TCHEY Lii Ci CASAMANCE ! Cher Abdou Sané, buvons le vin mais rendons à Macky sa part de la… palme !*

TCHEY Lii Ci CASAMANCE ! Cher Abdou Sané, buvons le vin mais rendons à Macky sa part de la… palme !*

J’ai lu et relu plusieurs fois les propos de mon cher frère Abdou Sané. J’ai refusé de croire pendant de longs moments que l’ancien député, ayant fait les beaux jours de l’Assemblée nationale du Sénégal, est l’auteur de cette grave affirmation. J’ai refusé d’y croire pour plusieurs raisons et j’en cite peu :
– D’abord, Sané est un cadre politique supérieurement intelligent que j’ai l’honneur de connaître au début des années 90, en 19993 plus exactement, quand le président Abdou DIOUF a ouvert des concertations nationales sur l’enseignement supérieur sous la conduite de l’éminent Professeur, l’ancien Ministre d’État, originaire de la Casamance, Assane SECK, l’un des plus dignes enfants du pays, arraché à notre affection il y a quelques années. J’y ai participé avec Sané et il m’avait marqué. Au fil de nos pérégrinations politiques, on se retrouve au parlement, lui en tant que membre de la représentation nationale et moi, chef de la Cellule audiovisuelle et Conseiller du président de l’Institution, un certain Macky SALL. J’ai vu et entendu durant cette année de tous les coups… hauts et bas, ayant conduit à son départ précipité du perchoir. Que de souvenirs tristes ! Mais là n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Juste ce rappel historique pour dire combien je suis surpris par les mots de notre respectueux frère Sané à l’encontre du Prézi.
– Ensuite, le croyant toujours courageux et foncièrement attaché aux valeurs de la vérité (je lui accorde la bonne foi), je ne peux comprendre qu’il ait agi ainsi. Il est en contradiction parfaite avec la vérité des faits. Le président Macky Sall a de la considération pour la Casamance ! C’est une lapalissade que de le dire. Ce n’est pas une déclaration teintée de partialité politicienne mais un constat et les faits pour attester de cela sont saillants mon cher Sané. Interrogeons l’histoire du pays, remontons le temps et parcourons les bilans des différents régimes qui se sont succédé depuis 1960. Choisissons volontairement la période douloureuse de la rébellion absurde qui a plongé cette belle région dans les abysses de la violence aveugle ayant plombé pendant longtemps son développement. De 1982 à l’arrivée du président Sall à la tête du Sénégal, on aura vécu toutes sortes de barbaries dans la région méridionale. Des familles entières décimées, des tueries massives, des militaires et gendarmes lâchement assassinés, des hommes politiques abattus en plein jour comme des lapins, des femmes violées, des enfants innocents et pauvres enrôlés de force dans l’armée irrégulière du Front Nord conduit par des aventuriers aveuglés par le gain facile et les délits, pardon les délices du pouvoir. On aura tout vu mon frère Sané durant cette période sombre ! Ah, j’allais oublier, volontiers. Mais ça mérite d’être rappelé : je pleure encore mon grand frère Assane, arraché à l’affection de ma famille, en 1994, alors qu’il était parti écouler sa prodigieuse production agricole. Il adorait la Casamance ! Nous avons enterré, dans une douleur inextricable, un corps sans tête parce qu’il a été égorgé et séparé en deux entités. Nous attendons toujours l’autre partie du corps de notre frère Assane ! Combien de familles sénégalaises sont encore traumatisées par les affres de ce conflit qui avait trop duré ? Oui, j’ai choisi de conjuguer au passé. Abdou Diouf a essayé de même que Wade pour stoppoer la furie meurtrière qui avait pris en otage tout un peuple. Ramener la paix était devenue la mère des priorités de toutes les politiques publiques.Mais par la grâce de Dieu, depuis 2012, le conflit agonise et les mesures exceptionnelles d’ordre économique et social du président Macky SALL en faveur de la Casamance vont apporter l’estocade aux fossoyeurs de la paix qui ont toujours fait de la crise une situation de rente. Le chef de l’État a une immense considération pour la Casamance ! Dire autre chose vous éloigne de l’esprit de grandeur que je vous connais, et vous plonge dans les dédales du nihilisme politicien de saison qui irrite de plus en plus les consciences populaires.
Durant trois décennies, le mot Casamance rimait avec braquages, exploitation abusive et illicite du bois, culture du cannabis, circulation de la drogue, vols de bétails, etc. Les chiffres nous donnent le tournis. Des millers de morts et handicapés, plus de 70 villages rayés de la carte régionale, plus de 33 000 personnes déplacées (20 000 à l’intérieur de la région, 4500 en Gambie et 8500 en Guinée Bissau), d’innombrables terres fertiles et vergers devenus inaccessibles aux populations parce que pollués par les mines, le bilan est macabre. Depuis quelques années l’accalmie prospère.Tout n’est pas parfait aujourd’hui certes mais admettons-le : rien n’est plus comme avant !
La loi déclarant la Casamance zone spéciale touristique défiscalise les investissements dans le secteur en Casamance pour dix ans. *« La mesure prise par le gouvernement a permis une reprise en 2016, avec un bond de 9,3% après un recul de 3,6% en 2015 »* à l’échelle nationale selon le rapport périodique intitulé « Situation économique et financière 2016 et perspectives 2017″ de la Direction de la Prévision et des Etudes Economiques (DPEE) . Entre le PUDC et le PPDC, des dizaines de milliards de frs CFA sont en train d’être investis pour des pistes, routes, ponts et aménagements des terres cultivables. Les travaux de la boucle du Fouladou viennent d’être lancés pour des centaines de km de routes goudronnées. La denrée rare, précieuse dont l’acquisition vaut tous les sacrifices, le président de la République l’a trouvée à la Casamance, pour notre SÉNÉGAL : la Paix ! Dire alors que Macky SALL n’a aucune considération pour les Casamançais, ça sonne faux C’est lui faire un mauvais procès. Mon frère Abdou Sané milite au parti des Centristres d’un certain Abdoulaye BALDÉ, jadis Ministre d’État, secrétaire général de la Présidence de la République, Ministre des Forces armées et de Ziguinchor dans un régime libéral où il ne jouait pas du tout des rôles de simple figurant. Loin s’en faut ! Considération pour considération, qui a fait plus pour la Casamance entre les deux régimes ? La réponse est dans les bilans. Il vous serait plus honorable cher frère député si vous aviez suggéré d’ériger UN MONUMENT DE LA PAIX en l’honneur du président Macky Sall pour les efforts incommensurables déployés incessamment pour redonner à notre chère Casamance ses habits de lumière. Toutes les populations vous diriaient *gongo* et danseraient des nuits entières au beau rythme des bougarabous. Macky Sall sait bien entonner le refrain *Allez Casa* qui fait la fierté de tout un pays. Hé bien mon frère Abdou Sané, évitons certaines notes à consonance ethniciste. Il y a de ces fausses gammes qui dénaturent dangereusement la belle mélodie de l’unité nationale qui forge la charpente sociale de notre sénégalité. Touché coulé, ça vous dit quelque chose. Merci de jeter sereinement un regard sur le texte musical de Hiro et Youussoupha. En soi, Macky Sall, de par son parcours et sa trajectoire familiale, est un pur produit du métissage culturel auquel est adossée notre société. Il n’a pas à aimer ou pas les Casamançais. Il est la Casamance ! Wassalam.

*Iboundoye Diender*

 

Abdou Sané : « Macky Sall n’a aucune considération pour les Casamançais »

L’ancien député Abdou Sané a dénoncé avec énergie, via sa page facebook la volonté du chef d’Etat, Macky Sall de se rendre  ce jeudi à Kaffrine pour marquer sa compassion et sa solidarité aux éleveurs et paysans durement touchés par les intempéries et inondations dans la région.

Un déplacement du chef de l’Etat dans la zone sylvopastorale qui fait dire à certains que le président Sall a zappé tout bonnement les familles des victimes de Boffa-Bayotte (Ziguinchor) pour se rendre à Koungheul.
« Macky Sall vient encore une fois de prouver qu’il n’a aucune considération pour les Casamançais. Lorsque les coupeurs de bois avaient été tués dans la forêt de Boffa, il n’a pas jugé utile de se rendre sur place préférant envoyer juste son ministre de l’intérieur, Aly Le Chimique. Pire encore, un de ses ministres, en l’occurrence Youssou Ndour, festoyait à Dakar au son du mbalax pendant qu’une partie du peuple pleurait ses enfants tués dans des conditions atroces » a fustigé l’ancien député Abdou Sané.

L’environnementaliste de déplorer : « qu’il se rend précipitamment à Koungheul pour s’enquérir de la situation du cheptel décimé par les intempéries. Même nous compatissons au sort qui frappe nos compatriotes éleveurs nous sommes en droit de nous demander si la vie du bétail décimé par les intempéries n’a pas plus de valeur, aux yeux de Macky Sall, que celle de nos compatriotes tués alors qu’ils étaient partis chercher du bois ».

« Nous, enfants de la Casamance, méritons beaucoup plus de respect et de considération Monsieur le President. Ne nous donnez pas l’occasion d’imaginer que vous vous dites « tant que c’est entre vous, c’est votre problème ». Il n’est jamais trop tard pour vous ressaisir » dixit, l’ancien parlementaire Abdou SANE.

Tags: Ibou

About Author