LES PIQUES DE L’AS DE CE MERCREDI

LES PIQUES DE L’AS DE CE MERCREDI

Investiture du candidat de Benno

L’alerte est sonnée à Benno. En effet, c’est parti pour les investitures de Macky Sall par les différentes structures de Benno Bokk Yaakaar (Bby). Avant le 1er  décembre 2018, date retenue pour l’investiture officielle de Macky Sall comme candidat de Benno à la présidentielle de 2019, certains alliés l’ont publiquement intronisé comme leur candidat. Dans les jours qui viennent, les jeunes et les dames de Bby vont  à leur tour sacrifier à ce rituel. Nos radars dissimulés dans les grands boubous des gros bonnets de l’Apr renseignent que Mariame Badiane, présidente des femmes de la mouvance présidentielle a convoqué pour le 15 novembre prochain ses sœurs pour investir le locataire du Palais. De son côté, Zator Mbaye en fera de même avec les jeunes de Bby le 25 novembre prochain.

Diouf Sarr nouveau patron des cadres de l’Apr

Enfin le président de l’Apr a décidé de reprendre en main son parti. Hier lors du secrétaire exécutif national de son parti, Macky Sall a désigné Abdoulaye Diouf Sarr comme nouveau coordonnateur de la Ccr en replacement de Thierno Alassane Sall démissionnaire. Une consolation pour le maire de Yoff après que le chef de l’Etat a choisi Amadou Bâ comme patron de Dakar. Dans le même sillage, Abdoulaye Diagne a été désigné pour coordonner le Mouvement des élèves et étudiants républicains (Meer) qui était en léthargie depuis le départ de Thérèse Faye. Aussi faut il le rappeler Macky Sall a demandé aux structures (Sages, Cojer, Réseau des enseignants, Ccr) d’organiser des conférences nationales de mobilisation au niveau des différents départements. Ainsi, Pikine va accueillir la bande à Thérèse Faye alors que Kaolack abritera la conférence nationale des enseignants républicains. Quand aux sages, ils seront à Sorano, les femmes et le cadre à Mbour et Thiès.

Kouthia, candidat à la présidentielle de 2019

Le comédien Samba Sine, plus connu sous le nom de Kouthia ne manque pas d’ambition. A l’instar des Sénégalais qui lorgnent le fauteuil présidentiel, il a manifesté son intention d’être candidat à l’élection présidentielle de 2019. Il l’a annoncé hier, au cours d’une conférence de presse en sa qualité de secrétaire général du Mouvement Fall Ak Sénégalais yi (MFMFASS). Kouthia est persuadé qu’il aura 65.000 signatures  grâce à son patronyme«Sine». De l’avis de l’animateur de la Tfm, ce nom est porté au Sénégal par 65.000 personnes.

L’ombre de Wade a plané à Ndiassane

L’ombre de Me Abdoulaye Wade a plané hier à Ndiassane lors de la présentation de condoléances des libéraux, par la voix d’Oumar Sarr. Le coordonnateur national adjoint du Pds était à la tête d’une importante délégation, pour les besoins de la présentation de condoléances suite au rappel à Dieu du cinquième khalif Kountiyou, El Hadji Mame Bouh Kounta. Oumar Sarr est d’ailleurs revenu sur les projets que le Président Wade ambitionnait de réaliser dans la capitale du khadrya. Il a également révélé que lors de sa fameuse arrestation, Aïdara Sylla (maire de Thilmakha) détenait les fonds qui devaient servir à l’achèvement des travaux du Palais du khalif. L’autre fait marquant, c’est le télescopage entre la délégation du parti Pastef conduite par son leader Ousmane Sonko et celle du Parti Démocratique Sénégalais (Pds) dirigée par Oumar Sarr. Et puisque les deux délégations ont été reçues en même temps, Ousmane Sonko a juste placé quelques mots pour laisser la place à Oumar Sarr, parler au nom des deux délégations

Ibrahima Sy arrêté avec 26 kg de chanvre indien

Les faits se sont déroulés en décembre 2015. Les éléments du Commissariat de Thiaroye ont effectué une décente inopinée dans la chambre de l’accusé, Ibrahima Sy. Sur les lieux, les enquêteurs ont saisi 26 kg de chanvre indien. Arrêté, le mis en cause a reconnu être le propriétaire du produit prohibé. Il révèle que son fournisseur est Alé Diongue. A la barre de la chambre criminelle de Dakar hier, Ibrahima Sy a changé de fusil d’épaule en servant une version différente. Dans son réquisitoire, le ministère public a soutenu que le prévenu est un multirécidiviste et a requis 15 ans de travaux forcés et une amende de 10 millions. Les avocats de la défense ont plaidé la relaxe à titre principal et à titre subsidiaire une application bienveillante de la loi. Délibéré  au 20 novembre prochain.

Sidiki Kaba inaugure une école de cybercriminalité

Le ministre des Affaires étrangères a inauguré une école sur la cybercriminalité dans les locaux de l’Ecole nationale d’administration. L’Ecole Nationale de  Cybersécurité, à vocation régionale est le fruit de la coopération exemplaire entre le Sénégal et la France, mais aussi le résultat des efforts fournis dans le cadre du Forum International de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique. Cette Ecole à vocation régionale aura pour mission de former et de sensibiliser les agents de l’État, les personnels et auditeurs nationaux et étrangers, des secteurs public et privé, à la cybersécurité, afin d’améliorer leur compréhension des risques et des menaces dans ce domaine. Cette Ecole permettra, en outre, de faire face aux attaques en provenance du cyberespace qui revêtent les formes plus variées et ciblent tous les paramètres de la sécurité de l’information. La cérémonie d’inauguration s’est tenue en présence de Jean Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, au deuxième jour de la 5e édition du Forum sur la paix et la sécurité à Dakar. Dans son discours, le chef de la diplomatie sénégalaise est revenu sur le rôle de la Commission nationale de cryptologie. D’après lui, depuis son installation, le 20 mai 2014, la Commission Nationale de Cryptologie, sous la supervision du Président de la République, fonctionne de façon satisfaisante, et occupe, actuellement, une place centrale dans l’écosystème numérique du Sénégal ; en tant qu’organe approprié pour traiter des questions liées à la cybersécurité.

Barthelemy Dias en appel aujourd’hui

Le maire de Mermoz/Sacré- Coeur est loin d’en terminer avec ses démêlés judiciaires. Barthelemy Dias sera aujourd’hui devant la Cour d’appel de Dakar pour provocation d’un attroupement non autorisé, discrédit sur une décision de justice et outrage à magistrat. Lors de la première comparution, l’affaire a été renvoyée à la date d’aujourd’hui pour plaidoiries. C’était à la demande des conseils de la défense. L’avocat général s’était opposé au renvoi, mais finalement la Cour avait accédé à la demande de la défense.

Retour des frères Touré kounda

Après 20 ans d’absence, les frères Tourékounda seront de retour sur la scène sénégalaise. Sexu Tidiane Touré et Ismaïla Touré ont tenu une conférence de presse pour décliner leur agenda et parler de leur nouvel album «Lambi golo». Un album très coloré et riche en mélodies avec des sonorités authentiques, teintées de modernisme. Selon Ismaïla Touré, 17 morceaux des anciens albums du groupe Tourékounda ont été réédités pour répondre au coup de pied de la piraterie qui avait gâché leurs affaires. Ils jettent aussi un regard sur le monde contemporain. Les frères Touré jouent aujourd’hui à Saint-Louis, puis à Saly Portudal au festival veillées pirogues avant de clôturer la tournée par Dakar. C’est le retour aux sources, comme l’indique le nouvel album, pour Sexu Tidiane et Ismaïla.

Reed Brody

Très impliqué aux côtés des victimes tchadiennes en vue du procès de leur bourreau Hissein Habré, Reed Brody de Human Rights Watch (HRW) a cependant brillé par son absence dans le combat de l’indemnisation des victimes, après la condamnation de l’ancien Président tchadien. Une absence récemment dénoncée par Me Assane Dioma Ndiaye de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme (LSDH). Interpellé, Reed Brody estime que le désarroi  des victimes de Habré est justifié, d’autant qu’elles ont lutté sans relâche pendant 25 ans et tardent à être indemnisées. Certaines de ces victimes, ajoute-t-il, sont «aux abois et dans une situation désespérée» en dépit des 82 millions de francs CFA alloués par la Chambre d’appel des CAE. En effet, si les victimes ne sont pas payées, estime Reed Brody, c’est parce que les autorités qui ont en charge la gestion du fonds fiduciaire (Tchad, Sénégal et l’Union africaine), font du surplace depuis 18 mois. Toutes choses qui le poussent à dire qu’il ne voit pas de rapport entre cette affaire et les victimes de Yahya Jammeh qui exigent justice.

Alioune Tine réclame une enquête sur l’affaire Cheikh Diop

En marge de l’atelier organisé par Afrikajom sur les ressources pétrolières et gazières, Alioune Tine a enfilé sa casquette de défenseur des droits de l’homme pour exiger l’ouverture d’une enquête sur l’affaire de Cheikh Diop, décédé à la suite d’une tentative d’immolation devant le Palais de la République. «Je pense qu’une enquête doit être ouverte pour savoir les raisons qui ont amené la victime à s’immoler. Aussi, il faudrait qu’on en tire les conséquences de droits pour le futur afin que cela ne se répète plus. Mais, si on l’enterre et s’en tient-là, d’autres dégâts vont encore se produire. Il ne faut plus que cela se répète au Sénégal», a martelé Alioune Tine.

Chérif Dia quitte la mouvance présidentielle

Chérif Dia, président du mouvement national «Macky Rek», a quitté la mouvance présidentielle et, selon lui, le mouvement va prendre une autre dénomination. Il l’a annoncé hier, lors d’un point de presse, avant d’affirmer qu’il n’est point question pour lui d’abandonner la politique, mais il prend juste le temps d’observer les principaux ténors de l’arène politique, pour faire son choix et décliner sa nouvelle trajectoire. C’est un cumul de frustrations qui fonde sa décision, dit-il avant d’insister sur le manque de considération dont il a fait l’objet, malgré le travail politique abattu pour le compte du Président Macky Sall. Récemment, il révèle avoir été victime d’un grave accident de la circulation alors qu’il était dans l’opération de collecte de parrainages, mais aucun responsable de la mouvance présidentielle n’a daigné s’enquérir de son état. Cependant, il a mis hors de cause le Président Macky Sall pour indexer ses collaborateurs, notamment ceux qu’il a promus à Thiès, mais qui, à ses yeux, ne posent aucun acte allant dans le sens d’inverser la tendance politique à Thiès en faveur du chef de l’Etat. Selon lui, ils sont maîtres dans l’art de maquiller les choses pour tromper le Président, mais la situation politique de Thiès reste toujours critique pour la mouvance présidentielle.

Me Mame Adame Guèye chez Malick Gakou

Me Mame Adama Guèye poursuit ses rencontres avec les leaders de l’opposition. L’avocat était hier chez le président du Grand parti Malick Gakou. Les deux hommes ont échangé sur les perspectives politiques du Sénégal, en particulier sur la sécurisation de l’élection présidentielle de 2019. Ils ont convenu avec les forces vives de la nation de mutualiser leurs efforts pour la sauvegarde de la République, à travers la mise en place d’une plateforme de défense de la démocratie et des institutions, afin d’assurer à notre pays les gages d’un développement économique et social harmonieux.

Le maire de Bambali en prison

Le maire de Bambali, commune située dans le département de Sédhiou, séjourne en prison. D’après «seneweb», c’est la troisième fois que Modou Ndiaye est envoyé en prison. La première fois, il a été relâché au bénéfice du doute. La deuxième fois, M. Ndiaye a été placé sous contrôle judiciaire. Et c’est parce qu’il n’a pas respecté ses différents rendez- vous chez le juge qu’il a été cueilli pour la troisième fois le 18 octobre dernier. Il est placé sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Kolda. L’édile de Bambali est poursuivi pour vente non autorisée de parcelles à usage d’habitation issues d’un lotissement fictif en date de 2016. Ni le Conseil municipal, ni le cadastre encore moins les autorités administratives n’ont été au courant de ce lotissement. Il s’agissait de 40 parcelles qu’il revendait à 50.000 francs l’unité. Il doit aussi rembourser la somme de 2 millions aux ayants-droit.

 

 

 

 

Gawlo.net (L’As)

Categories: POTINS D'ICONE
Tags: de, Les, Piques, «LAS» ?

About Author