Macky Sall chez Saleh

Pour rendre visite à ses amis, le Président Macky Sall se déplace sans cortège. Il embarque souvent à bord d’une voiture banalisée avec sa sécurité. Avant-hier, il a pris son véhicule en compagnie de son ministre-conseiller en Communication, El hadji Hamidou Kassé pour rendre visite à son compagnon Mahmoud Saleh qui revient de la France où il séjournait pour des soins médicaux. Mahmoud Saleh et son hôte ont beaucoup échangé et se sont rappelés les bons moments de leur compagnonnage en présence de El hadji Hamidou Kassé et du ministre Mamadou Talla.

Koungheul sans eau ni électricité depuis trois jours

Les populations de Koungheul vivent un véritable calvaire. Pour cause, depuis trois jours, elles n’ont ni eau, ni électricité. Ce, en dépit de la marche des notables de la localité il y a quelques semaines pour fustiger entre autres les coupures intempestives d’électricité et la mauvaise qualité de l’eau. Au contraire, la situation s’est aggravée. Pourtant, les consommateurs s’acquittent régulièrement et à temps de leurs factures. En cette période d’hivernage avec l’insécurité qui prévaut, les populations vivent comme au moyen âge. Les femmes désespérées font la queue devant de vieux puits pour avoir le liquide précieux. Pour ce qui est de l’éclairage, les populations font recours aux bougies. Devant le mutisme des autorités, les populations de Koungheul, très en colère, comptent passer à la vitesse supérieure en cette période de collecte de signatures pour le parrainage.

48 heures de grève à l’Aps

Nos confrères de l’Agence de presse sénégalaise (Aps) durcissent le ton. Cette fois-ci, le Secrétaire général du Synpics section/ Aps, Bamba Kassé et compagnie sont déterminés à aller jusqu’au bout. En dépit de l’audience que le ministre de la Communication, Abdoulaye Bibi Baldé leur a accordée, ils poursuivent leur mouvement d’humeur. Ils ont décrété un mot d’ordre de 48 heures d’arrêt de travail le temps de permettre au ministre de la Communication de concrétiser ses promesses. D’ailleurs, toutes les sections du Synpics vont se rassembler à la Maison de la presse aujourd’hui pour apporter leur soutien aux agents de l’Aps et dénoncer l’inertie des autorités. Ngaaka Blindé jugé aujourd’hui La Chambre criminelle va se pencher, aujourd’hui, sur le dossier du célèbre rappeur Baba Ndiaye alias Ngaaka Blindé  et son coaccusé Khadim Thiam. En effet, le 4 septembre dernier, le procureur Saliou Ngom avait souligné que la Chambre criminelle est incompétente à juger les accusés du fait des changements intervenus au niveau des textes. Le parquet a estimé que les accusés doivent comparaitre devant la Chambre correctionnelle afin de bénéficier de la loi pénale la plus douce. Suite à cette observation, il a invité la Chambre à se déclarer incompétente et à renvoyer le dossier devant le Tribunal correctionnel. Ainsi, le juge va rendre sa décision aujourd’hui. Pour rappel, le rappeur Ngaaka Blindé et son acolyte comparaissent pour «complicité de contrefaçon, falsification et altération de signes monétaires» ayant cours légal sur le territoire national.

Un blessé grave dans une bagarre d’étudiants

Le Temple du Savoir a été transformé, hier le temps d’une aprèsmidi, en arène de gladiateurs. Deux étudiants de la Faculté des sciences et techniques se sont donnés des coups ayant occasionnés des blessures graves à l’un d’entre eux. L’incident s’est produit vers 14 heures. D’après le communiqué du Centre des OEuvres universitaires (Coud), envoyé à «L’As», les deux jeunes discutaient de la validation des élections de l’Amicale de ladite Faculté tenues du 28 au 29 avril 2018. Cet échange de propos a débouché sur un affrontement direct entre les deux étudiants et cela a entrainé des blessures graves pour l’un d’eux. Le Coud informe avoir pris toutes ses responsabilités en assistant d’abord puis en évacuant l’étudiant blessé dans une structure sanitaire de la place où il est présentement bien suivi. Et selon les dernières informations, la situation de l’étudiant est stationnaire et son pronostic vital n’est pas engagé.

Un blessé grave dans une bagarre d’étudiants (bis)

Le Coud tient cependant à informer l’opinion que les élections de désignation des délégués d’Amicale, interlocuteur du Coud dans le domaine social sont du ressort exclusif des facultés. Dans le cas d’espèce, dit-il, aucun étudiant de la Faculté des sciences et techniques n’est, à ce jour, désigné par ladite Faculté pour représenter les étudiants. Par ailleurs, le Chef du département de la Gestion des cités universitaires et de la vie estudiantine soutient qu’il a été procédé à l’attribution des logements de vacances avec  les délégués des amicales en respectantla procédure habituelle et à ce jour aucune difficulté n’est notée entre ces derniers et la direction du Coud.

Aby Ndiaye, jugée vendredi prochain

Les choses se corsent pour Aby Ndiaye, responsable apériste dans la commune de Mbour. Accusée de vol de cartes d’identité biométriques (Cib) et arrêtée par les éléments du Commissariat central de Mbour, elle a été placée sous mandat de dépôt hier, par le Procureur de la République après avoir bénéficié vendredi dernier d’un retour de parquet. Hier, durant toute la journée, elle se trouvait à la cave du tribunal de Mbour où elle a été abandonnée à son triste sort puisqu’elle n’a bénéficié d’aucun soutien de la part de ses camarades apéristes. Au contraire, ces derniers ont rivalisé de déclarations pour se démarquer de ses actes. Entendue hier par le Procureur du Tribunal de grande instance de Mbour (Tgi), Aliou Sarr qui l’a placée sous mandat de dépôt, Aby Ndiaye sera fixée sur son sort, le vendredi 21 septembre prochain, date de son procès.

Abdou Fall intègre la Fondem

Bombardé, en 2015, Président du Conseil d’administration de Ténergie Sénégal, Abdou Fall continue de gravir les échelons. En effet, depuis le 10 septembre dernier, l’ancien ministre de la Santé sous Wade a intégré le Conseil d’administration de la Fondation Energie pour le monde (Fondem) que dirige l’ancien ministre français, Jean Louis Borloo. Abdou Fall a été copté en même temps que deux Camerounais. Il s’agit de Célestine Ketcha Coutès, maire et présidente du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (Refela) et de son compatriote Roger Nkodo Dang, député et président du Parlement Panafricain (assemblée consultative de l’Union Africaine). Ces derniers ont été coptés au terme de la réunion de Paris après la fusion entre le Fondem et l’Association Energies pour l’Afrique. Pour rappel, l’objectif de cette structure dirigée par Jean Louis Borloo depuis 2017 est de connecter 640 millions d’Africains à l’électricité. Les cibles principales sont les populations démunies des zones rurales. Ce qui, à coup sûr, permettra de fixer cette population démunie des campagnes et de contribuer à leur développement.

Un candidat «Arc-en-ciel»

Le Comité restreint du mouvement «Arc-en-ciel» s’est retrouvé le week-end passé pour se prononcer sur les questions politiques de l’heure. Selon le président du mouvement Sheikh Mamadou Dieng, la situation politique nationale est marquée par l’ouverture forcée de la campagne électorale, 6 mois avant l’élection présidentielle. Il accuse le Président Macky Sall d’avoir instauré au Sénégal un système inédit, en l’occurrence le système de parrainage. Pour Mamadou Dieng, le pays est aujourd’hui à l’arrêt, les gens ne travaillent pas et le gouvernement est transformé en plateforme électorale, tous les ministres ayant investi l’intérieur du pays, à la chasse aux signatures. Considérant que le pays est en danger du point de vue des libertés (dernière répression et l’arrestation de leaders de l’opposition), il s’offusque du fait que le nouveau Directeur général de la Police Nationale et le nouveau Président du CNRA aient tour à tour exprimé leur volonté de s’attaquer aux réseaux sociaux qui, pourtant, sont régis par le principe de la liberté d’expression.

Un candidat «Arc-enciel » (Bis)

De l’avis de Sheikh Mamadou Dieng, le souhait du Président Macky Sall est de mettre sous coupe réglée les réseaux sociaux. Ce qui, selon lui, doit interpeller la conscience de tous les citoyens. Par ailleurs, il souligne que le mouvement «Arc-en-ciel» avait décidé de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle bien qu’il a tous les atouts après avoir retiré les dossiers de parrainage. Il ne restait qu’à collecter les signatures et à rassembler la caution de 30 millions de Fcfa. «Nous sommes prêts à le faire par défaut, parce que nous avions pensé que nous pouvions soutenir le candidat le mieux placé de l’Opposition. Mais nous avons constaté que Macky Sall est en train de procéder par élimination avec la mise à l’écart de Karim Wade et Khalifa Sall». Après, ce constat, Sheikh Mamadou Dieng déclare que le comité restreint de son mouvement a décidé d’aller à la présidentielle sous sa propre bannière.

Le Mpcl tacle Cheikh Oumar Anne

Les militants et responsables du Mouvement panafricain et citoyen «Luy Jot Jotna» (Mpcl) de Cheikh Tidiane Gadio ont tenu hier, une Assemblée générale au cours de laquelle, ils se sont insurgés contre les propos tenus par Cheikh Oumar Anne. Très remontés contre le Directeur général du Coud, Papa Larou Mar et ses camarades se demandent depuis quand leur parti a désigné Cheikh Oumar Anne comme «porte-parole» pour qu’il se permette certaines déclarations dans les médias. «Où est ce que Dr Gadio et son mouvement ont annoncé leur position sur la Présidentielle?», s’interrogent-ils avant d’ajouter que leur parti a donné mandat à Gadio de se déterminer par rapport à la présidentielle. «C’est, nous-mêmes qui annoncerons aux Sénégalais et à nos amis panafricains à travers le continent et la diaspora notre position le moment venu», tranchent- ils. Car, soutiennent-ils, le Mpcl «Luy Jot Jotna» est assez mature pour se prononcer et n’a pas besoin de sortie comme celle du sieur Hanne qui, «sabote plus qu’il ne construit».

Le Mpcl tacle Cheikh Oumar Anne (bis)

Contenant mal leur colère, Papa Larou Mar et Cie estiment que la sortie du Dg du Coud ne reflète pas la réalité. Il «ne dit pas la vérité aux Sénégalais. M. Anne veut nous divertir. Il n’a qu’à régler d’abord ses problèmes à Podor. Contrairement à ce qu’il dit, Le Mpcl ne cherche pas à faire un «ralliement politicien» à l’image des spécialistes de la politique du ventre. Notre parti cherche à contribuer à une alliance stratégique pour construire un Sénégal de réconciliation nationale, de démocratie stable et apaisée, de culte du travail avec des élites intègres et entièrement dévouées au bien-être des populations. Nous attendons avec patience la fin des consultations menées par notre leader, le docteur Cheikh Tidiane Gadio, originaire de Gadiobé et digne fils de la région de St Louis, pour nous engager pleinement dans la présidentielle de 2019», clament Papa Larou Mar et compagnie. A signaler que le Dg du Coud a soutenu que Cheikh Tidiane Gadio et son parti sont «sur le point de rallier le camp présidentiel pour soutenir Macky Sall».

Parrainage à Fatick

A Fatick, le ministre Mbagnick Ndiaye et ses camarades ne veulent laisser aucune poche vide qui pourrait servir au parrainage de l’opposition. Toutes les stratégies possibles et légales sont ainsi mises en œuvre pour réussir à faire parrainer le maximum de personnes. Ainsi au terme de la deuxième semaine de collecte de signatures, la coalition Benno Book Yakar du département de Fatick est à 38.608 (trente huit milles six cent huit) parrains, soit un taux de 50,14%. Un résultat obtenu grâce à la synergie d’actions de tous les responsables qui, au début de la campagne du parrainage, s’étaient réunis à Tattaguine sur initiative du maire de Ngayokhéme pour discuter des procédés à suivre pour un résultat satisfaisant. «L’objectif qui est assigné au département de Fatick est soixante 15.000 parrains. A l’heure actuelle, nous sommes à 38.608 signatures», a indiqué Mbagnick Ndiaye.

 

 

 

 

 

Gawlo.net (L’As)