Amadou Ba accords financement Bid

Amadou Ba accords financement Bid
Depuis 1976, de lancement de partenariat, le cumul des approbations accordées par le groupe de la BID à notre pays s’élève à près de 2,59 milliards de dollars américains soit 1425 milliards de F CFA, a affirmé le ministre de l’économie, des finances et du plan. «De 1976 à mars 2012, les ressources mises à la disposition du Sénégal, en termes d’approbation, par le Groupe de la BID étaient de 1,108 milliards de dollars, soit 609 milliards de FCFA alors que d’avril 2012 à aujourd’hui, elles sont de 1,482 milliards de dollars, soit environ 815 milliards de FCFA. » Continuant sur cette même lancée, Amadou Bâ a affirmé que la contribution de 300 millions de dollars US, soit 197 milliards de FCFA de la BID pour la réalisation du Train Express Régional (TER), est de loin le financement le plus élevé jamais approuvé par l’institution en faveur des pays membre. C’est dans ce contexte que le ministre Amadou Bâ a expliqué le caractère de la signature de conventions de financement de projets importants pour le développement économique et social. « D’une part les trois accords de financement que je vais signer concerne respectivement le développement de la Microfinance Islamique au Sénégal, l’Appui à la lutte contre le paludisme et l’assistance technique pour le Plan de communication du Projet de Waqf, pour un montant cumulé de 92,580 millions de dollars US, soit près de 51 milliards de F CFA. D’autre part, un accord Tripartite entre la société islamique Internationale de financement du commerce (SIFC), l’Agence Sénégalaise de Promotion des Exportations (ASEPEX) et le Bureau de Facilitation du commerce (TFO)-canada, portant sur le programme de renforcement des capacités pour l’accès aux marchés internationaux.   A l’en croire, en ce qui concerne le programme de développement de la microfinance islamique au Sénégal pour lequel la BID apporte un financement de 60,3 millions de dollars américains, soit près de 32 milliards de FCFA, il devra contribuer au développement socio-économique du Sénégal grâce à l’inclusion financière des petites et moyennes entreprises, ce qui se traduira par la création de beaucoup d’emplois et d’activités économiques et par voie de conséquence par l’amélioration des niveaux de vie des populations. Son entremise, a confié Amadou Bâ,  au moins 50000 microentreprises pourraient être financées et 25000 nouveaux emplois générés d’ici 2022. Ainsi, l’accès des populations défavorisées aux retombées du projet pourrait passer de 15%, situation actuelle de référence à 18 % en 2027. « Quant au Projet d’appui à la lutte contre le paludisme, il est composé d’un financement mixte du fonds de la vie et de subsistance pour un cumul de 32 millions de dollars US, soit environ 17 milliards 600 cents millions de FCFA. Ce projet contribuera à la réalisation des objectifs du programme national de lutte contre le paludisme (PNLP, 2016-2020), qui vise à réduire la mortalité et la morbidité liées au paludisme. En particulier, il permettra d’accélérer l’atteinte du seuil épidémiologique de pré-élimination du paludisme (moins de 1 cas pour 1000 habitants) dans les régions du centre du Sénégal. Ces nouveaux projets intégrés le portefeuille déjà riche de 28 projets, pour un montant total de 1655 millions de dollars US, soit environ 910 milliards de CFAC, en particulier, dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, de l’agriculture, de l’hydraulique, de l’assainissement, de l’entrepreneuriat féminin, de l’éducation, de la santé et de la finance islamique », a renseigné Amadou Bâ. Sur ce, concluant, il explique que cette opportunité a joué un rôle déterminant dans le lancement, avec succès, sur le marché financier régional de deux opérations de sukuk, respectivement de 100 milliards en 2014 et 150 milliards FCFA en juin 2016, pour financer des projets importants du PSE.
Categories: A LA UNE, ECONOMIE
Tags: Bid

About Author