El Hadji Hamidou Kassé, ministre chargé de la Communication de la présidence de la République: «L’opposition prépare l’opinion à sa défaite»

El Hadji Hamidou Kassé, ministre chargé de la Communication de la présidence de la République: «L’opposition prépare l’opinion à sa défaite»
Il est le «Monsieur com’» de la présidence de la République, la voix qui indique la voie du maître. Philosophe de formation, journaliste de métier, El Hadji Hamidou Kassé balaie, dans cette interview accordée à L’Obs, d’un revers de la main, les accusations de l’opposition contre le Président Sall, qui préparerait un hold-up électoral en se faisant confectionner trois fichiers différents pour la Présidentielle de 2019. M. Kassé parle également des audiences du chef de l’État avec ses militants au Palais, de la sortie de Souleymane Ndéné Ndiaye et Cie etc.
 
Trois Fichiers?
«L’opposition est coutumière de ce genre de déclaration. Elle prépare l’opinion à sa défaite. Nous avons, hélas, une opposition paresseuse, très peu intelligente, sans doute bavarde, mais banale. Il y a un seul fichier. Et l’opposition le sait. Ce fichier a fait l’objet d’un audit indépendant. La même opposition, spécialisée en campagne d’intoxication, dira que des millions de Sénégalais n’ont pas leurs cartes. Je dis de façon solennelle et formelle que ces allégations sont totalement fausses».
 
Macky au second tour?
«C’est le peuple sénégalais qui est souverain. Nous avons le meilleur candidat. Il a fait ses preuves en six ans. Dans tous les secteurs de la vie, on peut constater des progrès exceptionnels. Nous allons vers une nouvelle économie gazière et pétrolière et en la matière, le Président Sall a suffisamment démontré son expertise et son attachement aux intérêts du pays. Il a formulé des réponses concrètes aux attentes des Sénégalais. Il rassure par sa pondération, sa tempérance et se discrétion efficace. Il maîtrise parfaitement le nouvel horizon qu’il propose aux Sénégalais dans la séquence 2019-2024. Il est en contact permanent avec les populations. Le Président Sall est soutenu par Benno Bokk Yakaar, des pans significatifs de la société civile et des mouvements citoyens. Sur la scène internationale, notre pays jouit d’une image enviable, du fait du nouveau type de rapport que le Président entretient avec ses homologues. L’un dans l’autre, toutes les conditions sont réunies pour que le Président gagne dès le premier tour. L’opposition peut toujours rester dans ses illusions (…) Considérez toutes les élections depuis 2012, et vous comprendrez pourquoi l’opposition est frappée d’un handicap: elle est incapable de comprendre que sa manière de faire la politique est périmée. La rancœur, la calomnie, l’injure, la violence verbale, ne sont pas fondatrices d’une trajectoire politique victorieuse».
 
Audience de militants au Palais.
«Les déplacements d’un chef d’État ne sont pas ordinaires. C’est tout un dispositif, pour des raisons évidentes de protocole et de sécurité. Le palais étant son lieu d’habitation, il peut bien y recevoir les Sénégalais qui désirent le soutenir dans son combat pour le développement du Sénégal et le bien-être de notre peuple».
 
Sortie de Jules Ndéné et Cie.
«Nous respectons le Président Wade, Macky Sall au premier chef. Il a été chef de l’État et il est d’un certain âge. Même s’il est notre adversaire politique, nous ne parlons pas de vue que nous sommes d’abord tous Sénégalais. Je n’ai pas suivi la conférence de presse dont vous parlez. Donc, je ne peux pas apprécier. C’est le lieu d’ailleurs d’appeler les bastions démocratiques du Pds à se mobiliser plutôt autour de Macky Sall pour que nous continuions ensemble à construire le pays. Cet appel s’adresse aussi à toutes les forces vives de la Nation conscientes des enjeux aux plans national, sous régional et international, mais aussi de l’ampleur des réalisations durant ce premier mandat».
 
Affaire Bamba Dièye.
«Mon opinion là-dessus est que tous les acteurs politiques, de la majorité comme de l’opposition, doivent respecter le système judiciaire dans son ensemble. La justice, à travers ses composantes, est le mécanisme que les sociétés ont trouvé pour la résolution pacifique des conflits. Il s’agit avant tout des équilibres et de la stabilité de notre société. Certains comportements irresponsables doivent être bannis».
 
Pénurie d’eau.
«Il convient d’abord de saluer le sens de responsabilité des Dakarois. Oui, la crise de l’eau a été difficile. Mais les populations ont globalement compris que le gouvernement travaille à trouver des solutions. Ponctuellement, des mesures ont été prises pour atténuer les difficultés des ménages. Mais surtout, l’État est en train de réaliser deux chantiers importants pour des solutions définitives au problème de l’eau à Dakar. Il s’agit de la troisième usine de Keur Momar Sarr et celle de dessalement des eaux de mer aux Mamelles. En attendant, cinq forages ont été inaugurés la semaine dernière par le Premier ministre, tandis que d’autres attendent. On peut constater beaucoup d’amélioration. Mais il reste encore des poches. Le gouvernement va poursuivre l’effort pour que les populations qui ont vécu les pénuries sortent définitivement de cette situation».
Gawlo.net (Source: L’Obs)
Categories: OPINION

About Author