ARRÊTEZ DE SOUILLER TOUBA !

ARRÊTEZ DE SOUILLER TOUBA !
Le fait que des commerçants et hommes d’affaires véreux profitent  du statut de Touba, la religieuse, pour s’adonner à des activités illicites dont la vente de produits prohibés, est un secret de Polichinelle. Ces derniers comptent souvent sur l’intervention de prétendus marabouts au cas où les carottes seraient cuites.
Vendre un produit capable de détruire la santé de la population est une infamie, à plus forte raison de le faire dans la ville sainte de Touba que Serigne Bamba a eu l’honneur d’ériger sur cette terre béni du Sénégal. L’on sait pertinemment que beaucoup de citoyens qui se glorifient de leur « mouridité » sont parfois de faux jetons obnubilés par l’appât du gains facile et permissif.
Nous invitons les autorités à sévir contre ces malotrus qui ne pensent qu’à se gaver de CFA au détriment de la santé des populations.

 

Gawlo.net (M. S)

 
TROMPERIE SUR LA MARCHANDISE : 27 840 L d’huile prohibée saisis à Touba
En période de Magal, beaucoup de commerçants véreux cherchent à inonder le marché de produits impropres à la consommation. 75 ans, très connu dans l’agglomération de Touba-Mbacké, M. Dieng a été épinglé avec près de 1 400 bidons d’huile (impropre à la consommations) de 20 l, soit environ 14 millions de FCfa.
Le service régional du commerce de Diourbel a réussi un grand coup, pour avoir pris dans ses filets un véreux commerçant établi dans la cité religieuse, avec 1 392 bidons de 20 litres remplis d’huile végétale impropre à la consommation. Une saisie intervenue moins d’une semaine après le démarrage des traditionnelles opérations de routine et de contrôle de certains prix des produits par une quarantaine d’éléments du Service national du commerce, en perspective du Grand Magal de Touba qui sera célébré cette année, le 28 octobre. Largués un peu partout à travers la ville, sous la supervision du Commissaire régional aux enquêtes économiques de Diourbel,  Amadou Touba Niane, une descente au quartier khayra, dans un entrepôt du célèbre commerçant, M. Dieng, ils ont découvert la marchandise bien arrangée et prête à être ventilée dans le marché. Stoppant net le circuit, ils ont interpellé le commerçant véreux, avant de le soumettre à une amande forfaitaire. Selon une source proche du dossier, la valeur marchande de la saisie avoisine les 14 millions de FCfa, ce qui devrait contraindre le mis en cause à payer au minimum, 5 millions de FCfa, au risque d’être poursuivi, comme le prévoient les textes. Interrogé par les agents du service régional du commerce de Diourbel, M.: Dieng aurait laissé entendre que le produit en question était destiné à la fabrication de savon. Après investigations, l’huile était effectivement destinée à la vente dans le marché local. En effet, notre source renseigne que le commerçant qui détient un entrepôt à Touba l’avait donné en location à un autre qui s’active dans la commercialisation de l’arachide. Ce dernier, après avoir signé le contrat de location du magasin avec M. Dieng, a eu la surprise de sa vie au moment d’enlever les graines que l’eau de pluie avait complétement dénaturées. Un constat a été fait et une sommation servie au locataire pour remboursement au centime près de la valeur marchande. Mis devant cette situation inconfortable, M. Dieng, qui n’entendait guère se soumettre à cette injonction, a tenté de percer le marché de la trituration de l’arachide, dernièrement très convoité à Touba. Mal lui en a pris, les graines complètement abîmées, ayant produit de l’huile végétale impropre à la consommation qu’il n’hésite pas à mettre dans le circuit. En attendant d’y voir un peu plus clair, les 1 392 bidons d’huile sont stockés au service départemental du commerce de Mbacké. Le contrôle des denrées de consommation courante se poursuit et les équipes venues en renfort, dans le cadre du grand Magal, sont à pied d’œuvre pour traquer et mettre hors état de nuire les commerçants véreux.
(L’Obs)
Tags: Fraude

About Author