Malgré la pluie qui est tombée hier à Dakar, une centaine d’étudiants des universités privées ont battu le macadam pour alerter l’opinion sur leur situation actuelle. 40000 étudiants sont inquiets de la situation de blocage du fait des arriérés de 16 milliards réclamés par les responsables des écoles du privé supérieur accueillant les bacheliers de l’État non orientés dans les universités publiques. Bien que l’État ait débloqué 3 milliards de francs sur cette dette, l’inquiétude demeure encore chez les potaches. Hier, une centaine d’étudiants a battu le macadam de la Place de la Nation, à Colobane, jusque devant les grilles de la RTS. Mouhamed Diallo, coordonnateur du mouvement des étudiants orientés dans les universités privées, a expliqué le but de leur marche pacifique. « Nous sommes là pour demander à l’État de régler le problème des étudiants du privé et une bonne fois pour toutes». Poursuivant, il persiste que l’État doit payer la dette due aux établissements privés. «40 000 étudiants, c’est 40 000 avenirs, 40 000 espoirs parce que nous ne pouvons pas concevoir que ces 40 000 étudiants soient dans les rues et non dans les classes», regrette Mohamed Diallo. Face aux nombreux problèmes auxquels les étudiants orientés dans le privé sont confrontés, le coordonnateur témoigne : « on est resté soit deux ans ou trois ans dans les écoles privées, on n’a pas de logement, on n’a rien dit, on a des problèmes de restauration, on n’a rien et même pour recevoir nos bourses, c’est dur. Maintenant, c’est notre avenir qui est menacé». Pour terminer le coordonnateur des étudiants orientés dans les universités privées a martelé que « nous voulons regagner nos classes. L’État doit régler le problème définitivement».

Gawlo.net (Le Témoin)