AIBD, TER ET AIR SÉNÉGAL : LA GROGNE DES ASSUREURS SÉNÉGALAIS !

AIBD, TER ET AIR SÉNÉGAL : LA GROGNE DES ASSUREURS SÉNÉGALAIS !

 

Après les pharmaciens, les enseignants, les médecins, les notaires, le ras-le-bol gagne les couloirs des compagnies d’assurance où les nationaux dénoncent le fait que les projets phares du Plan Sénégal Émergent (Pse) comme l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), le Train express régional (Ter), Air Sénégal etc. tombent dans l’escarcelle des multinationales étrangères. Et précisément les filiales de compagnies d’assurance allemande et française comme Allianz et Axa. Deux groupes européens qui, depuis un siècle et à travers leurs devancières, règnent sans partage sur le marché sénégalais des assurances grâce aux grands projets et autres marchés publics de l’État. Rien qu’en 2017, le chiffre d’affaires de ces deux filiales de multinationales étrangères s’est élevé à 30 milliards FCfa soit une part de marché de 27%. Selon un membre très influent de la Fédération Sénégalaise des Sociétés d’Assurances (Fssa), les assureurs nationaux traversent une profonde crise au moment où les grands projets de l’État sortent de terre avec la multiplication de la commande et des marchés publics. «Nous sommes en train de nous concerter pour faire un mémorandum visant à faire l’état de lieux que nous allons adresser au président de la République. Ce mémorandum consiste à montrer au président Sall comment la préférence nationale a été contournée au profit de la préférence étrangère dans les projets phares du Pse», déplore l’assureur sénégalais tout en prenant l’exemple du Maroc, de l’Algérie, de la France où les politiques de préférence nationale facilitent l’accès des entreprises nationales aux marchés publics.

Résidence notariale: Migration clandestine de trois notaires. Décidément ! Ces derniers temps, «grogne» semble être la notion la plus partagée dans les colonnes du «Témoin». Donc restons-y ! Justement pour rappeler que la grogne des jeunes notaires que avions révélée continue toujours de soulever des vagues de protestations. A preuve, les jeunes notaires ont tenu une conférence de presse pour dénoncer le fait que l’État tarde toujours à leur attribuer des charges pour qu’ils puissent s’installer et exercer leur profession. Il nous revient, ainsi, que trois charges sont vacants actuellement puisque leurs bénéficiaires ont déserté leur résidence notariale pour migrer «clandestinement» vers Dakar-Centre. Par exemple, ce célèbre notaire attributaire de charge depuis des années et qui n’a jamais rejoint son lieu de résidence à Guédiawaye. L’autre a officiellement son office aux Parcelles Assainies, mais a préféré lui aussi se rapprocher du Centre-ville. Quant au troisième, il est attributaire d’une charge à Keur Massar, mais il ou elle fait du «ngaraalé» du fait que son cabinet se trouve sur la route du Front de Terre (Castors). Pendant ce temps, ses clercs et rabatteurs sont confinés sous les arbres de Keur Massar.

 

 

 

 

 

 

 

Gawlo.net (Le Témoin)

Categories: ECONOMIE
Tags: AIBD, Air, ET, Sénégal, TER

About Author