Il faut démettre Mary Teuw Niane !

Il faut démettre Mary Teuw Niane !

En recevant le samedi 06 septembre 2014, suite au meurtre de l’étudiant Bassirou Faye, les 35 délégués des quatre facultés de l’UCAD et des membres du SAES, le Président Macky Sall avait promis que des mesures idoines allaient être prises pour juguler voire résoudre la crise universitaire.
Après discussion suivie de la remise du mémorandum des étudiants, le chef de l’Etat avait pris cinq fortes mesures pour calmer la colère volcanique des étudiants outrés par le meurtre de leur camarade Bassirou Faye.

Parmi celles-ci, il y avait le retrait des policiers de l’enceinte de l’UCAD pour un respect des franchises universitaires et surtout le paiement à temps des bourses qui ont été l’objet de la révolte des étudiants qui a été fatale à Bassirou Faye. Et, avant le 05 de chaque mois, ces bourses seraient disponibles au niveau de toutes les structures bancaires ou financières, au lieu d’une seule banque.

Malheureusement, ce qui est arrivée ce 15 mai 2018 montre que les instructions du Président ont été passées outre et résultat : un étudiant de l »Université Gaston Berger (UGB) du nom de Fallou Sène mortellement atteint d’une balle. Les étudiants qui voulaient appliquer leur fameux « nguenté toubab », c’est-à-dire se restaurer sans présenter un ticket d’entrée en cas de retard de paiement de bourse, se sont heurtés à l’intransigeance des forces de sécurité qui leur ont interdit les accès sans le sésame. Et c’est sur ces entrefaites que les échauffourées ont débuté entre les étudiants affamés et les forces de l’ordre réquisitionnées par le recteur de l’UGB, Bayedallaye Kane. Et c’est pendant ces affrontements que l’irréparable s’est produit : Mohamed Fallou Sène, étudiant en 2e année à la section Français de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines est tombé sur le champ de bataille. Cette mort d’étudiant, qui intervient presque 4 ans après celle de Bassirou Faye, a fait effet boule de neige et a embrasé les universités de Dakar, de Bambey, de Thiès et de Ziguinchor. Des édifices publics brûlés, des maisons d’autorités universitaires saccagées, des bus incendiés, des voitures particulières vandalisées, des étudiants et agents des forces de sécurité blessés, des routes remplies de blocs de pierres, voilà le triste décor qu’offrait ce 15 mai le visage hideux du Sénégal après l’annonce de la mort de l’enfant de Patar. Et jusqu’au lendemain, les affrontements se sont poursuivis un peu partout sur le territoire national nonobstant les appels au calme des autorités.

Un tel drame aurait pu être évité puisque dans les heures qui ont suivi le décès de Fallou, les services de paiement des bourses ont été diligentés et les virements effectués. Médecin après la mort, dirait-on. Mais si on en est arrivé à ce stade, c’est parce qu’il y a eu toute une chaine de responsabilité du ministère de l’Enseignement supérieur passant par les services rectoraux jusqu’au commandement de la gendarmerie qui a envoyé ses éléments pour sécuriser les restaurants universitaires. Aujourd’hui il est manifeste que le ministre de l’Enseignement supérieur Mary Teuw Niane, responsable N°1 de la situation cahoteuse dans le milieu universitaire, a montré ses limites pour gérer un tel département sujet à des crises fréquentes qui requièrent le sens de la diplomatie, l’instinct du dialogue inclusif pour parer ou transcender les difficultés. Aujourd’hui la pomme de discorde dans l’enseignement supérieur, c’est Mary Teuw. Quand on ne s’entend pas avec les acteurs du monde universitaire que sont les enseignants et les étudiants, on doit démissionner, se faire démissionner ou migrer vers une autre station ministérielle à l’abri de soubresauts qui peuvent dégénérer sur une confrontation mortifère.

Aujourd’hui laisser Mary Teuw à la tête de ce département conflictogène, c’est créer les conditions d’une confrontation permanente entre étudiants et forces de l’ordre ou entre enseignants et le ministre de tutelle. En 2014, il avait échappé à la guillotine présidentielle, cette fois-ci les Sénégalais s’attendent que les sanctions punitives tombent sur lui aux fins d’apaiser la tension ambiante qui chauffe nos universités. La culture de la démission aurait poussé Mary Teuw Niane à rendre le tablier depuis 2014 après le meurtre de Bassirou Faye. Mais puisque sous nos cieux, démissionner c’est comme rendre l’âme, le Président de la République qui est dépositaire du suffrage de 65% des Sénégal, il y a six ans, doit prendre ses responsabilités, comme il a eu à le faire avec célérité à l’égard de certains de ses proches, et démettre Mary Teuw de ses fonctions de ministre de l’Enseignement supérieur. Et ce, au nom de la PAIX dans nos universités et dans les coeurs meurtris par cette mort de trop de l’étudiant Fallou Sène.

 

 

 

 

 

 

Gawlo.net (Mark Senghor)

Categories: A LA UNE, ONDE DE CHOC
Tags: MARY, NIANE, TEUW

About Author