DÉLIT DE FACIÈS

DÉLIT DE FACIÈS

Après Karim Meissa Wade et Khalifa Ababacar Sall, presque « out » pour la présidentielle de 2019, l’homme à abattre est un électron libre. Il connait quelques petits secrets du pouvoir et les distille avec parcimonie en faisant avaler au tout-puissant État des couleuvres. Rien de ce qu’il dit jusqu’ici n’est démenti, on a plutôt cherché à noyer sa voix en l’étouffant après l’avoir chassé comme un malpropre de l’administration. Cette voix, il l’a reprise en s’offrant le plaisir de s’adresser au peuple qui l’a élu à l’Assemblée nationale. Un pied de nez au pouvoir dont la volonté était de l’éliminer afin de réduire sa capacité de nuisance. En l’absence d’Idrissa Seck, dont on se demande s’il aspire vraiment à être Calife à la place du Calife, c’est le leader de Pastef, Ousmane Sonko, qui semble porter la voix du peuple. Il mène la cadence et apparait comme l’un des plus féroces opposants au pouvoir. Ne sachant pas par où le pendre haut et court, on fait jouer à de seconds couteaux le sale rôle. Et plutôt que de choisir de fortes têtes, ce sont les plus débiles qui s’illustrent en mettant en danger la cohésion sociale. Après avoir fait porter à Ousmane Sonko des habits de rebelle, une transhumante le présente comme un islamiste en attendant de lui faire porter le bonnet de terroriste. Pourquoi donc pensez- vous à l’Imam Ndao ? Un délit de patronyme quoi ! Et personne pour dire stop à ce jeu nauséabond qui pourrait saper notre commune volonté de vivre ensemble. Le délit de Sonko, c’est d’être originaire de la région sud du pays et d’avoir la barbe bien taillée. Deux délits de trop aux yeux de nos « républicains » à la noix. Rien que ça ? En attendant que l’on trouve des mitraillettes et lance -roquettes chez lui, il sera bon pour la potence. Et un candidat sérieux éliminé. Un vrai jeu de «lambigolo»!

 

 

 

 

 

 

Gawlo.net : Kaccoor Bi (Le Témoin)
Categories: CHRONIQUE
Tags: de, Délit, FACIÈS

About Author