Promotion de l’inclusion financière : Le nouveau chantier de l’observatoire de la Qualité des Services financiers

Promotion de l’inclusion financière : Le nouveau chantier de l’observatoire de la Qualité des Services financiers
Au Sénégal, le taux d’inclusion financière est passé de 46 à 73%, les banques ont pu prêter 4.000 milliards. Toutefois, la confiance des usagers des services financiers à l’endroit des opérateurs financiers a été fragilisée. Résultat, un impact négatif réel sur l’inclusion financière. Pour restaurer cette confiance, pas meilleure voie selon l’Oqsf (Observatoire de la Qualité des Services Financiers) qu’une série de formations en direction des usagers. D’où la tenue à Saly le week-end dernier de cet atelier de formation en inclusion financière au profit des membres des associations consuméristes.

Inclusion financière : Méthodes et bienfaits

Permettre un accès facile au crédit, sa disponibilité sur l’ensemble du territoire national. C’est la vision du Sénégal dans ses options de développement économique. Pour ce faire, il faut encourager l’utilisation des émetteurs de monnaie électronique pour finish arriver( à une amélioration du portefeuille des opérateurs financiers conduisant à une meilleur accessibilité et à des taux bas et à des contrats d’assurance à des primes basses. C’est là le nouveau chantier de promotion de l’inclusion financière que met en œuvre l’Oqsf.

«Cette fragilisation est due plusieurs facteurs. D’abord, le fait que les banques ne communiquent pas sur leur utilité, le fait que les assurances ne communiquent pas elles aussi sur leurs services sur les avantages et sur la nécessité de se protéger contre des risques éventuels. Le troisième élément c’est sur la sortie des associations de consommateurs qui mettent au jour les récriminations. Nous, jouant le rôle d’interface, on essaie de raffermir, de réguler ces relations. En quoi faisant ? A partir de nos études et de nos enquêtes, nous parlons aussi bien aux opérateurs financiers qu’au usagers des services financiers à travers leurs relais tels que les associations de consommateurs et nous faisons tout pour un accès au crédit, pour une disponibilité du crédit sur l’ensemble du territoire. C’est ça qu’on appelle la promotion de l’inclusion financière» explique le Secrétaire Exécutif de l’Oqsf, Habib Ndao.

Bannir les transaction en cash

Ce dernier ajoute que «C’est à dire que nous décourageons toutes les transactions fiduciaire en cash, en espèces, pour que les populations intègrent le secteur financier non pas en ouvrant juste des comptes mais en utilisant les auxiliaires financiers et ça va augmenter le portefeuille des banques  et des assurances et cout va baisser, le crédit va être plus facile et plus disponible»

Les bienfaits de l’utilisation des auxiliaires financiers

«Si les banques ont pu prêter 4.000 milliards Frs Cfa, si l’ensemble des transactions financières qui étaient dans le secteur informel reviennent au secteur financier, il va y avoir une amélioration du portefeuille des opérateurs financiers qui va conduire à une plus grande distribution de crédits avec une meilleure accessibilité, à des taux bas. Les assurances elles aussi vont avoir un portefeuille amélioré et vont pouvoir être en mesure de donner des contrats d’assurance à des primes basses», a laissé entendre le Secrétaire Exécutif de l’observatoire de la Qualité des Services Financiers (Oqsf), Habib Ndao.

 

 

 

 

 

 

Gawlo.net (Le Témoin)

Categories: ECONOMIE
Tags: Finances

About Author