Invité de l’émission Objection sur Sud Fm, hier, Me Amadou Sall, membre du Comité directeur du Parti démocratique sénégalais, a appelé Me Madické Niang, président du groupe parlementaire Libéral et Démocratie, de ne pas faire une «échappée solitaire» en déclarant sa candidature à la présidentielle. L’avocat libéral en a profité pour avertir le Président Macky Sall que si la candidature de Karim Wade venait à être invalidée, il verrait «le feu» de la part du Pds.

Le débat au Parti démocratique sénégalais sur le candidat de substitution à celle de Karim Wade continue d’être alimenté de part et d’autre. Et quand certains appellent Me Madické Niang à prendre ses responsabilités, Me Amadou Sall, membre également du Comité directeur du Pds et promotionnaire au barreau du président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie, demande à ce dernier de ne pas faire d’échappée solitaire et de rester dans la ligne du Pds. «Me Madické Niang, c’est un ami, c’est un frère. On a prêté serment le même jour et on se connait depuis 40 ans. Je lui dirais : Madické, tu auras tort»  dit d’emblée Me Sall. Il poursuit : «je lui dirais que nous avons un candidat et nous tous avons dit – et il fait partie de ceux qui ont dit avec nous – que notre position est très simple : nous avons un candidat, nous y croyons, non pas tant c’est une candidature qui va passer et qu’on va gagner, mais que c’est une candidature légitime et rien ne s’y oppose».
Cela dit, l’avocat membre du Cd du Pds s’en prend aussi au Président Macky Sall, qu’il avertit sans ménagement. «Si Macky Sall veut passer en force, en utilisant une justice aux ordres, pour que notre candidature ne passe pas, nous ne boycotterons pas, nous empêcherons la tenue de l’élection. C’est cela que nous avons dit», martèle Me Amadou Sall, invité de l’émission Objection sur Sud Fm, hier. Revenant à son ami Me Madické Niang, à qui sont prêtées l’envie et la volonté d’être candidat à la présidentielle, il souligne : «s’il sort pour dire autre chose, nous lui dirons que nous ne sommes pas d’accord, parce que voilà notre position. Et en ce moment-là, il a une position qui n’est pas celle du parti. Donc, il fait une échappée solitaire».
Me Amadou Sall de préciser tout de même : «il est libre de faire son échappée solitaire, c’est son droit. Si un militant du Pds dit cela, il y aura des milliers d’autres qui diront voilà notre position, c’est ça la vie. C’est donc ce que je dirai à Madické qui, pour le moment ne dit rien».

«Macky Sall veut la guerre, nous lui donnerons le feu»
Par contre, poursuit Me Amadou Sall, il y a d’autres militants qui ont écrit une lettre au Président Abdoulaye Wade, une lettre qui a été publiée, dans laquelle ils disent : ‘’attention, vous nous dites que la seule candidature, c’est celle de Karim, il n’y a ni candidature alternative, ni candidature de substitution. Alors si sa candidature est rejetée, qu’est-ce qui nous reste ? Soit sortir nous battre et quand on se bat, on crée une instabilité et vous avez dit qu’il faut aller au pouvoir sans mort ; donc il faut une candidature de substitution’’. Ces personnes-là, Abdoulaye Wade leur a répondu, en leur disant ; ‘’je pense que avez tort, parce que voici notre position. Nous n’avons jamais dit que nous ne nous battrons pas. Nous avons dit que nous avons la vérité avec nous, nous avons le droit avec nous, on nous impose un pan entier de la justice qui est aux ordres, que voulez-vous qu’on fasse ? Macky Sall nous donne des coups de poing, Macky Sall nous donne des coups de poignard, fait ce qu’il veut, il arrivera un moment où les Sénégalais se lèveront et diront non. Ce moment est arrivé, nous nous lèverons, nous Pds, et dirons non».
A en croire l’avocat Amadou Sall, si le Pds accepte une candidature de substitution, c’est donner raison à Macky Sall. «Et aux pieds de Macky Sall, nous déposons nos armes et déclarons forfait. Nous n’acceptons ni de déposer nos armes, ni de déclarer forfait. Macky Sall, nous lui imposerons notre candidature, parce que notre candidature est légitime et légale. Il ne peut pas tordre le cou à la loi et à la légitimité pour nous l’imposer. Cela ne se passera pas comme ça. Il veut la guerre, on lui donnera le feu», conclut le bouillant avocat du Pds.

 
 
 
 
 
Gawlo.net : Mansour KANE (Les Echos)