À mon sens Idy S’est gouré et fourvoyé entre le Bakah biblique et le Bakka coranique en s’y emmêlant les pinceaux.

À mon sens Idy S’est gouré et fourvoyé entre le Bakah biblique et le Bakka coranique en s’y emmêlant les pinceaux.
Effectivement le mot « Bakah » designe en langue Hébreu : pleurer ardemment, se lamenter vivement et verser des larmes plaintive.
Comme: «la vallée de Baca», citée  dans l’Ancien Testament, appelée aussi «la vallée des larmes».
Et on peut  lire  dans ce chapitre un passage biblique dans les psaumes (84:7)

«Lorsqu’ils traversent la vallée de Baca, ils la transforment en un lieu plein de sources et la pluie la couvre aussi de bénédictions».

Ce mot mot  » Bakah » [ Baw-Kaw] est hébraïque et désigne pleurer. Il est trouvé 100 fois dans la bible. 
Il est premièrement cité  dans  la genèse 21:16 :
« et alla s’asseoir vis-à-vis, à une portée d’arc; car elle disait: que je ne voie pas mourir mon enfant! Elle s’assit donc vis-à-vis de lui, éleva la voix et pleurer». 
Pleurer ici c’est Bakah dans la   Bible hébraïque ( la Tanakh): l’ancien testament.
  
Donc Contrairement au mot  » Bakka  » cité dans le Coran, qui signifie ‘ l’endroit sacré qui est la Mecque. Et cité dans la troisième sourates Ali himran verset 96: « la première Demeure [sacrée] qui ait été établi pour les hommes c’est [en vérité] celle de Bakka bénie et guidée pour les mondes ».
(03:96).
Et pour conclure le Cercle des intellectuels soufis n’est pas du tout d’accord avec M. Idrissa Seck, et fustige le  grand bazar religieux, l’ensauvagement social, et l’abêtissement médiatique dans ce Sénégal,  où la démocratie n’est plus qu’une carton-pâte qui se dévitalise jaque jours d’avantage.
Dans cette optique tout projet de déchirure sociale ne fait qu’aggraver le mal déjà profond.
Certes   les desseins géostrategiques de la CIA et de l’AIPAC détricotent les projets géopolitiques français en Afrique saharo-sahelienne   et subsahalienne;   mais cependant,  c’est de faire fausse route que,  de ne pas tenir compte — pour un politique averti —  à  certains paramètres sociaux liés à la stabilité et à la cohésion du pays.
Ce qui fait que certaine situation «d’infortune politique et d’inconfort social,  seraient la : somme  malheureuse,  d’un enthousiasme verbal sans limite, et d’une impulsivité politique sans modération.
Serigne Fallou Dieng
Le président du cercle des intellectuels soufis.
Categories: A LA UNE, OPINION
Tags: Dieng, Fallou, Serigne

About Author