Modification de l’article L57 du code électoral : «Wade-fils» et Khalifa Sall visés, selon les «Karimistes»

Modification de l’article L57 du code électoral : «Wade-fils» et Khalifa Sall visés, selon les «Karimistes»

Les mouvements de soutien à Karim Wade se sont exprimé hier sur les questions bouillantes de l’actualité nationale notamment le parrainage et la modification de l’article L57 du Code électoral. Pour ce dernier, ils estiment que c’est leur candidat Karim Wade actuellement à Doha et Khalifa Sall récemment emprisonné à 5 ans de prison ferme et 5 millions d’amende, qui sont visés afin qu’ils perdent toute possibilité d’être candidat à l’élection présidentielle de 2019.

Les partisans de Karim Wade croient mordicus qu’il y a un agenda caché derrière les modifications constitutionnelles initiées par le régime de Macky Sall. Dans un communiqué parvenu à «L’As», les Karimistes ont attiré l’attention particulièrement sur la modification de l’article L57 du Code électoral par l’Assemblée nationale. Ils estiment qu’avec cette révision, Macky Sall veut tout simplement que Karim Wade et Khalifa Sall perdent toute possibilité d’être candidats à l’élection présidentielle de 2019. Ce qui intrigue Saliou Dieng, coordonnateur des mouvements de soutien de Karim Wade, c’est l’introduction du terme «électeur» dans l’article L57 contenu dans le projet de révision. Non sans exposer la différence entre l’article L57 en vigueur et celui proposé: «l’article L57 (en vigueur) dispose: « Tout sénégalais peut faire acte de candidature et être élu sous réserve des conditions d’âge et des cas d’incapacité ou d’inéligibilité prévus par la loi ». Alors que dans le projet de texte proposé, l’article L57 dispose: « Tout Sénégalais ÉLECTEUR peut faire acte de candidature et être élu sous réserve des conditions d’âge et des cas d’incapacité ou d’inéligibilité prévus par la loi ».» Selon Saliou Dieng et ses camarades, à travers cette nuance, Macky Sall ne vise qu’à être le seul candidat à sa propre succession. «Ce forcing lui permettrait de s’autoproclamer élu au 1er tour», ont-ils déclaré. Toutefois, ils informent que cela n’empêchera pas Karim Wade de revenir au pays et se mesurer à Macky Sall. Ils comptent «au prix de leurs vies et jusqu’au sacrifice suprême», engager le combat de la résistance populaire pour s’opposer au vote relatif au parrainage et à la modification de l’article L57 du Code électoral. Ils renseignent dans la foulée que le candidat du Pds est prêt à revenir au Sénégal très prochainement pour présenter son programme et dérouler sa campagne électorale. Selon les Karimistes, le chef de l’État, sachant qu’il ne sera pas réélu, compte sur des «magistrats couchés» qui sont prêts à invalider la candidature des adversaires qu’il redoute et craint. Ils appellent à l’unité de toutes les forces démocratiques et patriotiques pour faire face à l’injustice, la forfaiture, le banditisme d’État, l’ignominie, le tripatouillage de la Constitution et la modification de l’article L57 du code électoral». Toujours dans le communiqué signé par le coordonnateur des mouvements de soutien de Karim Wade, en l’occurrence Saliou Dieng, il est écrit que Macky Sall veut, à travers le parrainage, confisquer le Pouvoir en organisant une fraude sans précédent. «Il (Ndlr: Macky Sall) tente d’écarter tout candidat susceptible de le battre ou qui pourrait empêcher sa réélection en l’occurrence Karim Wade et Khalifa Sall que les sondages de cabinets internationaux et ses propres services créditent des faveurs des pronostics à la présidentielle du 24 février 2019. Macky est traumatisé par les nombreux sondages qui l’éliminent dès le premier tour. Il veut ajourner une dizaine de candidats avant l’épreuve», lit-on dans la note. Saliou Dieng et Cie appellent ainsi les Sénégalais à venir à l’Assemblée nationale manifester leur désaccord le jour du vote du projet de texte de révision constitutionnelle et du Code électoral.

Gawlo.net (L’As)
Categories: ACTUALITÉS, POLITIQUE
Tags: Karimistes

About Author