BOMBANCE

BOMBANCE
Nous ne devons sincèrement pas nous plaindre. Avec un taux de croissance de 7,2%, il faut plutôt sauter au plafond plutôt que de geindre. D’ailleurs, notre belle croissance se lit à la lueur de toute cette masse de personnes agglutinées nuit et jour devant les restaurants en plein air ou de fortune qui pullulent partout dans la capitale, dans la banlieue et à l’intérieur du pays. Signe que le pays se porte comme un charme. Autres indicateurs, les bourses familiales pour soulager les pauvres ont pris l’ascenseur face à une forte demande. Tout roule donc. Mais, comme le disait un économiste, en dehors des faiblesses statistiques de ceux qui mesurent l’état de notre bien-être, ces indicateurs liés aux conditions de vie ne disent rien sur la vie elle-même. Ces messieurs qui mesurent la vie à l’écuelle n’ayant jamais mis les pieds dans nos chaumières pour connaitre notre mal-vivre, nous tracent un taux de croissance pour le moins idyllique qui rend le sourire à ceux qui dilapident des millions pour faire la cour à des messieurs et dames dépourvus de dignité et qui changent de parti comme ils changent de caleçons ou de slips voire de petits pagnes (c’est selon). Et ce sont toujours les autres qui jugent de ce qui est bon ou mauvais pour nous autres nègres. Des flatteries qui fouettent bien entendu notre égo. Bombance ! Pas de raison de garder ces mines d’enterrement. Le pays émerge Mais pouvons-nous garder ce sourire face à la bêtise humaine? Cinquante morts à Gaza, tous tués comme des lapins. Mais où sont donc les bâtisseurs de la paix? Ceux qui veulent sortir la Libye de l’engrenage. Et puisque notre ministre des Affaires étrangères est bien intégré en Israël, la résolution de cette crise qui perdure viendra certainement de lui. On peut rêver. Une vraie barbarie. Pour le moment, nos cœurs saignent. Au propre comme au figuré !
Gawlo.net : Kaccoor Bi (Le Témoin)
Categories: CHRONIQUE
Tags: BOMBANCE

About Author