*TCHEY MUNDIAL Bi ak GAINDÉ Yi ! Chauvin, je réclame ma part de distance ironique…*

*TCHEY MUNDIAL Bi ak GAINDÉ Yi ! Chauvin, je réclame ma part de distance ironique…*
Dans quelques jours le monde entier aura les yeux braqués sur Moscou. Les dieux du ballon rond vont faire de la capitale russe le centre de gravité de toutes les combinaisons tactico-techniques imaginables afin de satisfaire les attentes des puristes. Le temps d’une compétition sportive pas comme les autres, Moscou est aujourd’hui la capitale du Monde, le point de convergence de tous les rêves, de toutes les passions, de tous les délires. Le temps d’un match en direct, place aux incertitudes, surprises, suspenses, aux émotions personnelles et collectives d’une intensité rare, parfois exceptionnelle. * »Le temps des rêves et de l’enfance »* que ressuscite, nourrit et prolonge chaque rencontre, pour reprendre le brillant spécialiste Jean-Philippe Toussaint. Pour ma part, (et ils sont nombreux comme moi), je réclame mon lot de chauvinisme et de hooliganisme (modéré et pacifique) enseveli dans un patriotisme ouvert, cette distance ironique qui lui confère une dimension hautement humaine au sens noble. Ah oui, je suis viscéralement attaché à mon pays et je souhaite que SADIO Mané écrase tout sur son passage, lamine et écrabouille tous nos adversaires sur le terrain. *Attention au Lion qui rugit* ! On n’est pas roi de la jungle pour nous laisser distraire. C’est pas une affaire de bombe atomique ou d’innovations technologiques. Ce n’est plus une affaire de Bakka ou Makka. C’est pas une réunion de G7 (ou G6+1 pour coller à l’actualité fraiche) où on nous invite pour partager le… dessert. Hum ! C’est la forêt, la savane, la brousse, la steppe, la mer. Nous portons le plus beau maillot (Eurosport dixit) et nous avons des *LTT* sur le gazon, comprenons des *Lions Tout Terrain.* Alors pas de quoi avoir peur, sinon y a rien ! Seulement voilà, d’aucuns vont penser qu’avec la présence encourageante et symbolique du Premier des nôtres dans les stades russes pour accompagner Aliou Cissé et ses guerriers, c’est un acte politicien qui ne dit pas son nom. Soit ! Convoquons le passé pour comprendre que  l’histoire des liens entre politique et football est aussi complexe que la relation liant l’œuf à la poule. Et ça n’a toujours pas été à l’avantage du pouvoir. Donc la présence du président Macky SALL dans la Tanière répond plus à un impératif moral qu’à autre chose. Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut rien voir. Bien souvent, le sport a servi la contestation de l’ordre établi. Pour exemple, au début des années 80 au Brésil, le modèle de gestion démocratique annonçant la contestation grandissante à la dictature militaire, fut l’œuvre du club de foot des Corinthians que pilotait un certain… Socrates, le défunt capitaine de la Seleção. Le football n’est plus un simple jeu innocent. Son ambivalence et sa complexité font également partie de ses charmes. Et comme le temps de ce jeu merveilleux est historique, « avec ses grandes dates, ses héros, ses victoires mythiques et ses défaites inoubliables que les amateurs se racontent sans fin », préparons donc sans tarder nos banderoles, tshirts et maquillages pour jouir des avantages de cet « événement médiatique ». Il faut savoir distinguer une cause nationale pour bien l’honorer. Tant mieux si c’est politique, ces avantages qu’on en tire ! Après tout nak, le premier des ultras-12ème Gaïndé l’a dit, le boss du Sénégal en l’occurrence : *Dem ba jéex rek !!!* Wassalam.
 *Iboundoye Diender*

Tags: Lions

About Author