LIBERTÉ 6 EXTENSION : LA SENELEC ÉLECTRIFIE LE MARCHÉ POUR 91 MILLIONS FCFA

LIBERTÉ 6 EXTENSION : LA SENELEC ÉLECTRIFIE LE MARCHÉ POUR 91 MILLIONS FCFA
307 cantines du marché Liberté 6 Extension de Dakar ont été électrifiées par la Senelec pour un montant de près de 91 millions de frs. Le directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, a effectué hier une visite des nouvelles installations de son entreprise dans ledit marché. Cette électrification rentre dans le cadre du vaste programme de sécurisation des biens et personnes des marchés du pays dont « l’étude de faisabilité a déjà été faite et le financement bouclé ». Ce marché fait partie, en effet, des trois marchés pilotes du programme, ainsi que celui de Rufisque et de Liberté 6, visité hier par Mouhamadou Makhtar Cissé. Pour le maire de Sicap-Liberté, Santi Agne, cette électrification va permettre à sa commune de récolter les recettes fiscales, « autrefois indisponibles » à cause de l’absence d’électricité. Au total, ce sont 27 marchés, repartis sur l’ensemble du territoire, qui sont concernés par ce programme de sécurisation et de mise aux normes dont le coût global est estimé à quatre milliards de F CFA, selon le directeur général Mouhamadou Makhtar Cissé. Ce dernier a ajouté que la SENELEC va également investir 800 millions de F CFA sur fonds propre pour l’électrification du marché de Colobane, situé en centre-ville dakarois. Cette démarche s’inscrit globalement dans le respect des directives du chef de l’État pour un accès de l’électricité à tous les Sénégalais et à tous les secteurs d’activités, a expliqué le patron de la Senelec. La société nationale entend s’assurer de l’engagement de tout un chacun pour le maintien de la qualité de ces ouvrages importants surtout pour les marchés qui connaissent beaucoup d’incendies. A Liberté 6 Extension, le marché ne court plus le risque d’insécurité électrique.
DÉLESTAGES ET CENTRALE DE BARGNY : LE DG DE LA SENELEC REPRÉCISE LES CHOSES

Mouhamadou Makhtar Cissé a aussi tenu à démentir la rumeur des délestages et, surtout, à recadrer les choses au niveau de la centrale à charbon de Bargny. « Je crois que le mot délestage est devenu populaire depuis 2011. Les gens n’arrivent pas à s’en départir dans notre pays. Il n’est pas important de demander au directeur général de la Senelec si les délestages vont revenir. Depuis qu’on les annonce, nous continuons à avoir de l’électricité. Le plus important, c’est de continuer à travailler tous les jours pour assurer la continuité de l’électricité. L’État a consenti trop d’efforts pour redresser la Senelec, pour mettre à niveau le système pour lâcher prise au dernier virage. Le Sénégal est un pays de droit et de libertés où les populations sont d’accord ou pas avec un projet. Notre souci, c’est la préoccupation quotidienne des Sénégalais. A Bargny, Dakar, Dagana, partout nous sommes au service des préoccupations des Sénégalais qui ont le droit de critiquer nos services. Nous avons une mission de service public. La Senelec ne peut agir en dehors des règles de ce pays. Tout projet répond à des normes environnementales qu’il faut respecter pour faire des investissements du genre une centrale électrique. Ce qu’on peut dire, c’est que Senelec a respecté l’outil industriel qui permet de produire l’électricité. Que ce soit à Bargny, à Kahone, à Tobène où à ailleurs. C’est tout ce que je peux dire. Maintenant la pluralité des opinions, c’est ce qui fait le charme de ce pays. C’est aussi la liberté des Sénégalais » a indiqué le patron de la Senelec à la fin de sa visite

Gawlo.net (Le Témoin)

Categories: SENELEC QUOI DE NEUF
Tags: Senelec

About Author