DIVERTISSEMENTS

DIVERTISSEMENTS

Vous autres messieurs et dames qui nous changez souvent nos journées par votre humour tranchant, surtout dans un pays où les gens ont le moral dans les chaussettes, votre boulot est en sursis. En tout cas, dans ce charmant Sénégal, y en a qui souffrent de vos galéjades qui ne favoriseraient pas son ascension au rang de pays émergents. On n’a que faire de vos rigolades. Les autres qui font dans le « Mbandkat » sont également à ranger dans cette catégorie. Malgré que le ténor s’échine à sonoriser les villes religieuses lors de leurs grands rassemblements, on ne voit pas d’un bon œil leurs amusements. La culture n’a jamais développé un pays et il faut surtout que l’on cesse de s’amuser et de rire pour se consacrer à des activités plus sérieuses. Bref, les éléments d’un secteur ont été ravalés au rang d’amuseurs publics, lesquels retarderaient le développement d’un pays. Aucune voix pour dire ce qu’il en est ou remettre les pendules… Si,si !!! Ça se dit tout bas pour ne pas commettre une hérésie et se faire lyncher par de fanatiques qui n’ont rien compris de l’utilité du rire et des amusements dans une société en crise. On prendrait plus de notre temps à faire comprendre aux uns et aux autres l’utilité du substrat culturel qui est plus que du folklore et des futilités. Ça demande également un don de soi. Ce qui retarde le développement du pays étant de la responsabilité de ceux qui nous dirigent. Lesquels n’ont jamais eu une vision porteuse, optant plutôt sur des projets hasardeux et sans rendement, obnubilés qu’ils sont par leur maintien éternel au pouvoir qui passe bien sûr par l’obtention d’un deuxième mandat. Leurs actes de tous les jours entrent dans le cadre de plaire à l’oligarchie religieuse. Laquelle serait susceptible de donner des consignes de vote en leur faveur. Conséquences, plutôt que de travailler, ils passent tout leur temps dans une campagne électorale permanente et frénétique avec du jeu, du folklore et beaucoup de futilités. Pourquoi donc pensez- à celui qui ne rêve que d’un second mandat ??? Quoi que cela puisse lui en coûter….

Kaccoor Bi (Le Témoin)
Categories: CHRONIQUE

About Author