LE CAS KARIM

LE CAS KARIM
Bon, bon, il faut que l’on en parle. Sous Macky Sall, beau- coup de célébrités se sont retrouvées en prison. Certaines d’entre elles ont pu bénéficier d’une liberté provisoire synonyme d’une liberté définitive. D’autres ont été exilées, d’autres encore sont retenues comme otages. Il y a aussi des célébrités et des anonymes considérés comme des terroristes sans jamais avoir posé une brindille et dont les têtes seront mises en jeu le 19 juillet prochain. Y en a bien d’autres qu’un procureur de la République — celui de la Crei ! — avait accusés de voleurs et qui devraient rendre gorge. Ils étaient une vingtaine de supposés détourneurs qui n’ont jamais fait face à un juge ni au Proc. Bien entendu, un seul qui semblait déranger ou un seul à qui il fallait couper l’herbe sous les pieds, a été jeté en prison puis exilé dans des conditions dignes d’un film de science-fiction dont le scénario a été élaboré à la présidence de la République. Un traitement de faveur très spécial alors qu’on l’avait condamné à payer des milliards à l’État. C’est comme un banquier qui détourne l’argent de sa société, que l’on condamne à rembourser à ses clients leur dû. et plutôt que de le garder en prison, on l’élargit avant d’organiser son évasion alors qu’on lui réclame 141, 073 milliards. Burlesque non ? et pour lui éviter un lynchage systématique par un peuple d’enragés, on lui interdit de remettre les pieds dans le pays où il avait commis son forfait ! Ce alors que lui-même tenait à venir faire face à ses poursuivants. Mais téméraire, il fait fi de toutes les menaces et veut même diriger son pays. Pour ne pas être pris au dépourvu, on change quelques aspects du code électoral avant de lui nier son statut d’électeur. Le lendemain de cette décision, on lui rappelle que même s’il rentre au pays, les portes des prisons lui seront ouvertes dès lors qu’il devra rendre gorge de ses errements et qu’il a intérêt à rester dans son trou de Doha. Des milliards que l’on va peiner à recouvrer depuis Doha. Si on savait tout cela, pourquoi alors avoir organisé sa fuite ? La loi étant générale et impersonnelle, pourquoi diantre cette faveur faite à Karim Meissa Wade ? La question est posée.
Gawlo.net (Le Témoin)

Categories: CHRONIQUE

About Author