Regard de Politologues : La suite logique de l’ambition présidentielle de Me Madické Niang

Regard de Politologues : La suite logique de l’ambition présidentielle de Me Madické Niang
Les nouvelles ambitions de Madické Niang ont surpris plus d’un Sénégalais. Placées sur le divan des politologues, elles sont analysées sous différents angles. Pour l’enseignant-chercheur en Sciences politiques à l’Ucad, cette radicalisation est liée à trois faits probants: «L’ambition présidentielle de Madické Niang est un fait ancien qu’il faut situer à 2012 tout au moins. Selon ses propos, cette ambition a été longtemps tuée par son amitié au Président Wade. Elle resurgit devant la probable invalidation de la candidature de Karim Wade par le Conseil constitutionnel. C’est ce qui probablement, explique la nouvelle posture de Madické Niang», explique-t-il. Selon l’enseignant-chercheur, la probable invalidation de la candidature de Karim Wade est une aubaine, une opportunité politique qui permet à Madické Niang d’afficher son ambition présidentielle longtemps contenue. Pour se défaire du joug de Wade, M. Biagui indique qu’il faut sans nul doute, que Madické commence par démissionner du Pds. «Ce serait une suite logique. Je ne vois comment il peut rester membre de ce parti et ramer à contrecourant. Deux alternatives s’offrent à lui: soit il démissionne, ce dont je doute, soit il attend que l’épée de Damoclès s’abatte sur lui pour partir en victime», dit-il. Son collègue de l’Université Gaston Berger (Ugb), Moussa Diaw ne dit pas le contraire. Pour l’enseignant-chercheur en Sciences politiques, il y a des relations humaines très fortes entre Wade et Madické. «Mais, il est arrivé un moment où il faut céder la place. Et aujourd’hui, entre Wade et Madické, les logiques politiques ont primé sur les relations humaines. Madické a des ambitions et il a pris ses responsabilités pour exister politiquement. C’est ce qui explique ce radicalisme de lieutenant de Wade», fait savoir Moussa Diaw. Non sans rappeler que Madické a toujours cherché à préserver ses relations humaines avec Wade, mais à un certain niveau, il fallait décider et il l’a fait quand l’opportunité s’est présentée. «C’est cette logique politique qui a poussé Me Madické, avec la pression de ses amis, à se décider politiquement et à prendre ses responsabilités. Compte tenu de la situation, Me Madické a compris qu’il ne faut pas laisser les mains libres à Me Wade, quoi qu’il advienne. A 5 mois des élections, Me Madické sait que le plan B s’impose, ce que Wade ne veut pas». Pour Moussa Diaw, si Me Madické a choisi de se révéler maintenant, c’est parce qu’il a voulu montrer qu’il ne se substitue pas au candidat du Pds, mais qu’il veut servir d’alternative. Et vu le contexte, l’ancien chef de la diplomatie a beaucoup de chances. Parce qu’il y a des possibilités d’alternative par rapport au leadership du Président Wade. Son collègue de l’Ucad en ajoute une couche. Pour Jean Charles Biagui, Me Madické Niang est un homme politique expérimenté. Il sait très bien que pour gagner une élection, il faut un appareil politique opérationnel qu’il n’aura pas. Il faut également disposer d’une personnalité de dimension nationale. «Me Madické tente de récupérer l’électorat de Wade, au cas où Karim ne serait pas éligible. Mais, il est clair qu’il ne pourra pas convaincre une frange importante de militants du Pds», souligne-t-il. Avant de rappeler que Me Madické a certes contribué au bon score du Pds aux dernières Législatives à Touba et à Mbacké. «Mais je ne suis pas sûr que sans l’appareil du Pds, on aurait eu les mêmes résultats dans ces localités. N’oubliez pas qu’il y a d’autres personnalités importantes du Pds fidèles à Wade très implantées à Touba et Mbacké qui ne le soutiennent pas dans sa nouvelle posture», ajoute-t-il.
Gawlo.net (L’Obs)

Categories: OPINION
Tags: Madické, Niang

About Author