte.

L’OMVS annonce le démarrage en 2019 du dragage du fleuve Sénégal  
LeHaut-Commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Hamed Diane Semega, a annoncé le démarrage en 2019, des travaux de dragage permettant d’assurer la navigabilité sur ce cours d’eau. «Concernant la navigation sur le fleuve Sénégal, 2019 verra le lancement officiel des travaux», a-t-il écrit sur ledernier bulletind’information de l’organisation consulté par l’APS. «L’année 2018 aura été une bonne année hydrique dans la mesure où l’OMVS a franchi de grands pas dans la réalisation de ses prochains aménagements structurants programmés», a-t-il souligné. Le Haut-Commissaire de l’OMVS a ainsi cité la signature imminente d’un contrat commercial pour le barrage de Koukoutamba, en Guinée, des avancées significatives d’études concernant les barrages de Balassa et Gourbassi au Mali. S’y ajoutent, a-t-il fait savoir, le relogement des populations impactées par la construction du barrage de Gouina dans cinq villages dotés d’équipements sociaux nécessaires. Hamed Diane Semega, s’est par ailleurs, réjoui de la mise en œuvre du Programme de gestion Intégrée des ressources en eau (PGIRE), lequel a atteint une vitesse de croisière, à travers des réalisations concrètes qui impactent la vie quotidienne dans le bassin du fleuve Sénégal.

Gawlo.net (L’As)

Categories: POTINS D'ICONE
Tags: de, Les

About Author