DESSINE- MOI UN POLITICIEN

DESSINE- MOI UN POLITICIEN

Au pays de « Ndoumbélane », pour ne pas mourir bête et pauvre, il faut investir le terrain de la politique. C’est la voie royale pour vivre des jours heureux et sans souci financier. Ça rapporte gros et il n’est point besoin d’être un grand esprit pour y réussir. Il vous suffit juste d’une belle gueule et de maîtriser cet art consommé de dire des inepties enrobées dans du mensonge. Pourquoi donc pensez-vous à Souleymane Ndéné Ndiaye qui s’offre le beau rôle dans la libération de celui qu’il appelait le « gosse » ? Si vous excellez dans les mensonges, vous avez de fortes chances de réussir dans la politique telle qu’elle se pratique dans ce si charmant pays. Le politicien de Galsen ne croit en rien. Son dieu reste Mammon. Il ne vénère que l’argent et nourrit une peur bleue de perdre les privilèges que confrère l’État. Il suffit qu’il les perde pour s’égarer et perdre toute notion de discernement. Et si on s’amuse à rembobiner leurs discours antérieurs, on en arrive à se demander si ce sont les mêmes qui disaient cela. Bref, chez ces messieurs, ça ne pense qu’au ventre et au bas-ventre et quand ça rote, faut prendre l’insigne précaution de se boucher les narines pour ne pas recevoir en pleine figure la pestilence nauséabonde de leurs flagrances. C’est difficile à admettre, mais c’est ainsi. La transhumance n’est pas près de s’arrêter dans notre pays puisque nos « politichiens » ne sont jamais repus. Le Chef même l’admet et pense que ceux qui s’opposent à lui ont perdu des privilèges. C’est la raison de leur mesquinerie. Déjà, sûr de lui, il donne rendez-vous à ses admirateurs à 2020. Les oracles — ou les marabouts de Marième Faye — ont dû lui prédire une belle victoire. En tout cas, il ne doute de rien ! On verra…

Kaccoor Bi (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE
Tags: Politicien

About Author