Biennale des Arts : El Hadji Kassé penche pour «la puissance créatrice» de l’art pour une nouvelle humanité

Biennale des Arts : El Hadji Kassé penche pour «la puissance créatrice» de l’art pour une nouvelle humanité

Le ministre conseiller responsable du Pôle Communication de la présidence de la République, El Hadji Hamidou Kassé a dit, mercredi à Dakar, beaucoup attendre de la « puissance créatrice et évocatrice de l’art » pour une nouvelle humanité.
« La puissance créatrice et évocatrice de l’art, nous invite à cette possibilité d’une nouvelle humanité » a-t-il souligné lors de la table ronde organisée par l’artiste Abdoulaye Diallo sur le thème : « Quelle humanité pour demain ? ».
Pour lui, « on peut agir, transformer ce qui se passe autour de nous en un nouvel espace qui permet à tout le monde de vivre décemment et dignement ».
« Cette nouvelle humanité, si on ne la pose pas comme possibilité, notre vie ne vaudra rien du tout, pour vivre la vraie vie, il faut être dans le temps de l’espoir, de l’espérance » a indiqué le conseiller en communication du président de la République.
Qui laissant entendre que « le peintre Abdoulaye Diallo réalise avec beaucoup de talent des œuvres qui respirent beaucoup d’émotions, mais avec beaucoup de vérités ».
« Parce qu’il (Abdoulaye Diallo) peint un monde de souffrance certes, mais il se projette à travers ses créations dans un monde réconcilié avec lui-même » a-t-il souligné.
L’ancien directeur général de l’UNESCO, Amadou Makhtar Mbow a, dans un message transmis aux panélistes, indiqué que « c’est par l’éducation qui leur est donnée maintenant et les méthodes qui leur sont inculquées aujourd’hui que les générations actuelles doivent être préparées à assumer les responsabilités qui seront les leurs demain ».
Il appelle éducateurs et chercheurs à « consacrer, dès maintenant, leurs réflexions et leur action à cette tâche », faisant remarquer que « l’humanité pour demain est d’incertitudes si on se réfère aux prémices d’aujourd’hui ».
La question « Quelle humanité pour demain ? » sonne dès lors comme « un cri et un avertissement, un appel à l’introspection universelle, à la raison et à l’émotion, à l’empathie et à des actions de caractère global partant du local » a, pour sa part, a dit le professeur Maguèye Kassé, commissaire de l’exposition de Abdoulaye Diallo à la Bibliothèque de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).
Cette table ronde est jumelée à l’exposition de l’artiste Abdoulaye Diallo prévue du 3 mai au 2 juin dans le cadre du « Off » de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar.

 

 

 

 

Gawlo.net (APS)

Categories: CULTURE
Tags: El, Hadji, Kassé

About Author