DEMBA KANDJI
Le premier président de la Cour d’appel Demba Kandji a failli, hier, perdre son sang froid plus d’une fois lors du jugement en appel de l’affaire Khalifa Sall. et tous les usagers de la Cour d’appel en ont fait la remarque. Me Ousseynou Gaye a failli l’apprendre à ses dépens. «Êtes-vous un avocat de la partie civile ou de la défense ? Je vous demande de vous tenir à votre constitution de partie civile », sermonne Kandji, à l’endroit de Me Gaye. Celui-ci revient à la charge lorsqu’il s’est agi de débattre sur la requête de la défense tendant à renvoyer ou retenir l’affaire pour production de l’arrêt de la Cedeao. L’argumentaire de Me Gaye n’a pas plu au juge Kandji qui lui coupe finalement la parole. Malgré la médiation des autres avocats, le président Kandji n’est pas finalement revenu sur sa décision.
Restons avec le juge Kandji pour dire que la décision de la Cour qu’il a présidée de rejeter les exceptions de la défense n’a pas trop surpris même au sein des avocats de la partie civile. L’auteure de ces lignes qui est formelle là-dessus a surpris une discussion entre l’agent judiciaire de l’état et des avocats de la partie civile. « C’est quelqu’un qui sait marcher sous la pluie sans se mouiller», ont-ils dit. Comprendra qui peut !

PROC’ GÉNÉRAL
Nous n’allons pas quitter le procès en appel de Khalifa Sall sans pour autant parler du procureur général Lansana Diaby. Qui s’est emmêlé les pinceaux. Dans son propos pour débattre sur le renvoi ou non de l’audience pour la production de l’arrêt de la Cedeao, le proc’ Diaby a cité la « Cour européenne » en lieu et place de la cour de droit de communautaire de la Cedeao. Ce qui a provoqué un fou rire dans la salle qui lui a signifié son erreur. Ce qui l’a mis un peu dans l’embarras.

ME OUSMANE SEYE

L’autre personne qui était dans l’embarras, c’est bien l’avocat Me Ousmane Sèye membre du collectif des avocats de la partie civile et de l’alliance Pour la République (APR). Lequel s’est vu huer lors de la pause marquée par la Cour d’appel. Sous un concert de huées, l’avocat n’a même pas pu développer son argumentaire devant les micros de la 2Stv, de la chaine Africa 24 et de Touba Tv. Finalement, le public l’a tellement conspué que Me Ousmane Seye s’est vu exfiltrer. « Ndeysaan », il fallait le voir lui qui était tout petit dans sa toge d’avocat. et qui ne savait trop quoi faire devant la furie des souteneurs de Khalifa Sall en surnombre au palais de justice de Dakar. «L’entretien n’a même pas pu se faire», s’est plaint Mamadou Lamine Ka, journaliste à la chaîne privée 2stv.
Gawlo.net (Le Témoin)