Scandale : Les religieuses victimes d’abus sexuel de la part des prêtres brisent le silence

Scandale : Les religieuses victimes d’abus sexuel de la part des prêtres brisent le silence

Après plusieurs décennies, les religieuses, victimes d’abus sexuel de la part des prêtres ont décidé de briser le silence.

Soutenues par le mouvement #MeToo et la reconnaissance grandissante que même les adultes peuvent être victimes d’abus sexuels, les religieuses ont décidé de dénoncer cet acte qui prend de l’ampleur au sein de l’église.

Les témoignages des religieuses qui ont été agressées sexuellement voir violées par les prêtres ont été recueillis par nos confères d’Associated Press

« Cela m’a blessée profondément. J’ai prétendu qu’elle ne s’était jamais produite », a déclaré une des victimes.

Vêtue de sa tenue religieuse et tenant son chapelet, cette dernière a rompu près de deux décennies de silence pour raconter à AP comment le prêtre chez qui elle était allée pour la confession l’a agressée sexuellement. Après une deuxième agression par un autre prêtre, elle a cessé d’aller pour les confessions.

Pour Christelle, ça s’est passé en 2010-2011. Se sentant seule dans sa communauté, elle se rapproche de « frère Jean », le prêtre de sa congrégation qui devient son confident. Jusqu’au jour où, après qu’elle l’a déjà éconduit plusieurs fois, l’ecclésiastique la viole.

Le scénario est un peu le même pour Laure : un prêtre qui utilise son influence pour exercer une pression sur une religieuse vulnérable. Alors qu’elle avait 20 ans, tout juste rentrée dans les ordres, elle se confesse auprès de cet homme de Dieu. Durant leur entrevue, il lui attrape les seins et met sa main entre ses cuisses.

Au cours de la semaine, une vingtaine de religieuses d’une petite congrégation au Chili ont raconté à la télévision leurs histoires d’abus de la part des prêtres et comment leurs supérieurs n’ont rien fait pour arrêter ces abus.

Une nonne en Inde a récemment déposé une plainte accusant un évêque de viol, ce qui aurait été impensable il y a encore un an.

D’autres cas ont été enregistrés en Afrique. En 2013 par exemple, le révérend Anthony Musaala à Kampala, en Ouganda a écrit une lettre à ses supérieurs, faisant mention « des prêtres impliqués dans des relations romantiques avec des sœurs ». Il a été suspendu jusqu’à ce qu’il présente des excuses en mai

« Je suis tellement triste qu’il a fallu longtemps pour que ces abus soient dénoncés », a confié à l’AP Karlijn Demasure, l’un des principaux experts de l’église sur les abus sexuels et l’abus de pouvoir du clergé.

Le Vatican a refusé de commenter les mesures qu’il a prises, le cas échéant, pour évaluer l’ampleur du problème à l’échelle mondiale, ou pour punir les délinquants et prendre soin des victimes. Un responsable du Vatican a déclaré qu’il appartient aux dirigeants des églises locales de sanctionner les prêtres qui abusent sexuellement des sœurs.

Le responsable, qui a parlé sous couvert d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à s’exprimer sur la question, a déclaré que l’Eglise a concentré son attention sur la protection des enfants, mais que les adultes vulnérables « méritent la même protection. »

Publicité. « Les femmes consacrées doivent être encouragées à s’exprimer quand elles sont abusées », a déclaré le responsable à AP. « Les évêques doivent être encouragés à les prendre au sérieux, et s’assurer que les prêtres sont punis s’ils sont coupables. »

Mais être pris au sérieux est souvent l’obstacle le plus difficile pour les sœurs abusées sexuellement, a déclaré Demasure, jusqu’à récemment directeur exécutif du Centre de protection de l’enfance de l’église pontificale grégorienne.

« Les prêtres peuvent toujours dire qu’elles étaient consentantes », a déclaré Demasure.

 

 

 

 

AFRIMAG

Categories: INTERNATIONAL
Tags: abus, Sexuel

About Author