EXPÉDITION PUNITIVE CONTRE UN PRÉSUMÉ INDICATEUR DE POLICE : Les compagnons du défunt brigand font une méprise et poignardent un flic à la tête

EXPÉDITION PUNITIVE CONTRE UN PRÉSUMÉ INDICATEUR DE POLICE : Les compagnons du défunt brigand font une méprise et poignardent un flic à la tête
Informé du décès de leur ami, interpellé au commissariat de Thiaroye, les compagnons du défunt, armés de machettes, de gourdins, de couteaux et autres, ont fait irruption chez un supposé indicateur de la police, qu’ils soupçonnent d’avoir balancé leur pote. Mais, dans le feu de leur action, ils font une méprise sur la présumée taupe de la police et se rendent le frangin de celui-ci, qui se trouve être un agent de police. Pris de court, ce dernier déboule de sa chambre, tombe sur la foule en furie et tente de placer un mot. Mais, les intrus exhibent leurs armes blanches, profèrent des menaces et foncent sur le limier. Qui prend son arme de service et tire un coup de sommation en l’air. Mais, les malfaiteurs, en grand nombre, prennent de vitesse l’agent de police et le poignardent gravement à la tête avant de prendre la fuite. Le policier blessé a été évacué dans une structure sanitaire de la banlieue pour des soins. «Les malfaiteurs pensent que c’est le fils de notre voisine – qui a été pourtant victime de vol à deux reprises de son bétail – qui a dénoncé leur défunt ami à la police», déclare notre interlocuteur.

Les brigands poursuivent leur vendetta, débarquent chez un Asp et saccagent ses commodités  

Après avoir soldé leurs comptes avec le policier-frangin du supposé indicateur, rapportent des habitants, les gangsters, surexcités, menaçants et dangereux, ont investi d’autres rues, où ils ont tenu en respect, durant leur passage, tous les habitants des quartiers environnants. Ils brandissaient leurs armes blanches, hurlaient et proféraient des injures. Ils s’emparaient des couteaux sur les étals des vendeuses de poissons et menaçaient de les attaquer à la moindre tentative de résistance. Mais, arrivés au quartier Thierno Ndiaye de Thiaroye Usine des Eaux, ils se rendent chez un agent de sécurité de proximité (Asp) – qui avait assisté à l’interpellation de leur défunt ami – et saccagent les commodités de sa chambre.

Le gang s’appelle «Mafia Yoolé (Dénonciation)», un rôtisseur arrêté pour recel, il achetait un mouton de race (Laadoum) à 30.000 F
Les malfaiteurs qui cassaient tout sur leur passage, évoluent dans un gang dénommé «Mafia Yoolé» (Dénonciation). Leur démarche consiste à traquer les mouchards ou indicateurs de police dans le quartier, pour ensuite les malmener. Un rôtisseur a été interpellé, puis mis aux arrêts. Il est suspecté d’être le principal collaborateur des voleurs de bétail, qui lui revendaient à 30.000 francs un mouton de race. En attendant que le rapport de l’autopsie révèle la nature du décès du jeune garçon, la tension est encore vive au quartier Aïnoumady Sam-Sam, où les populations vivent la peur au ventre à cause de la floraison de bandes d’agresseurs et de voleurs de bétail, qui menacent toujours de venger leur compagnon. Ceci, malgré le dispositif de sécurité de la police.

Gawlo.net (Les Echos)

Tags: Thiaroye

About Author